Des masses de touristes en montagne et au bord des lacs

Venise n’est pas la seule à attirer des foules de visiteurs. Certaines localités suisses comme Lucerne et Interlaken découvrent elles aussi le phénomène du «surtourisme». D’autres régions attendent en revanche toujours les visiteurs et certains hôtels sont contraints de mettre la clé sous la porte.

Au pas de charge à Lucerne: la ville de Suisse centrale est très populaire auprès des groupes de touristes chinois. Les habitants ne sont pas tous ravis. Photo Keystone

Le centre de wellness fermé de Schwefelberg-Bad illustre le revers de la médaille du boom du tourisme: dans les régions périphériques, 100 hôtels ferment chaque année. Photo Danielle Liniger

Célèbre du jour au lendemain grâce à Instagram: la petite auberge de montagne Aescher, en Appenzell. Photo Keystone

Panorama alpin à couper le souffle, villes invitant au shopping: la Suisse est une destination de voyage prisée. En 2018, l’hôtellerie a enregistré 38,8 millions de nuitées, un record qui témoigne du rétablissement du tourisme helvétique après des années difficiles. Dès 2008 en effet, la crise financière et économique avait pesé sur les résultats, une situation encore aggravée par le fort renchérissement du franc il y a quatre ans. En raison de l’abandon du taux plancher de l’euro par la Banque nationale et de la revalorisation du franc, la Suisse était devenue chère, surtout pour les Européens. Les responsables du tourisme broyaient du noir. Mais à présent, les chiffres repartent à la hausse. À certains endroits, l’essor est tel que la population commence à manifester son mécontentement.

C’est le cas à Lucerne, sur les rives du lac des Quatre-Cantons, qui accueillent chaque jour plus de 20 000 visiteurs en haute saison. La plupart d’entre eux viennent des États-Unis et d’Asie, ces derniers généralement en groupes. Au mois de mai de cette année, 12 000 Chinois ont débarqué en ville. Jamais la Suisse n’avait connu de groupe de voyageurs aussi important. Cet afflux est rentable, comme le montre une étude de la Haute école de Lucerne: en 2017, les groupes de touristes ont rapporté 224 millions de francs rien qu’aux boutiques d’horlogerie, bijouteries et magasins de souvenirs de la place centrale de la ville, où les cars font halte.

Le parlement local réagit

Mais tandis que les tiroirs-caisses tintent, les habitants s’énervent de la hausse du trafic et de la foule au centre ville. La situation est devenue une affaire politique: le parlement lucernois a récemment accepté une motion des Verts proposant des mesures drastiques telles qu’une régulation par les prix et une limitation de l’offre hôtelière. Le gouvernement de la ville doit désormais définir sa conception du tourisme pour 2030 dans un rapport. Car l’affluence devrait encore grandir. «La principale cause du tourisme de masse, ce sont les flux de voyageurs qui ne cessent de croître à l’échelle mondiale», explique le chercheur lucernois Jürg Stettler, interviewé par la «Revue Suisse» (voir page 8).

Non loin de là, sur le Rigi, la population se plaint aussi du déferlement de touristes. L’an dernier, les chemins de fer du Rigi ont transporté près d’un million de personnes, un nouveau record également. Des Suisses, mais aussi des groupes venus de Chine et de Corée du Sud viennent y admirer la vue. Tandis que les chemins de fer envisagent de se développer, l’opposition prend forme. Par une pétition, des milliers de personnes – très connues pour certaines – refusent que le Rigi devienne un «Disney World» (voir «Revue Suisse» 4/2018). Leur protestation a trouvé un écho. Les habitants de la région, les communes et les responsables du tourisme ont signé récemment une charte intitulée «Rigi 2030» pour le développement durable de la montagne.

Des Arabes très dépensiers

Dans l’Oberland bernois, Interlaken a aussi connu un essor marquant du tourisme ces dernières années. En plus des Asiatiques, qui rejoignent le sommet de la Jungfrau à plus de 3000 mètres en transports publics, de nombreux habitants des pays du Golfe viennent visiter la ville située entre les lacs de Thoune et de Brienz. Ils voyagent individuellement et leur pouvoir d’achat est conséquent. Chacun d’eux dépense 420 francs par jour en moyenne, hébergement non compris. Par comparaison, un touriste chinois se déleste de 380 francs, et un Suisse de 140 francs. Près de 90 % des personnes actives à Interlaken travaillent dans le tourisme. Ce n’est donc pas un hasard si les efforts de séduction visent surtout le marché lucratif du Proche-Orient.

Pourtant, ici aussi, la population arrive à saturation, comme le constate une étude de l’Université de Berne. En particulier la présence de femmes intégralement voilées parmi les touristes arabes ne passe pas inaperçue. Alors qu’au Tessin, le port du niqab est interdit, le canton de Berne le tolère, ce qui n’empêche pas les réactions irritées. L’office du tourisme d’Interlaken mise sur l’information et le dialogue pour prévenir les malentendus d’origine culturelle. Le personnel touristique est spécialement formé. De plus, un service et un guide d’informations familiarisent les visiteurs arabes avec les coutumes locales, parmi lesquelles le code de la route.

«Un phénomène très localisé»

L’audience prodigieuse des réseaux sociaux a rendu des lieux reculés mondialement célèbres. Devenue un sujet de photo pour les touristes Instagram du monde entier, l’auberge de montagne Aescher-Wildkirchli, dans le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, l’a appris à ses dépens. Dépassés par l’invasion, les anciens gérants ont jeté l’éponge en 2018. Ces effets collatéraux du tourisme de masse alimentent le débat sur ce qu’on appelle aussi en Suisse, le «surtourisme». Au point que même la Fédération suisse du tourisme, qui défend les intérêts du secteur, a récemment pris position par écrit sur ce thème. Robert Zenhäusern, son représentant, relativise: «En Suisse, ce phénomène reste très localisé».

Il constate que la répartition des touristes en Suisse est inégale. Certaines régions de montagne du Valais et des Grisons situées hors des circuits des tour-opérateurs internationaux déplorent toujours l’absence de visiteurs. La demande européenne n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise. Pour le spécialiste, c’est là qu’il faut œuvrer. Car le revers de la médaille du «surtourisme» fait des dégâts perceptibles dans certaines régions. D’après Hotelleriesuisse, une centaine d’hôtels ferment leurs portes chaque année en Suisse. Au rétrécissement extrême des marges s’ajoute l’absence d’investisseurs pour rénover l’infrastructure touristique vieillissante. Or, lorsqu’un hôtel ou une installation mécanique ferme, les conséquences économiques pour la région sont lourdes. Certains politiques revendiquent un soutien accru de l’État. Selon les experts, la Suisse doit, elle aussi, se préparer à la croissance mondiale du tourisme. Pour éviter les pics ingérables et ne pas mettre trop à l’épreuve la tolérance de la population, la branche mise sur la gestion des flux de touristes: au lieu de se vendre uniquement comme une destination d’hiver et d’été, elle lance pour la première fois une campagne destinée à promouvoir l’automne.

L’exemple de la Chine

En raison de l’essor économique et de l’assouplissement des règles relatives aux déplacements, de plus en plus de Chinois voyagent. Cela se ressent aussi en Suisse. En 2018, les touristes chinois ont passé 147 300 nuits en Suisse, contre 17 500 en 2005. Et selon les experts, la tendance se poursuivra. À ce jour en effet, seuls 10 % des Chinois (qui sont près de 1,4 milliard) possèdent un passeport leur permettant de voyager.

(SWE)

La «Cinquième Suisse» aime voyager

Certains visiteurs, en Suisse, ne sont pas à la recherche de l’inédit, mais du passé. Autrement dit, ils viennent voir leur ancienne patrie. Ainsi, des dizaines de milliers de Suissesses et de Suisses de l’étranger rafraîchissent leur relation avec leur pays à l’occasion d’un voyage. Les chiffres exacts manquent, les statistiques touristiques détaillant le pays d’origine des visiteurs, mais pas leur rapport avec la Suisse.

Un sondage de l’Organisation des Suisses de l’étranger auprès de 35 000 personnes permet cependant d’y voir plus clair: 68 % des sondés ont indiqué se rendre en Suisse une ou plusieurs fois par année. Un petit tiers y vient même trois fois ou plus. Une personne sur dix fait le déplacement au moins cinq fois par an. Les Suissesses et Suisses de l’étranger étant actuellement 760 000, ces résultats montrent que les expatriés forment un groupe de visiteurs impressionnant pour notre pays.

D’un point de vue économique, les vacanciers de la «Cinquième Suisse» sont assurément un facteur non négligeable. Alors que les touristes étrangers restent en moyenne moins de trois nuits en Suisse (2017: 2,1 nuits), les vacanciers de la «Cinquième Suisse» s’accordent plus de temps. Une nette majorité séjourne huit jours ou plus dans sa patrie d’origine, un quart, plus de deux semaines. En matière de souvenirs, le comportement des Suissesses et des Suisses de l’étranger est assez classique: le chocolat, le fromage, le vin et les montres constituent l’essentiel de leurs emplettes avant de reprendre le chemin de la maison. Pour l’hôtellerie en revanche, les bénéfices sont moindres: la majorité dort chez des amis ou des proches.

Au chapitre des solutions choisies pour consolider ses rapports avec la Suisse, il ressort clairement du sondage que les visites régulières sont le meilleur moyen de conserver des liens forts avec sa patrie d’origine. En deuxième position, on trouve la lecture de la «Revue Suisse», suivie de la possibilité d’avoir une participation politique. Notons que ce sondage a été effectué avant la remise en question du vote électronique.

Marc Lettau

 

Lire la suite:  «Tout le monde veut aller au même endroit»

Commentaires (9)
  • Vincent Poder, France
    Vincent Poder, France à 19.09.2019
    Effectivement il est primordial de ne pas céder à la soif de l'or sur le sujet du tourisme de masse. Ce n'est pas les revenus potentiels qui doivent compter, mais la préservation de l'authenticité des lieux.
    Présenter la traduction
  • Christiane Arnold, Spy, Belgique
    Christiane Arnold, Spy, Belgique à 19.09.2019
    Voyager en Suisse en dehors des masses de touristes, donc oublier les mois de juillet et août, est idéal. Je l’expertise chaque année car j’adore revenir au pays et retrouver ma famille. Mais pourquoi le train est si cher ? Pourquoi le Vauban a-t-il été supprimé ? A 80 ans, il me faut changer 3 fois de train pour venir depuis la Belgique... Mais j’aime mon pays...
    Présenter la traduction
  • Peter Schenk USA/New Fairfield
    Peter Schenk USA/New Fairfield à 19.09.2019
    Propose ‘Online’ virtual-reality; enjoy it all from the comfort of home...
    Présenter la traduction
  • Mary Hofmann, Georgia (Caucasus)
    Mary Hofmann, Georgia (Caucasus) à 19.09.2019
    Swiss going home...as recently the TSR program showed... we can't afford to live there but miss our families and friends, so instead of "tourism" we are trying hard to keep family ties, in spite of the exclusion we feel at having a pension that only gets us through a month in Eastern or Southern Europe. Yes, 8 days or 2 weeks is about all we can afford when we go to see the children or grandchildren. Sad situation.
    Présenter la traduction
  • Peter Vogel, Memphis, Tennessee
    Peter Vogel, Memphis, Tennessee à 19.09.2019
    We visit as often as we can now, and after retirement we plan to spend months each year in Switzerland. Luckily it is easy now to find Swiss food products in the USA, and the cheeses appear to be less expensive here than in Switzerland! That is always surprising to me.
    Présenter la traduction
  • Roberto Ferrari, Buenos Aires, Argentine
    Roberto Ferrari, Buenos Aires, Argentine à 19.09.2019
    J'ai suis retourne en fevrier en Suisse, pour me rencontrer avec ma familie et des amis. Cétait tres emouvant retrouver les lieux ou j'ai etudie, travaille et fait mon service militaire. Je pense y retourner tres bientot, car la Suisse est un paradis sur terre pour ce que vivons loin.
    Présenter la traduction
  • Rudi Amrein, Donegal, Ireland.
    Rudi Amrein, Donegal, Ireland. à 17.10.2019
    i am second generation Swiss living abroad and would like to see more of the authentic Swiss culture when i go there on holiday, small village life in the mountains would be great especially for the improvement my children's language skills.
    as stated earlier in the article we are high value customers and this is what is needed in the rural areas, it seems like a perfect fit. sightseeing and nightlife can be had anywhere, local based activities are whats wanted and the food experience is second to none, ho the cheese, bread and bundnerfleisch. can't wait to go again.
    Présenter la traduction
  • Wolfgang und Beatrice Weber, Brasilien
    Wolfgang und Beatrice Weber, Brasilien il y a 3 semaines
    Wir sind ein Schweizer Pensionärs-Ehepaar, das in Brasilien lebt und verfolgen das Leben in der alten Heimat mit grossen Interesse. Dementsprechend wichtig ist für uns neben Radio und TV die Schweizer Revue, vor allem wegen der hervorragend recherchierten Hintergrundberichte. Zum Artikel Massentourismus: Da wir unser gesamtes Arbeitsleben in der Schweiz in Tourismus und Hotellerie tätig waren, wissen wir um das Problem. Massentourismus ist kontraproduktiv und zerstört die Grundlage dessen, unsere Natur. Dies nicht nur direkt an den Hotspots, sondern im gesamten Umfeld. Zustände wie in der Luzerner Innenstadt sind grausam für alle. Zu viele Touristiker haben immer noch ausschliesslich Kapazitätssteigerung als Zielvorgabe. Natur und die einheimische Bevölkerung scheinen kein Kriterium zu sein. Das muss sich ändern. Qualität muss vor Quantität stehen. Auch die schnelle Erreichbarkeit durch gute Verkehrswege wandelt sich vom Segen zum Fluch. Nun leben wir in Brasilien und machen auch hier Reisen zu den beliebten Zielen. Es geht auch anders, wie vor Ort zu sehen. Macchu Pichu, Trem fim do mundo in Ushuaia, Zuckerhut, Iguaçu, und besonders Corcovado. Limitierter Zugang durch ausschliesslich öffentliche Verkehrsmittel, Einlass mit Karte und auch Wartezeit machen die Besichtigung für alle erträglich, auch für die Natur. Man könnte in der Schweiz von den südamerikanischen Touristikern lernen, wenn man wollte. Diese sind einen Schritt voraus. Dabei schaut man doch so gerne verächtlich auf Lateinamerika. Zu unrecht.
    Présenter la traduction
  • Ernst  Ruetimann ,  Trang, Thailand
    Ernst Ruetimann , Trang, Thailand il y a 3 semaines
    Auch hier in Thailand ist Massentourismus eine "Plage". Alle wollen immer an die gleichen schönen Orte und jeder "Geheimtipp" ist bald keiner mehr . Nicht nur wird die Natur mit dem Plastik zugemüllt, auch die Unterwasserwelt leidet (siehe Maya - Bucht bei den Phi Phi Inseln). Vor 70 Jahren fuhren etliche Eidgenossen auf den Hochseeschiffen unter Schweizerflagge, da Urlaub in Übersee finanziell nicht möglich war. Gut, es gab schon immer die individuellen Rucksacktouristen, welche damals mit Trampen die weite Welt zu erkunden hofften. Auch ich war ab '70 für zwei Jahrzehnte Schiffselektriker, aber mit dem Ziel, einen Auswanderungsort für später zu finden. Fand dann auch Freude an der Reiserei und war zwischen den Fahrzeiten auf den Schiffen viel in der Welt unterwegs. Die Weltbevölkerungsexplosion wird auch kaum zur Dämpfung des Massentourismus beitragen!
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch