«Le PS devrait revenir à une position pro-européenne»

La politique européenne est bloquée et a besoin d’une nouvelle impulsion, affirme Thomas Cottier, président de l’association «La Suisse en Europe». Selon lui, le résultat des récentes élections devrait inciter les sociaux-démocrates (PS) à abandonner leurs réticences face à l’accord-cadre avec l’UE.

Pour l’heure, il est difficile d’évaluer l’impact des récentes élections sur la politique européenne de la Suisse. À la question de savoir si le pays devrait signer l’accord-cadre avec l’Union européenne (UE) prêt depuis plusieurs mois, plusieurs partis n’ont pas répondu clairement durant la campagne en raison de points controversés, notamment celui de la protection des salaires. «Pourtant, le temps presse», insiste Thomas Cottier, professeur émérite de Droit économique européen et international à l’Université de Berne et président de l’association pro-européenne «La Suisse en Europe». Au Conseil fédéral et au nouveau Parlement, il conseille d’écouter «les signaux envoyés par les électeurs». Le parti le plus anti-européen, l’Union démocratique du centre (UDC), a d’ailleurs été pénalisé. Non seulement il rejette l’accord-cadre, mais il veut aussi mettre fin à la libre circulation des personnes par son initiative «de limitation». Selon Thomas Cottier, les Suisses ont rejeté cette politique de blocus. Ils ont en revanche renforcé les Vert’Libéraux, qui soutiennent inconditionnellement l’accord-cadre: «Les sièges remportés par le PVL peuvent être vus comme une validation de leur politique.» Les pertes du PS, par contre, constituent d’après le professeur un appel au parti de gauche à revenir à sa position pro-européenne traditionnelle. C’est ce que semble indiquer la non-réélection de syndicalistes connus qui s’étaient récemment opposés à l’accord-cadre. Si le PS bouge et reprend le rôle de leader, une grande «coalition de la raison», telle que celle qui combat l’«initiative de limitation» de l’UDC pourrait reprendre forme, affirme Thomas Cottier avec conviction. Les accords bilatéraux pourraient ainsi être préservés et étendus, ce qui est essentiel pour l’économie et tout le pays. «Les Suisses de l’étranger vivant au sein de l’UE ont eux aussi besoin de sécurité juridique», Thomas Cottier. Grand connaisseur de l’Europe, il appelle le Conseil fédéral et le Parlement à ne pas se focaliser uniquement sur la politique intérieure. «Le contexte géopolitique a changé», indique-t-il. Dans les années à venir, la Suisse aura encore plus besoin de relations stables avec l’UE.

(SWE)

Commentaires (4)
  • Robi Duber, Philippinen
    Robi Duber, Philippinen à 28.11.2019
    Wenn man sieht, was in der EU alles passiert: Manipulation, gleichgeschaltete Medien, offene Grenzen für sogenannte Fachkräfte. Und da soll die Schweiz mitmachen? Wohl kaum. Abwarten, mal schauen, wie lange es die EU in dieser Form noch gibt. Da die EZB immer wieder massenweise Geld hineinpumt, ist es nur eine Frage der Zeit, bis der Ballon platzt.
    Présenter la traduction
  • Michele Wirth, Lugano, Switzerland
    Michele Wirth, Lugano, Switzerland à 01.12.2019
    We want to carefully consider the implications of submitting our Swiss constitution to the EU will. Consider that the EU does not have a constitution per se and is not a political entity yet. We would like to participate in modifying THIS EU that has shown too much centralisation and a huge heavy bureauocratic apparatus far removed from its "citizens".
    How about aiming at a federal solution with the right of referendum and initiative to secure the political clout of the people. Does that sound familiarly Swiss?
    Présenter la traduction
  • Virginia Lange Walter, USA
    Virginia Lange Walter, USA à 03.12.2019
    As an "Ausländer-Swiss", I am very worried that if Switzerland joins the EU, it will have to agree to Schengen and it will be overrun by people from Africa, as happened in France, Germany and Italy.
    Présenter la traduction
    • Michel Egger France Paris
      Michel Egger France Paris à 18.12.2019
      Sorry to say that Switzerland is already part of the Schengen agreement. It therefore has nothing to do with being part of the EU.
      Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
Culture
Éditorial
Courrier des lecteurs
En profondeur
Sciences
Chiffres suisses
Société
Économie
Images
Politique
Informations de l’OSE
Swissinfo
news.admin.ch
Écouté pour vous
Sélection
Nouvelles
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch