La Suisse de Heidi au coucher du soleil

Peut-on avoir le mal du pays en vivant chez soi? Oui, affirme le chœur d’hommes «Heimweh» [«Mal du pays»], dont les douze chanteurs vivent tous dans différentes régions rurales de Suisse, tout en éprouvant quand même de la nostalgie pour leur patrie, une Suisse idyllique exprimant un sentiment de familiarité, d’insouciance et de sécurité. Le monde qu’ils décrivent dans leurs chansons est une patrie-refuge idéalisée, pleines de clichés et d’images d’Épinal.

Des clichés assumés, et qui fonctionnent bien. Dans son quatrième album «Ärdeschön», le chœur Heimweh chante par exemple la désalpe, et trinque au bon goût du fromage. «Äs isch Alpabfahrt bi üs im Tal / D’Herbschtsunnä schiint numal / Glii scho git’s dr erschti Schnee.» [«C’est la désalpe chez nous dans la vallée / Le soleil d’automne lance ses derniers feux / Bientôt déjà tomberont les premiers flocons.»] Une autre chanson évoque la vie dans une vieille maison paysanne: «Im Summer het’s mängs Feschtli gäh / Ds halbe Dorf isch eis cho näh / U me het tanzet bis id Nacht.» [«Il y a eu beaucoup de fêtes cet été / La moitié du village est venue boire un verre / Et nous avons dansé toute la nuit.»] La chanson-titre a quant à elle des accents pathétiques: «Am Himmel stad äs Abigrot / Und laad die Alpe glü / Mir luegid guet uf üses Land / Und äs luegt guät zu üs.» [«Le ciel rougeoie au coucher du soleil / Et fait briller l’alpage / Nous prenons bien soin de notre pays / Et notre pays prend bien soin de nous.»] Dans le lointain résonne un cor des Alpes.

Ces paroles nostalgiques en dialecte suisse alémanique sont soulignées par une partition musicale pop folklorique, résolument plus pop que folklorique. L’accordéon reste à l’arrière-plan, et l’on n’entend ni cithare ni clarinette, mais du synthétiseur, de la guitare, de la contrebasse et de la batterie. Les strophes sont toutes chantées par un soliste, le chœur n’entonnant que les refrains, avec parfois un brin de jodel.

Le concept du producteur zurichois Georg Schlunegger a fait ses preuves. Avec ses premiers albums, le chœur Heimweh s’est toujours hissé à la première ou à la troisième place des charts suisses. Il a vendu plus de 100 000 albums, remporté deux Swiss Music Awards et tourné à guichets fermés. Heimweh met également une ambiance très helvétique dans les fêtes de lutte et d’autres manifestations campagnardes. Rien d’étonnant donc à ce que le quatrième album de ces chanteurs bien ancrés dans le terroir et bien mis dans leur costume traditionnel se retrouve lui aussi au sommet du hit-parade suisse.

Marko Lehtinen

Heimweh: «Ärdeschön», Phonag 2019.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch