Les expériences des retraités suisses à l’étranger au coeur de la recherche

Passez-vous une partie de votre retraite au Maroc ou en Espagne? Livia Tomás, chercheuse à l’Université de Neuchâtel, s’intéresse à vos expériences.

Livia Tomás, chercheuse à l’Université de Neuchâtel

L’augmentation de l’espérance de vie, les moyens de transports moins chers, ainsi que les nouvelles technologies ouvrent de nouvelles possibilités pour organiser les années de la retraite. Grâce à cette évolution, le champ des possibles s’élargit considérablement pour cette période de vie: les retraités peuvent décider de voyager plus ou même, de s’installer dans un autre pays.

Ce phénomène fait l’objet d’un projet de recherche qui a pour objectif d’étudier la mobilité internationale de la population à la retraite. L’étude essaie de comprendre ce que cette mobilité apporte dans la vie de ces personnes, les facteurs qui les influencent, mais aussi les éventuelles difficultés rencontrées.

Pour mener cette étude à bien, Livia Tomás, chercheuse à l’Université de Neuchâtel, est actuellement à la recherche de retraités souhaitant partager leurs expériences dans le cadre d’un entretien individuel. Plus précisément: «Je cherche des retraités qui ont passé une grande partie de leur vie adulte en Suisse et qui vivent au moins trois mois par année au Maroc ou en Espagne. Si votre profil correspond à cette description et si vous êtes intéressé-e à participer à un tel entretien, je serais ravie d’entendre votre histoire!» Vous trouvez les coordonnées de Livia Tomás à la fin de cet article. Un flyer est également disponible pour le partager et transmettre à des personnes potentiellement intéressées. Vous pouvez le télécharger ici: ogy.de/flyer-frCette année, le même projet de recherche interrogera également des Suisses de l’étranger vivant dans le monde entier et âgés de plus de 55 ans, toujours par le biais d’un questionnaire. La participation – volontaire – à ce questionnaire est d’une grande importance pour le succès de cette recherche, déclare Livia Tomás: «Nous serions ravis de recevoir de nombreuses réactions et réponses!»

Cette recherche est réalisée par l’Université de Neuchâtel et la Haute École de Travail Social de Genève dans le cadre du Pôle de Recherche National «nccr – on the move» consacré aux études de la migration et de la mobilité. Elle est financée par le Fonds National Suisse. Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien: ogy.de/nccrLivia Tomás, e-mail: livia.tomas@unine.ch, téléphone: +41 32 718 14 13, portable: +41 77 925 48 26 Facebook: livia.tomas.75 adresse postale: Institut de sociologie, Université de Neuchâtel, Faubourg de l’Hôpital 27, CH-2000 Neuchâtel, Suisse

Coordonnées:

Livia Tomás, e-mail: livia.tomas@unine.ch, téléphone: +41 32 718 14 13, portable: +41 77 925 48 26

Facebook: livia.tomas.75  

adresse postale: Institut de sociologie, Université de Neuchâtel, Faubourg de l’Hôpital 27, CH-2000 Neuchâtel, Suisse

Commentaires (1)

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch