«C’était un scrutin pour le climat»

Outre les données scientifiques, le succès des Verts aux récentes élections suggère que la Suisse devrait poursuivre des objectifs plus ambitieux en matière de climat. C’est ce qu’affirme la climatologue suisse Sonia Seneviratne. Elle a un conseil de lecture à adresser au nouveau Parlement.

 

Le peuple a reconnu la nécessité urgente d’agir sur le plan de la politique climatique. Selon Sonia Seneviratne, c’est ce qui explique l’énorme hausse de la part de suffrages pour les partis verts et le nombre de sièges remportés au Parlement: «C’était un scrutin pour le climat». La climatologue originaire du canton de Vaud est aujourd’hui professeure de Dynamique Terre-Climat à l’École polytechnique fédérale de Zurich. Elle est aussi l’un des principaux auteurs des publications du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC): dans plusieurs rapports, les scientifiques mettent en garde contre les conséquences graves du réchauffement planétaire. Sur la base de ces découvertes, le Conseil fédéral a récemment renforcé ses objectifs climatiques. La Suisse entend atteindre la neutralité carbone – c’est-à-dire zéro émission nette de gaz à effet de serre – d’ici 2050. Avant les élections, le Conseil des États a approuvé une loi sur le CO2 prévoyant la hausse du prix de l’essence et une taxe sur les billets d’avion. On saura bientôt ce que le nouveau Conseil national plus vert en fera, et si le peuple ira dans la même direction. «Il est très probable que la politique climatique suisse deviendra plus ambitieuse», espère Sonia Seneviratne. Selon elle, l’objectif du Conseil fédéral n’est pas radical, mais réaliste. La Suisse, pays très développé, s’est engagée dans le cadre de l’Accord de Paris à contribuer à la protection du climat. Les taxes d’incitation constituent un bon moyen pour rendre la protection du climat socialement acceptable: «Cet argent peut être reversé à la population, par exemple sous la forme de réduction des primes d’assurance-maladie.» Au nouveau Parlement, la climatologue recommande surtout de lire le rapport du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C et les risques qui nous menacent. «À mon avis, nous devrions même débattre de la possibilité d’atteindre la neutralité carbone dès 2040», ajoute-t-elle.

(SWE)

Commentaires (1)
  • Hans-Rudolf Zwahlen, Sulzbach-Saarland, Deutschland
    Hans-Rudolf Zwahlen, Sulzbach-Saarland, Deutschland à 28.11.2019
    Ja, Klimaschutz ist sicher eine gute Invention, doch das Wahlergebnis nun nur auf die Einsicht der Bürger zu beschränken, hat mit der Realität wenig zu tun. Schon eher mit der derzeitigen Politik-Landschaft.
    Dass ein Grossteil der Bürger sich am politischen Alltag nicht mehr beteiligt, und wenn doch, sich in diesem Ausmaß den bisherigen führenden Parteien verweigert, verwundert nicht.
    Die krasse Missachtung zu Allgemeinwohl der bisherigen herrschenden Parteien, hat die Flucht zur Partei der Grünen begünstigt. Realitätsnahe, dem Allgemeinwohl dienende Politik ist notwendig, um die bestehende Kluft zwischen den Gesellschaften zu vermindern.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
Culture
Éditorial
Courrier des lecteurs
En profondeur
Sciences
Chiffres suisses
Société
Économie
Images
Politique
Informations de l’OSE
Swissinfo
news.admin.ch
Écouté pour vous
Sélection
Nouvelles
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch