Quitter la Suisse pour d’autres horizons

Avec son exposition «La Suisse ailleurs», le Musée national suisse à Schwytz invite le public à réfléchir au thème de l’émigration.

En gare de Zurich, avant le départ, vers 1930. Photo Keystone

D’abord, c’est une photo qui attire l’œil. Sur celle-ci, un jeune couple avec un bébé est assis sur une valise pleine à craquer. L’homme porte de hautes bottes lacées et un chapeau un peu chiffonné, mais sa cravate est bien nouée. La femme est vêtue comme pour une excursion dominicale. Tous deux semblent impatients de découvrir ce qui les attend. Ou bien est-ce de la tension ou de l’incertitude qui se lit dans leur regard? L’image révèle peu de choses d’emblée. Nous sommes ici dans la gare principale de Zurich, vers 1930, devant le compartiment fumeurs d’une voiture de 3e classe des CFF, et ce couple fait partie d’un contingent de 40 chômeurs suisses démunis en partance pour le Brésil. Leur but: s’établir comme planteurs dans la forêt vierge. Il s’agissait là d’une exportation de la misère encouragée par l’État. En effet, l’agence d’émigration ANSA était subventionnée par la Confédération pour accompagner les candidats à l’expatriation.

Voici le genre de souvenirs sur cette patrie d’émigration que fut la Suisse, qu’évoque la belle exposition «La Suisse ailleurs» à Schwytz. Le public y découvrira des récits d’émigrants d’hier et d’aujourd’hui, ainsi que les raisons et les espoirs qui les ont poussés à s’expatrier. Mais l’exposition retrace aussi l’histoire de la création de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) et montre bien, enfin, à quel point les mouvements migratoires sont communs dans l’histoire.

Elle est d’un intérêt tout particulier pour les Suisses de l’étranger de passage ici, qui seront sans doute heureux de prendre part à l’une des nombreuses manifestations proposées. Ainsi, du 11 au 22 septembre 2019, de 13 h à 16h, un «bureau d’enregistrement des histoires d’émigrants» conviera par exemple les visiteurs à venir raconter l’histoire de leur expatriation et à la faire transcrire par écrit.

Un nouveau livre de Leo Schelbert, «Von der Schweiz anderswo», approfondit le sujet. L’auteur y montre, à l’aide de centaines d’exemples, à quel point les Suisses sont présents dans le monde entier. Qu’il se penche sur les mercenaires, les missionnaires ou les individus à la recherche d’un travail, du bonheur ou d’une meilleure vie ailleurs, l’ouvrage souligne aussi que les nations n’ont jamais été des entités fermées, mais qu’elles ont toujours fait partie, et ce encore aujourd’hui, d’un vaste tissu mondial.

 

Exposition «La Suisse ailleurs», Musée national suisse, Forum de l’histoire suisse à Schwytz, Zeughausstrasse 5, 6431 Schwytz. À découvrir jusqu’au 29 septembre 2019. www.nationalmuseum.ch/f/schwyz/

 

Leo Schelbert: «Von der Schweiz anderswo. Historische Skizze der globalen Präsenz einer Nation.» (en allemand) / «Switzerland elsewhere. Historical Sketch of the Global Presence of a Nation» (en anglais); 320 pages, relié, Limmat Verlag, 8031 Zurich; 38 francs / 40 euros.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch