Les Suissesses et Suisses de l’étranger lancent l’année électorale

Les élections fédérales à venir étaient au centre des discussions du Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) lors de sa réunion à Berne. Pour la première fois de son histoire, le CSE donnera des recommandations de vote.

Une séance variée pour le Conseil: à Berne, l’année électorale était au centre des discussions du CSE. Photo Marc Lettau

«2019 est une année électorale et il est plus important que jamais de défendre les intérêts des 760 000 Suissesses et Suisses de l’étranger et de rappeler aux politiciens que leur voix compte», a souligné Remo Gysin, président de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), en ouvrant la séance du Conseil des Suisses de l’étranger (CSE) le 23 mars à l’hôtel du gouvernement de Berne. 172 000 Suissesses et Suisses de l’étranger sont actuellement inscrits sur un registre électoral, l’équivalent du corps électoral du canton de Thurgovie.

À Berne, le CSE a décidé pour la première fois d’émettre des recommandations de vote afin de mieux prendre en compte les préoccupations et besoins des Suisses de l’étranger lors de la prochaine législature. Les modalités de ces recommandations seront approuvées lors de la prochaine réunion du CSE, qui se tiendra le 16 août 2019 à Montreux.

Une plateforme d’informations sur les élections, dédiée à la «Cinquième Suisse» est déjà en train d’être mise en place: www.aso.ch/wahlen2019. Elle fournit d’une part, des conseils pratiques sur les procédures de vote et d’autre part, elle donne un aperçu du paysage politique suisse. Ainsi, les partis politiques représentés au Palais fédéral peuvent s’adresser directement aux Suissesses et Suisses de l’étranger. Ils auront aussi l’opportunité de s’adresser aux délégués venus du monde entier lors du Congrès des Suisses de l’étranger de Montreux.

En tant que porte-parole officiel des Suissesses et Suisses de l’étranger, le CSE établira cette année un manifeste électoral. Le Conseil l’a élaboré dans les grandes lignes à Berne tandis qu’il approuvera la version définitive en août à Montreux. Ce manifeste électoral s’adresse en priorité aux partis politiques et aux candidats aux élections fédérales. Il soulève des thèmes essentiels pour les citoyens vivant à l’étranger, tels que l’avenir du droit de vote et d’éligibilité, la mobilité internationale, le maintien du réseau consulaire et les relations pour l’heure insatisfaisantes entre les établissements bancaires suisses et les Suisses de l’étranger.

Dans ce contexte, le CSE a également tenu à rappeler à Berne un point perçu comme discriminatoire par de nombreux Suisses et Suissesses de l’étranger: en tant que clients de PostFinance, ils paient aujourd’hui des frais beaucoup plus élevés et n’ont pas accès aux mêmes prestations que leurs concitoyens vivant en Suisse. Du point de vue du CSE, PostFinance SA, dont l’actionnaire principale est la Poste suisse, détenue par la Confédération, a aussi une responsabilité particulière vis-à-vis des citoyens suisses vivant à l’étranger. Beaucoup de nos compatriotes déménagent à l’étranger pour des raisons professionnelles et pour une courte durée, ce qui rend d’autant plus nécessaire la possession d’un compte en Suisse.

En ce qui concerne ce sujet important, le CSE évite la voie de la confrontation. Il renonce dans un premier temps à une plainte contre PostFinance. Mais il a pris clairement position lors de sa résolution votée à Berne: «Nous, Suissesses et Suisses de l’étranger, exigeons un accès sans discrimination aux services de PostFinance.»

(OSE)

Commentaires (5)
  • Markus Manz, Portugal-Guia
    Markus Manz, Portugal-Guia à 24.05.2019
    Quand on quitte son pays on ne vote plus !! on n'est plus concerné ou sinon restez en Suisse.
    Présenter la traduction
    • Kati Lyon, Canada
      Kati Lyon, Canada à 26.05.2019
      Non, pas du tout. Les intérêts de la Suisse à l'étranger sont défendus tout particulièrement par ses citoyens émigrés. Personne ne perd jamais sa nationalité; on ne change que sa citoyenneté.
      Présenter la traduction
    • Hansjörg Romer, Colombia
      Hansjörg Romer, Colombia à 27.05.2019
      Hardly. My family still resides in Switzerland. Much of my money resides in Switzerland. Sometimes we keep property in Switzerland. And often times, we return to Switzerland to retire. We are swiss, and enjoy the ability to see, do business and taste the world; but we do not want our beloved switzerland to descend into chaos or be taken over by fascism while we are seeing the world. Is reason we retain our right to vote and voice our desires.
      Présenter la traduction
  • Marie-Rose Blomgren-Walter, Göteborg, Suède
    Marie-Rose Blomgren-Walter, Göteborg, Suède à 26.05.2019
    Mais mais mais !
    Présenter la traduction
  • Marie-Rose Blomgren, Göteborg, Suède
    Marie-Rose Blomgren, Göteborg, Suède à 27.05.2019
    Mon commentaire, publié plus tard, se référait au message de M. Lanz. Merci Kati Lyon.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch