La Suisse du XXe siècle revisitée en BD

Saviez-vous qu’en novembre 1918, alors que la guerre touchait à sa fin, une grève générale fit vivre à la Suisse une période quasi révolutionnaire et que lors de cet événement, l’armée tira sur des manifestants, tuant trois hommes à Granges (SO)? Saviez-vous qu’entre 1942 et 1945, 17 Suisses furent passés par les armes pour avoir vendu des informations à l’Allemagne? Avez-vous déjà entendu parler de Léo Max Keller, un nazi suisse, fondateur du Mouvement national suisse, qui partit rejoindre l’Allemagne en 1941, pour être finalement condamné à 14 ans de prison à son retour au pays?

«Le siècle d’Emma», bande dessinée de 200 pages parue en novembre, revisite l’histoire officielle. Le récit est ponctué d’épisodes, souvent noirs, qu’on ne connaît pas forcément sur le bout des doigts. Il débute au moment de la grève générale de 1918 et s’arrête à la chute du mur de Berlin, en novembre 1989. Le fil de cette odyssée se déroule en suivant la vie fictive d’Emma, femme née dans la petite bourgade horlogère de Granges, au pied du Jura. En 1918, elle perd son fiancé dans les affrontements de la grève générale. En 1937, elle se brouille avec son frère devenu pro nazi. En 1956, son neveu, qu’elle a adopté, lui fait découvrir la face sombre de l’immigration italienne. En 1975, sa petite-fille la confronte à la contestation féministe et antinucléaire.

Ecrit par Éric Burnand, ancien journaliste de la RTS, et illustré par Fanny Vaucher, «Le siècle d’Emma» implique le lecteur. On souffre avec ceux qui sont broyés par la machine de l’ État, y compris quand ils sont accusés de trahison. Des cartes dressent un état de la Suisse à différents stades de son évolution. Celle des années 1956–1959 est saisissante. Durant cette période, l’économie vit un boom extraordinaire. Le concubinage est proscrit. L’avortement aussi. Les femmes n’ont pas le droit de vote. «Dans cette Suisse qui vit repliée sur elle-même, on se méfie de tout», résume Éric Burnand. À cette époque, les Italiens sont reçus aux frontières en étant examinés comme du bétail. Le roman graphique donne corps aux situations. Cette fois, la future femme du fils adoptif d’Emma, une Italienne, sera forcée de faire entrer son garçon en Suisse à travers la frontière verte. Les saisonniers n’avaient pas le droit au regroupement familial.

StÉphane Herzog

Éric Burnand et Fanny Vaucher: «Le siècle d’Emma». éditions Antipodes, 220 pages. 30 CHF

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch