Lettres à la rédaction

Pas de canal de vote électronique pour les élections de 2019

L’e-voting était une très bonne chose, et ne nous coûtait presque aucun effort, à nous Suisses de l’étranger, contrairement au vote par correspondance. Aux dernières élections, par exemple, je n’ai pas reçu les documents, c’est regrettable! J’ai fait de la politique au niveau communal et je suis citoyen suisse, et même si je vis désormais en Thaïlande, je veux continuer à pouvoir donner mon avis et je demande que mes documents de vote me soient distribués à temps. Mais je saluerais aussi le retour de l’e-voting, qui est certainement moins manipulable que le courrier, comme j’en ai fait l’expérience.

Armin Thürig, Mae Taeng, Chiang Mai, Thaïlande

Avec de la bonne volonté et un peu plus d’insistance, l’e-voting aurait déjà pu être adopté définitivement il y a longtemps. Sinon, il faudrait aussi remettre en question l’e-banking. Et si l’on ne propose pas l’e-voting aux Suisses de l’étranger, qu’on s’assure au moins qu’ils reçoivent leurs documents de vote à temps, et pas des semaines après! Nous aussi, Suisses de l’étranger, avons le droit de donner notre avis au niveau fédéral.

Gigi Geiger, Thaïlande

 

La Suisse et les masses de touristes

Effectivement, il est primordial de ne pas céder à la soif de l’or sur le sujet du tourisme de masse. Ce n’est pas les revenus potentiels qui doivent compter, mais la préservation de l’authenticité des lieux.

Vincent Poder, France

Nous allons en Suisse aussi souvent que possible, et prévoyons d’y passer plusieurs mois par année à notre retraite. Heureusement, on trouve aujourd’hui facilement des produits alimentaires suisses aux États-Unis, et les fromages y sont même moins chers, ce qui me surprend toujours.

Peter Vogel, Memphis, États-Unis

Le droit de vote des Suisses de l’étranger sous pression

Pourquoi diable vouloir remettre en question le droit de vote des Suisses de l’étranger? Pour moi, ce serait comme si l’on me retirait mon passeport suisse. J’ai pu voter pour la première fois à 70 ans, lorsqu’on a introduit le vote par correspondance et depuis, j’ai participé à chaque scrutin. Je m’offre un abonnement à la «NZZ» pour me tenir informée. Je constate que les problèmes de la Suisse et de l’Allemagne sont très similaires. Mon expérience de vie ici me sert donc à voter. Je n’ai pas besoin d’une circonscription distincte au Conseil national, car l’éventail des partis est assez grand: il y en a «pour tout le monde», comme on dit. Et comme j’essaie toujours d’expliquer aux gens comment marche la Suisse, j’ai besoin de l’exemplaire papier de la «Revue Suisse», que je prête toujours à gauche et à droite. Je veux aussi continuer à voter par correspondance. Glisser mon bulletin dans la boîte aux lettres, c’est presque comme le glisser dans l’urne!

Elinor Kirsch, Limburg, Allemagne

L’écrivain Albert Bächtold et l’âme russe

En lisant votre article sur l’écrivain schaffhousois Albert Bächtold, les larmes me sont montées aux yeux. Des souvenirs lointains me sont revenus en mémoire. J’avais 16 ans et je fréquentais l’école de commerce à Zurich. Comme j’ai grandi à Schaffhouse, chaque matin je prenais le train de bonne heure avec une amie, et chaque soir nous faisions le trajet en sens inverse. Pendant l’un de ces voyages, nous avons fait la connaissance d’un monsieur dans la cinquantaine. Il nous a dit qu’il écrivait des livres. Nous avons trouvé cela follement intéressant. Et nous avons prié notre enseignante d’allemand d’inviter Monsieur Bächtold à une lecture dans notre école. Il a accepté l’invitation avec plaisir. Depuis ce moment-là, mon amie et moi lui avons souvent rendu visite. Comme notre train pour Schaffhouse ne partait qu’à 18 heures, nous avions du temps à tuer: «Viens, allons rendre visite à Monsieur Bächtold», nous disions-nous en empaquetant nos affaires d’école. Nous avons passé avec lui des heures merveilleuses à l’écouter nous raconter sa vie passionnante. Il était toujours très heureux lorsque nous sonnions à sa porte, et pas seulement parce que nous parlions ensemble en dialecte schaffhousois, mais aussi, comme je l’imagine aujourd’hui, parce qu’il était très seul.

Mascha M. Fisch, Mayen, Allemagne

 

La «Revue Suisse» en général

J’avais 8 ans quand mes parents ont quitté la Suisse à cause de la crise des années 30. Une fois adulte, je suis souvent retourné dans mon pays d’origine pour rendre visite à des proches et admirer la beauté de la Suisse. J’adorais manger de la fondue, du tartare de bœuf et du pain. À présent j’ai 89 ans, et je ne peux plus voyager comme avant, alors j’attends avec impatience mon exemplaire de la «Revue Suisse». Merci de m’aider à rester en contact avec mon pays d’origine.

Michel P. Barbezat, Chicago, États-Unis

Commentaires (2)
  • Rebeca Zimmer Núñez Roa, México
    Rebeca Zimmer Núñez Roa, México à 29.11.2019
    Soy viuda, recibí la nacionalidad suiza al casarme con un ciudadano suizo cuyos valores hacían honor a su patria. Vivo en Guadalajara Jalisco México y deseo felicitar a todo el personal que lleva a cabo la Revista Panorama Suizo por la información que proporcionan al lector ya que verdaderamente es un panorama en letras. He leído su última edición y cada artículo me ha parecido interesante; el ver que dan cabida a lo negativo y positivo de lo que acontece en Suiza ya que yo tengo cariño por ese país con las mismas dualidades.
    Présenter la traduction
  • Christina Koechl, Kanada, jetzt wieder Berner Oberland, Schweiz
    Christina Koechl, Kanada, jetzt wieder Berner Oberland, Schweiz à 08.12.2019
    Nach 50 Jahren in Nordamerika lebend, bin ich kürzlich in die Schweiz zurückgekehrt und habe zum ersten Mal im Oktober an den Eigenössischen Wahlen teilgenommen. Was mich öfters überrascht, ist, wie viele Schweizer (vor allem junge Leute) nicht wählen gehen. Auf meine Frage warum, wurde mir gesagt: "Solange ich solch umfangreiche Wahl Dokumente bekommen für die ich mehrer Stunden verschwenden muss, um rauszufinden für wen ich überhaupt stimmen soll, geht dieses Couvert direkt in den Abfallkübel." - Wirklich sehr schade.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
Culture
Éditorial
Courrier des lecteurs
En profondeur
Sciences
Chiffres suisses
Société
Économie
Images
Politique
Informations de l’OSE
Swissinfo
news.admin.ch
Écouté pour vous
Sélection
Nouvelles
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch