Quand l’épargne ne rapporte plus rien

Épargner est une vertu typiquement suisse. Mais actuellement, les épargnants sont inquiets: les intérêts sur les comptes d’épargne sont plus bas que jamais. Mettre de l’argent de côté ne rapporte plus rien.

À 23 ans, le blogueur financier zurichois Thomas Kovacs dépense le moins possible et met presque tout son argent de côté. Son objectif: atteindre une liberté financière maximale.

Des générations entières de Suisses ont appris à épargner au moyen d’une tirelire: les taux d’intérêt historiquement bas font de cette vertu une relique anachronique, digne d’un musée.

En mai de cette année, la grande banque suisse UBS a fait peur aux épargnants en leur annonçant qu’ils ne recevraient désormais plus d’intérêts sur leur compte d’épargne. La situation est inédite, car jusqu’ici les banques avaient toujours récompensé les épargnants pour leur disposition à leur fournir du capital par leurs économies. Elles leur accordaient pour cela des intérêts. Dans ce contexte, la décision de l’UBS a une force symbolique, souligne Benjamin Manz, directeur de Moneyland.ch, service comparatif pour les banques et les assurances: «0 % d’intérêt signifie: je ne reçois plus rien pour mes efforts d’épargne.»

Il n’y a pas qu’à l’UBS que l’épargne n’est plus rentable. Le niveau des taux d’intérêt est plus bas que jamais dans toutes les banques suisses. En moyenne, les clients touchent encore 0,05 % d’intérêt sur leur compte d’épargne et, selon Moneyland, 0,00 % sur leur compte privé (chiffres de septembre 2019). «Le niveau bas actuel des taux d’intérêt nominaux et réels est unique dans l’histoire», note aussi Peter Kugler, professeur émérite d’ Économie à l’Université de Bâle, dans un article paru dans la revue économique «Die Volkswirtschaft».

Ces taux d’intérêt extrêmement bas, couplés à l’inflation et à diverses taxes introduites par les banques, font que l’épargne perd en réalité de la valeur. «L’épargne au sens classique du terme, avec son fameux livret, n’est plus rentable», indique Karl Flubacher, du centre de conseil financier VZ VermögensZentrum à Bâle. La situation préoccupe un grand nombre de Suisses: «L’épargne est l’un des grands sujets abordés lors de nos entretiens de conseil.» Que devient cette vertu suisse qui consiste à épargner quand cela ne rapporte plus rien?

La sécurité de l’emploi est prépondérante

Conjecture n° 1: lorsque leurs économies perdent de la valeur, les gens consomment davantage. D’après André Bähler, responsable des services «Politique» et «Économie» à la Fondation suisse pour la protection des consommateurs, ce n’est pas tout à fait vrai: le changement de comportement des consommateurs dépend, avant tout, de la situation économique du pays. La sécurité de l’emploi a des répercussions bien plus directes que le niveau bas des taux d’intérêt. André Bähler: «Si je suis certain de conserver mon emploi, je consomme différemment que lorsque ma situation professionnelle est incertaine.» Mais il tempère: «Ce qui ne signifie pas que la situation actuelle des taux d’intérêt ne déclenche pas d’émotions ni de réactions.»

Encore peu d’intérêt pour d’autres solutions

Conjecture n° 2: en raison des taux d’intérêt historiquement bas, les Suisses misent sur d’autres formes d’épargne et de placement. Benjamin Manz, de Moneyland, souligne que l’épargnant moyen, en Suisse, n’aime guère s’aventurer en terre inconnue: «Il n’y a pas eu pour l’instant de transfert à grande échelle vers d’autres types de placements. Les Suisses n’aiment pas le risque et changent rarement leurs habitudes.» L’expert n’exclut toutefois pas de changement des comportements à l’avenir.

Les Suisses conservent-il plus d’argent chez eux?

Conjecture n° 3: au lieu de rechercher d’autres formes de placement, les Suisses retirent leur argent des banques pour le garder à la maison. Certes, il n’existe pas de chiffres très récents qui le confirme. Mais un sondage de la Banque nationale suisse datant de 2017 livre un éclairage à ce sujet. On a demandé aux Suisses pourquoi ils conservaient de l’argent liquide en réserve à la maison ou à un autre endroit. 7 % des personnes interrogées ont déclaré le faire pour des raisons d’épargne, par peur des taux d’intérêt négatifs. La proportion des gens thésaurisant de grosses sommes en liquide est donc faible. Les auteurs du sondage en déduisaient «que les taux d’intérêt bas ne semblent pas être, pour les ménages privés, un motif essentiel de conserver de l’argent à la maison ou dans un coffre-fort». Depuis la publication du sondage, le niveau des taux d’intérêt a encore chuté, et les frais bancaires encore grimpé.

«Beaucoup ne peuvent pas mettre d’argent de côté»

L’état des lieux permet de supposer que les Suisses, malgré le contexte, n’ont pas (encore) vraiment changé leur comportement en matière d’épargne. Des enquêtes scientifiques corroborent ce constat intermédiaire. Ainsi, une étude du centre européen pour la recherche économique (ZEW) a mis en évidence que le niveau bas des taux d’intérêt n’a jusqu’ici guère modifié le comportement de l’épargnant allemand moyen. Karl Flubacher, du centre de conseil financier VZ, fait remarquer que cela est peut-être dû à une raison bien plus simple: «Beaucoup ne peuvent pas mettre d’argent de côté.» L’étude mentionnée montre en effet qu’il existe bien une catégorie d’individus qui a changé sa manière d’épargner et place davantage d’argent dans des titres: il s’agit d’hommes jeunes, aisés, et prêts à prendre des risques (voir portrait en bas).

L’un des derniers résultats de l’étude montre que nombre d’épargnants, même s’ils n’ont pas changé leur comportement jusqu’ici, se font du souci: si les taux négatifs se généralisaient, plus d’un tiers des sondés déclarent qu’ils retireraient leurs dépôts bancaires. Que feraient-ils de tout cet argent liquide? La question reste ouverte.

Vivre en ne dépensant rien

Thomas Kovacs a beau n’avoir que 23 ans, il a déjà beaucoup songé au sujet de l’argent et de l’épargne. Il partage le fruit de ses réflexions sur son blog financier «Der Sparkojote» («Le coyote de l’épargne») et sur une chaîne YouTube du même nom. À 17 ans à peine, il a aussi ouvert une boutique de jeu en ligne et a depuis économisé une fortune de 182 000 francs. Le jeune homme place son argent en bourse, vit des recettes de sa boutique de jeu, de son blog et de sa chaîne YouTube et dépense tout au plus 2000 francs par mois. Les vêtements chers, les vacances ruineuses, les repas au restaurant, les sorties, très peu pour lui: ce travailleur économe et discipliné y renonce de plein gré, car «tout cela n’améliore pas [sa] qualité de vie». Thomas Kovacs dévoile tous ses investissements et l’état de ses finances dans son blog et ses vidéos. Tout ce qui l’intéresse, en fin du compte, c’est d’être libre financièrement et de pouvoir ainsi vivre comme il l’entend: «Dans ma vie, je me concentre sur ce qui est vraiment important. L’épargne est un effet collatéral de cette philosophie.» À l’école, il a appris beaucoup de choses, mais pas «l’essentiel», à savoir «gérer ce qui déterminera ta vie plus tard: l’argent». Pourtant, dit-il, ce serait en réalité presque indispensable à l’époque où nous vivons et dans l’état actuel des taux d’intérêt. L’offre du blogueur montre à quel point le sujet de l’épargne préoccupe également les jeunes aujourd’hui: chacune de ses vidéos récolte plusieurs milliers de clics, son public étant surtout composé d’hommes de 18 à 30 ans.

(GUM)

Commentaires (24)
  • Giacomo a Marca,  Deutschland
    Giacomo a Marca, Deutschland à 27.11.2019
    Für uns alle ist es noch ein Stück schlimmer: Die Gebühren der Banken sind für Auslandschweizer enorm gestiegen. Die Schaffhauser Kantonalbank zum Beispiel verlangt pro Kundenstamm 120 CHF zusätzlich zu den Kontogebühren - nur weil wir in Deutschland wohnen. Das macht bei uns 360 CHF pro Jahr für eigentlich nichts.
    Présenter la traduction
    • Klaus Müller, Deutschland
      Klaus Müller, Deutschland à 27.11.2019
      Ein befreundeter Bänker hat mir erläutert, warum das so ist: Die Banken haben kein Interesse an Auslandschweizern und halten die Kontogebühren extra unproportional hoch um ein Konto unattraktiv zu machen. Tipp: Eine @Nachbar-Adresse bei Freunden organisieren und der Bank erzählen, dass man dort wohnt. Mögen die zwar nicht, aber funktioniert ;)
      Présenter la traduction
    • Ursula Schuster, Wolfegg Deutschland
      Ursula Schuster, Wolfegg Deutschland à 28.11.2019
      Danke für den Hinweis Giacomo a Marca, bislang war das nämlich nicht so, die grenznahen Banken hatten angemessene Konditionen. Dann hat sich das also auch geändert...
      Présenter la traduction
    • E. Müller, Vorarlberg, Österreich
      E. Müller, Vorarlberg, Österreich à 28.11.2019
      @Klaus Müller, Deutschland
      Diese Praxis ist eher riskant, seit es die automatische Informationsaustausch gibt.
      Alles wird mehr und mehr vernetzt, und plötzlich wird das Geld beim Nachbar zum Problem. Wohnsitz stimmt nicht überein mit anderen Datenquellen wie bei der Gemeinde, oder beim Steueramt. Herkunft ist dann plötzlich unklar, und sie Verstößen gegen die Compliance Richtlinien der Bank. Nachforderungen von der Bank (Kontoführung) sowie beim Fiskus (unversteuertes Geld) sind das Szenario...
      Für mein Verständnis hängen die hohe Kontoführungsgebühren zusammen mit den unverhältnismäßige Compliane Richtlinien, die die EU + OECD im Bankgeschäft zur Umsetzung definiert haben.
      Présenter la traduction
  • E. Büchel, Liechtenstein
    E. Büchel, Liechtenstein à 27.11.2019
    Mir wurde von einem Banker mitgeteilt, dass die Sparer hier für die Banken uninteressant geworden seien. Das grosse Geld würde im Ausland gemacht.
    Présenter la traduction
  • John Fontanelli, Thailand
    John Fontanelli, Thailand à 28.11.2019
    Früher hat Postfinance das online-Banking mit KEINEN Gebühren beworben. Heute werden wir Auslandschweizer massivst abgezockt.
    Wo und wieviel Kosten entstehen effektiv, wenn Papier, Couvert, Versand- und Portokosten wegfallen, wenn ich das ganze Jahr meine Transaktionen nur online erledige? Diese Pauschale ist ungerecht und diskriminierend!
    FINMA und SNB sollten sich mal diesem Problem annehmen.
    Der neue Begriff "Bankster" ist hier wirklich zutreffend. So schaffen Banken sich ihr Imageproblem...
    Présenter la traduction
  • Werner & Heidi Pluess, Neuseeland
    Werner & Heidi Pluess, Neuseeland à 28.11.2019
    Du Giacomo und Marca seid doch zufrieden. Wir in Neuseeland können sogar kein Konto in der Schweiz haben. Mein Vorschlag ist: Legt das Geld in sicherer Währung (Gold, Silber, Währung) an und beobachtet die Bewegungen.
    Présenter la traduction
    • Kurt Brunner, Kambodscha
      Kurt Brunner, Kambodscha à 29.11.2019
      Was sich Schweizer Banken mit dem Segen der Regierung erlauben, stinkt zum Himmel. Neuerdings funktioniert nicht einmal mehr der Transfer von Rentengeldern bei der PostFinance. Die meisten Rentenkassen können aber im Gegensatz zur AHV nur in Schweizerfranken überweisen! Das grosse Geld macht nun die amerikanische Western Union.
      Présenter la traduction
  • Heinz Käser, Hong Kong, China
    Heinz Käser, Hong Kong, China à 28.11.2019
    Die Banken sind der neue "Robin Hood". Nur: Sie verteilen die Beute an ihre Raubkatzen!
    Présenter la traduction
  • Danny Zemp, Australia
    Danny Zemp, Australia à 28.11.2019
    Negative interest rates are a real problem. At the moment here in Australia the interest rates are at a record low but not negative yet. If they ever go below zero, then money in your hand is worth more than the same amount in the bank. People will start looking for alternatives. The problem is if the government threatens us with jail term and heavy fines for holding cash at home. Also cash transactions of over $10’000 carries heavy fines and potential jail. I wonder how the banks gained so much power over us. Negative interest only works for a handful of people. I don’t think it’s good.
    Présenter la traduction
  • Bernard Moret, Hawaii, USA
    Bernard Moret, Hawaii, USA à 28.11.2019
    C'est la meme chose pour moi, vivant aux Etats-Unis. Seule PostFinance avait accepte de me garder un compte apres mon depart. Les couts se montent maintenant a 420 CHF par annee, sans interet. En plus, PostFinance vient d'annoncer qu'ils vont commencer a prelever 1% par annee (taux d'interet negatif) sur les depots de plus de 250'000 CHF. On n'ose se demander quand cette barre va etre abaissee...
    Présenter la traduction
    • Philippe Addelia, USA
      Philippe Addelia, USA à 28.11.2019
      J'ai du abandonner tous mes comptes suisses. Trop cher. Ici aux USA je trouve des comptes épargne qui paye entre 1.75 et 2.0%. mais c'est pas stable. Le j'ai mis l'argent sur un compte a 2% pour recevoir un email 2 jours après. Désolé les gars on baise a 1.75% bon il y a des autres banques je vais faire le tourisme des banques déplacer les sous tous les mois.
      Pfff. Ou alors je me prête de l'argent a moi même et je ne rembourse avec 5% d'intérêt. I.e. pour une voiture...
      Présenter la traduction
  • Katharina Preis-Jost, Hausen ob Verena, Deutschland
    Katharina Preis-Jost, Hausen ob Verena, Deutschland à 28.11.2019
    Die Zeit wird nun bald kommen, wo die dafür verantwortlichen Personen zur Rechenschaft gezogen werden!
    Présenter la traduction
  • Hans-Peter Bucher, Vancouver, Canada
    Hans-Peter Bucher, Vancouver, Canada à 28.11.2019
    When this began with these outrageous bank fees I had to close my Swiss bank account in Kehrsatz (BE). The Valiant Bank was going to charge me CHF 480.00 per year, something that did not sit well with me and something I frankly could not afford. Yes, they were going to pay me a 0.05% interest which I found to be an affront. That they were going to slowly drain my account by deducting their fees annually did not bother them one bit. That this money came from a Swiss inheritance did not prompt them to reconsider, nor that I never brought money from Canada to deposit in my Swiss account. All this because of the dubious "Bankgeheimnis" where the Swiss banks had parked and laundered foreign money from all kinds of shady characters for decades until they got caught with their fingers in the cookies jar. That's when it blew up in their face.
    For the time being I was forced to park that money in my mother's bank safety deposit box in Kehrsatz. I then continuously brought money in Swiss currency to Canada where I reside to avert those ludicrous fees. There I kept it in my safety deposit box, which here is strongly discouraged and frowned upon by the banks. This, in order to always have access to my Swiss vacation money, saving it from a double exchange, which of course would have created more opportunity for the bank to charge even more fees. I played with the idea of writing an article for the "Berner Zeitung" with the title: "Auslandschweizer nicht mehr erwünscht, und derer Devisen noch weniger."
    Présenter la traduction
    • Bernie McGawley, Maidstone, UK
      Bernie McGawley, Maidstone, UK à 28.11.2019
      After the ‘cookie jar’ episode, I had my Valiant bank account closed and funds sent to the U.K. where I live. This was a bank account that I’d had for over 50 years, since childhood. I was very annoyed at the time but now interest rates have dropped to zero and bank charges are being applied, it may well have been a blessing in disguise.
      Présenter la traduction
  • Georg A. Hideg, Törökbalint, Ungarn
    Georg A. Hideg, Törökbalint, Ungarn à 28.11.2019
    Die freie soziale Marktwirtschaft funktioniert nur so lange, bis die Partner in ihrem Handeln die Maxime "Leben und leben lassen" walten lassen. Die Bankerkaste hält sich aber je weniger zu diesem Regel. Ihr einzige Motivation ist: mit Geld noch mehr Geld machen. Die Banken entwickeln sich mehr und mehr zu Staat im Staate. EZB, FED etc. sind nach ihren Statuten unabhängig. Unabhängig auch von den Regierungen! Durch die von ihnen betriebenen Meinungsmacheanstalten geben sie Anweisungen an die Regierenden, was sie zu tun oder zu lassen haben.
    Aus eigenem Interesse unterstützen die Banker jeden Trend was vom Staat Geld fordert. Die Politiker ihrerseits versprechen das Blaue vom Himmel um gewählt zu werden, wohl wissend, dass die Staatskassen leer sind. Doch die Banker liefern die Milliarden,um die Versprechungen einzuhalten. Schließlich ist der beste Schuldner der Staat. Der Staat aber, bin ich, der Steuerzahler, der für die Schulden mit Zinsen aufzukommen hat.
    Zuletzt werden aber die Staatschulden so hoch, dass die Einnamen nicht mal die Schuldzinsen decken können. Dann müssen die Staaten die Banken von den Dynastien wegnehmen und in die eigene Obhut nehmen. Darüber sollten die unersättlichen Bankerklans nachdenken!
    Présenter la traduction
    • Kurt Brunner, Kambodscha
      Kurt Brunner, Kambodscha à 29.11.2019
      Es steht noch viel mehr auf dem Spiel. Nämlich der soziale Friede in der Schweiz.
      Présenter la traduction
  • Francisco Rodriguez Vizcaíno, Barcelona, Espagne
    Francisco Rodriguez Vizcaíno, Barcelona, Espagne à 28.11.2019
    Vu les coûts démesurés encaissés par UBS, j’ai clôturé mon compte chez eux. J’ai ouvert un compte ici en Espagne et mes rentes me sont versées sur celui-ci. Tout se passe online de nos jours. Il suffit d’un clic à la Caisse Suisse de Compensation pour transférer l’argent. Et pourtant, chaque transfert engendre des commissions exagérées. C’est honteux et à notre désavantage. Je perds chaque année un 13% d’une rente mensuelle.
    De plus au niveau de la Caisse de pension, pourquoi l’Etat Suisse nous retient-il un 11% d’impôt anticipé ? Pourquoi dois-je payer des impôts alors que je ne réside plus en Suisse?
    Nous, les rentiers et retraités, sommes des vaches à lait pour la Confédération. Il faut que cela cesse!
    Présenter la traduction
  • Ernst Rütimann, Trang, Thailand
    Ernst Rütimann, Trang, Thailand à 28.11.2019
    Die billige Ausrede man könne ja schon ein Konto führen so ab einer halben Million mit Wertschriftendepot, da die Auslandschweizer nun den Ausländern (wohnhaft im Ausland) gleichgestellt sind wegen dem Geldwäschereigesetz, gilt nicht für viele Expats , welche noch einen Spargroschen in der alten Heimat haben wollen. Auch wegen ab und zu eines Besuchs in der Schweiz. Ich (72) löste schon vor Jahren mein letztes CH-Konto [ 300k ] auf, aus noch anderen Gründen!
    Présenter la traduction
  • Ulrich T. Whitehorse, Kanada
    Ulrich T. Whitehorse, Kanada à 28.11.2019
    Ich schloss mein PostFinance Konto vor etwa zwei Jahren, als sie eine mehrfache Gebührenerhöhung ankündigten. Zum Glück habe ich vertrauenswürdige Familie in der Schweiz, welche mein Feriengeld für mich aufbewahren. Lohnt sich wirklich nicht, mehr Geld als minimal nötig in der Schweiz zu haben. Hier in Kanada kriegt man immerhin noch 1-1.5% Zins, je nach Bank und Angebot, und rund 2% für sichere Bankanleihen. Da macht die Zinsausschüttung immerhin noch etwas Freude.
    Présenter la traduction
  • Marc Richter, Tenerife, Spain
    Marc Richter, Tenerife, Spain à 28.11.2019
    To save anything, you have got to have something to save. Over twelve years ago, as Communications' Adviser with the International Organisation of Employers sitting at the UN ILO Governing Body, we tried to convince of the true added value of experience and reliability over short term gain. But Society as a whole has been so geared up to short political agendas and ambitions due to short-term election spans that too many companies (SMEs included) today do not build things to last anymore, but so they can pass the guarantee date safely with a few weeks to spare. This has enforced "Consumerism" -- like it or not, which in turn has depleted the public's pockets and increased cast-away pollution.
    Then one wonders why no one's got any money anymore either to buy or invest -- let alone save -- and why elections are now bringing governments, like the recent Swiss political climate, to lean towards the left and the protection of the environment...
    Until we stop sawing the branch we are sitting on, we are doomed to fail.
    Présenter la traduction
  • Fr. Missbichler, Austria, Bodensdorf
    Fr. Missbichler, Austria, Bodensdorf à 28.11.2019
    Neu ist das die PostFinance ab 1.1.2020 für Vermögen über 250'000.- 0.01% Zinsen pro Monat verlangt, d.h. zu den 360.- kommen nun auch Negativzinsen pro Jahr von 1.2% hinzu. Die SNB verlangt aber nur 0.75% von den Banken! Der Staat, dem gehört die PostFinance, ist nun mal nicht auf der Seite der Sparer und Pensionisten, die von der AHV und dem Ersparten im Ausland leben und keine Ergänzungsleistungen beziehen! Ich überlege, in die Schweiz zurück zukehren, um zukünftig mit AHV und Ergänzungsleistungen zu leben.
    Présenter la traduction
    • Kurt Brunner, Kambodscha
      Kurt Brunner, Kambodscha à 29.11.2019
      Sie haben völlig recht. Auch mit dem sozialen Frieden wird es in der Schweiz bald vorbei sein, da sich Bankmanager gleichzeitig Boni in zweistelliger Millionenhöhe zuschanzen.
      Présenter la traduction
  • Raymond Schröder, Philippinen
    Raymond Schröder, Philippinen à 05.12.2019
    Ich habe ein Migrosbank Konto.
    CHF 100t. Den Rest in USD. Keine Probleme bis jetzt....

    Eröffnet doch ein Euro / USD / SGD / AUD oder anderes Fremdwährungskonto? Dann kann man auch hin und her schwenken,
    je nach Kurs / Zins.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
Culture
Éditorial
Courrier des lecteurs
En profondeur
Sciences
Chiffres suisses
Société
Économie
Images
Politique
Informations de l’OSE
Swissinfo
news.admin.ch
Écouté pour vous
Sélection
Nouvelles
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch