Lea Sprunger et le défi des 13 foulées

L’athlète suisse Lea Sprunger a été la première femme à courir un 300 mètres haies avec une foulée de 13 pas entre les deux premiers obstacles. Elle a réalisé cette prouesse au zénith de sa carrière.

Photo Christoph Köstlin

Elle est l’une des athlètes suisses les plus couronnées de succès: Léa Sprunger, ici au départ d’une course des championnats du monde de Doha en 2019. Photo Keystone

Le 11 juin, aux «Impossible Games» d’Oslo, Lea Sprunger, née à Nyon il y a 30 ans et première Suissesse championne d’Europe d’athlétisme du 400 m haies, a accompli un exploit historique. Elle a couru un 300 m haies en n’effectuant que 13 foulées entre les deux premiers obstacles de cette course qui en compte sept, au lieu des 14 ou 15 foulées habituelles. L’exercice n’avait jamais été tenté dans l’athlétisme féminin et demeurait l’apanage des hommes. Parmi eux, l’Américain Edwin Moses, qui effectuait treize foulées entre tous les sauts de ses 400 mètres haies.

«Dans cette période sans grands championnats, cet exploit a attiré l’attention sur quelque chose de différent», se réjouit Laurent Meuwly, qui entraîne Lea Sprunger depuis 2007. «C’est une foulée qui me correspond bien. Au début de la course, j’ai eu une sensation de vitesse plus grande que sur un 400 mètres et je passais devant les autres, mais à la fin, c’est le chrono qui compte», résume la sportive romande. En effet, réduire les foulées est coûteux en termes d’énergie. À Oslo, la sprinteuse qu’est Lea Sprunger a effectué un chrono à 39.86 secondes, contre 39.25 secondes récemment à Zurich. «Elle a payé l’effort initial en fin de parcours», résume Laurent Meuwly.

Un chiffre à double tranchant

La question du nombre de foulées entre les haies est une sorte de science et le chiffre 13 paraissait inaccessible pour une femme. «Lea est la seule athlète à pouvoir réussir une course de ce type – avec des foulées mesurant jusqu’à 2.38 mètres – du fait de sa taille (1.83 mètres) et de sa puissance», estime son entraîneur. Ainsi en finale du Championnat du monde de Doha en 2019, où la Romande a battu le record suisse du 400 mètres haies, seules deux athlètes sur huit avaient fait la course en 14 foulées, les autres restant à 15 pas entre les dix obstacles.

L’autre difficulté de cette technique tient aux changements du nombre de pas pour le passage des haies, lesquelles sont espacées de 35 mètres. À Oslo, la championne suisse a suivi scrupuleusement un programme préparé au mètre près : 21 foulées à fond sur 45 mètres, 2 fois 13 foulées entre les 2 premières haies, puis 2 fois 14 foulées et enfin 2 fois 15 foulées. Ces adaptations lui ont coûté beaucoup d’énergie. Pour toutes ces raisons, l’athlète romande n’utilisera pas forcément cette technique lors des futures compétitions, «mais elle continuera tout de même à la travailler», précise Laurent Meuwly.

La foulée historique de 13 pas a été accomplie au sommet de la forme de Lea Sprunger, dont la carrière sportive s’achèvera après la fin de la saison 2021. «Depuis 3 ans, son physique et son mental sont alignés et les résultats au plus haut niveau s’enchaînent. C’est le sommet d’une longue trajectoire débutée à l’âge de 10 ans», résume son entraîneur. Prochain objectif pour cette enfant du pays de Vaud, élevée par deux parents suisses alémaniques? «Une médaille au niveau mondial», répond Lea Sprunger, attelée à la préparation des prochains Championnats du monde d’athlétisme en salle, qui auront lieu à Nankin (Chine) en mars.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch