Mobilisation générale des tireurs

La Suisse doit adapter sa législation sur les armes aux prescriptions de l’UE si elle ne veut pas mettre en péril les accords de Schengen. Le projet essuie les tirs nourris des amateurs d’armes. Il sera soumis au vote du peuple le 19 mai.

Durcissement de la législation sur les armes: pour les tireurs, un véritable affront. Photo Keystone

Grand connaisseur du tir: René Schneider Photo mise à disposition

Quand il est question d’armes, le débat devient rapidement houleux en Suisse, et le premier tireur du pays, Guillaume Tell, n’est jamais très loin… Il reprend du service en ce moment, par exemple sur le site web de Pro Tell, la société pour un droit libéral sur les armes, où il dresse sa main droite en signe d’arrêt, flanqué de ce slogan: «La Suisse libre, non au diktat de l’UE qui nous désarme!» Guillaume Tell ne se bat pas seul. René Schneider est lui aussi prêt à dégainer. Excellent connaisseur du tir, il est président d’honneur de la société Militärschützen Unterseen, membre d’honneur de l’Oberländischer Schützenverband de Berne et membre d’honneur de l’Association sportive bernoise de tir. Voici ce qu’il a dit à la «Revue Suisse»: «Nous sommes un peuple démocratique et décidons nous-mêmes ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas. Nous ne devons en aucun cas tolérer que le tir sportif, cette grande tradition suisse, soit anéanti par la directive de l’UE sur les armes.» Celle-ci est sous le feu des attaques des tireurs suisses.

L’origine des débats remonte aux attentats terroristes de 2015 à Paris, au cours desquels 130 personnes ont été abattues avec des armes semi-automatiques. Peu après, l’UE a durci sa législation sur les armes. La Suisse faisant partie de l’espace Schengen, et donc du réseau européen de sécurité policière, elle doit intégrer les nouvelles dispositions à sa législation nationale sur les armes. C’est précisément ce contre quoi s’élèvent les sociétés de tireurs, soutenues par l’UDC. Elles ont lancé un référendum.

Les armes semi-automatiques en point de mire

Seront interdites les armes semi-automatiques ayant des chargeurs de grande capacité. Il s’agit des fusils, revolvers et pistolets avec lesquels on peut tirer plusieurs coups d’affilée: s’il reste nécessaire de déclencher chaque tir, l’arme ne doit pas être rechargée. Problème: les fusils d’assaut 90 et 57, très répandus parmi les tireurs suisses, font justement partie de ces armes semi-automatiques. La Suisse a cependant négocié des dérogations avec l’UE: l’arme d’ordonnance pourra toujours être conservée à la maison et utilisée après la fin du service militaire. L’UE a ainsi véritablement fait une fleur à la Suisse, cette dérogation ne s’appliquant qu’à la Confédération. On parle d’ailleurs même parfois, pour cette raison-là, de «Lex Helvetica».

Les personnes possédant déjà une telle arme pourront elles aussi la conserver. Elles doivent simplement, si elles ne l’ont pas encore effectué, la faire inscrire dans les trois ans au registre cantonal des armes. De leur côté, les tireurs sportifs pourront toujours acquérir ce type d’armes. Ils devront cependant être membres d’une société de tir ou prouver qu’ils pratiquent régulièrement le tir sportif. Par «régulièrement», les autorités entendent cinq séances de tir en cinq ans.

Alors, qu’est-ce qui gêne concrètement les tireurs dans ces nouvelles règles? Réponse de René Schneider: «Nous ne serions plus les propriétaires d’une arme, mais seulement les détenteurs d’armes interdites soumis à des obligations particulières et tolérés par l’État! Nos pratiquerions notre sport avec des ‹armes interdites›. L’acquisition d’une arme ne serait possible qu’avec une autorisation exceptionnelle. Or, cette autorisation est bien plus stricte que le permis d’acquisition d’armes exigé aujourd’hui, et entraînerait une diminution massive du nombre de tireuses et de tireurs.» René Schneider trouve en outre «absolument illogique» qu’une arme fournie par l’armée ne soit pas considérée comme interdite, alors qu’une arme achetée en privé le soit, «bien qu’il s’agisse de la même arme. Cela engendrerait un système à deux vitesses parmi les tireurs.»

Cette nouvelle réglementation ne serait-elle pas susceptible de gonfler les rangs des membres des sociétés de tir, puisqu’elle requiert notamment que les tireurs sportifs s’affilient à une telle association? «Absolument pas», tranche René Schneider, catégorique. «Dans notre association, nous n’acceptons que les nouveaux membres introduits par un membre déjà inscrit. Ainsi, nous nous assurons de n’enrôler que des personnes dont la réputation est intègre. Nous n’accueillons pas n’importe quel quidam qui frappe à notre porte. Les obligations et responsabilités se reporteraient, j’en suis certain, sur les sociétés de tir. Celles-ci pourraient tout à coup avoir à fournir des preuves de tir pour leurs membres.»

La sortie de Schengen coûterait des milliards

Dans les sociétés de tir, la méfiance est donc grande. Même si le Parlement s’est donné la peine de réduire autant que possible la charge administrative. Josef Dittli, conseiller d’État libéral uranais, a résumé la situation ainsi: «Nous voulons prendre en compte les particularités suisses et la tradition dans le domaine du tir sans mettre en péril les accords de Schengen.» Toutes les requêtes de la gauche visant à durcir encore la législation sur les armes ont été rejetées, tout comme celle de l’UDC, qui s’opposait à l’application des règles européennes.

Nicolo Paganini, conseiller national PDC, invite à ne pas sacrifier ces accords «pour en faire un exemple en matière de souveraineté sur un objet inapproprié». L’Office fédéral de la police (fedpol) rappelle lui aussi les problèmes que cela engendrerait: sans Schengen, «notre police serait aveugle et sourde». Il souligne qu’il est important que la Suisse continue de faire partie du réseau européen de sécurité. Mettre sur pied un système de sécurité policière national correspondant aux standards actuels de Schengen coûterait entre 400 et 500 millions de francs. De surcroît, la perte du visa Schengen aurait de graves conséquences pour le tourisme suisse et les régions frontalières. D’après la Confédération, la sortie de Schengen équivaudrait à une perte de revenus de l’ordre d’onze milliards de francs par an pour l’économie suisse.

N’est-ce pas un prix trop cher à payer pour épargner quelques éventuelles tracasseries administratives aux tireurs? René Schneider demeure quelque peu évasif à ce sujet. Le Conseil fédéral doit d’après lui renégocier la directive sur les armes de l’UE avec celle-ci: «Je suis convaincu qu’une solution peut être trouvée qui soit acceptable pour les deux parties et ne mette pas en péril les accords.»

La Suisse: un véritable arsenal

Le tir est une tradition ancestrale en Suisse, et les amateurs d’armes y sont nombreux: en 2013, date de la dernière estimation de la Confédération, les Suisses possédaient près de deux millions d’armes à feu. Des recherches de la «NZZ am Sonntag» montrent que les cantons ont depuis délivré entre 150 000 et 250 000 permis d’acquisition d’armes. Étant donné qu’il est possible d’acheter jusqu’à trois armes par permis, il est raisonnable de penser que 2,5 à 3 millions d’armes à feu se trouvent actuellement dans les foyers suisses.

 

Le 19 mai 2019, le peuple suisse se prononcera également sur la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA). Le projet a été présenté de manière détaillée dans la «Revue Suisse» de novembre 2018.

 

Commentaires (32)
  • Heinrich V. Carl G., Clarines, Anzoátegui, Venezuela
    Heinrich V. Carl G., Clarines, Anzoátegui, Venezuela à 22.03.2019
    Im Rahmen dieser Diskussion möchte ich gerne vernehmen, wie oft in der Schweiz der Waffenbesitz zu Schandtaten missbraucht wird und wie die Schweiz im Vergleich zu andern Ländern abschneidet. Insbesondere der Missbrauch der vom Militär den Soldaten zu Hause anvertraute Waffenbesitz mit Munitionspaket. Meines Wissens ist die Schweiz wohl weltweit ein Einzelfall.
    Présenter la traduction
    • Silvia von Kaenel, Nancy Frankreich
      Silvia von Kaenel, Nancy Frankreich à 22.03.2019
      Im Rahmen dieser Diskussion wäre es auch interessant zu wissen, wie die vielen Jagdwaffen gerade in Frankreich eingestuft werden! Hier gibt es in beinahe jedem Haushalt Jagdwaffen und die fallen doch wohl alle unter Halbautomaten! Ich werde das Gefühl nicht los, dass hier mit sehr verschiedenen Ellen gemessen wird!
      Présenter la traduction
    • Richard Jakob-Hoff, New Zealand
      Richard Jakob-Hoff, New Zealand à 22.03.2019
      So was New Zealand until very recently. Don't delude yourself that Switzerland is somehow immune to crazy people. I have been a hunter and, in my opinion, anyone who uses semi-automatic weapons for hunting is a very poor hunter. They should not be in private hands at all. Traditions are not sacred. Just because our forebears have done something for generations doesn't mean it's right or that it's appropriate in today's world - look at slavery or women's inability to vote. These were also traditions that would not be tolerated today. So let's stop listening to those with a vested interest in the status quo and listen to what our hearts tell us is right.
      Présenter la traduction
  • Frank Lauscher, Mainz, Deutschland
    Frank Lauscher, Mainz, Deutschland à 22.03.2019
    EU auflösen - Problem gelöst. Die souveränen europäischen Länder können dann zusammen Regeln für den Schengen-Raum verhandeln. Es zeichnet sich jetzt schon ab, dass durch die Migrationsinvasion sowieso bald die Grenzen zumindest minimal wieder kontrolliert werden müssen, damit wenigstens ein Teil der mit zugewanderten Straftäter ab und an ins Netz gehen.
    Présenter la traduction
    • Roland Schmied, France
      Roland Schmied, France à 22.03.2019
      Wie naiv! "EU auflösen - Problem gelöst". Die Schweizer haben es immer noch nicht kapiert: ohne Bilaterale mit der EU könnte die CH schon längst den Laden schliessen. Und da muss man eben auch ein paar Kompromisse eingehen. Die Frage des Waffenbesitzes ist doch ein Mini-Problem von dem nur ein paar Waffenliebhaber betroffen sind. Für mich ist jedenfalls klar: weniger Waffen = weniger Möglichkeiten für Probleme mit ihnen (siehe USA, siehe NZ).
      Présenter la traduction
  • Mark Hangartner, Auckland, New Zealand
    Mark Hangartner, Auckland, New Zealand à 22.03.2019
    “We would no longer be firearm owners but holders of illegal guns who are tolerated by the state and subject to special requirements."

    if this is your strongest objection - find something worth complaining about.

    When you see what has just happened in New Zealand, the risks of lax gun rules are too horrible to contemplate.
    Présenter la traduction
  • Tito Bassi  Guatemala City- Guatemala
    Tito Bassi Guatemala City- Guatemala à 22.03.2019
    In questo strano mondo, disporre di una notevole e vasta comunitá come la svizzera che si sostiene nella diversitá della convivenza culturale, scientifica, politica, religiosa,linguistica e armamentista, é un errore modificarla o peggio ancora eliminarla nel suo contesto invece di copiarla ed estenderla come esempio per altre comunitá. É un po' come se in natura si scoprisse una specie resistente di persé a certe malattie e si optasse per eliminarla invece di propagarla, solo per una questione di razionalitá nello spargimento di un antidoto artificiale.
    Présenter la traduction
  • Daniel Conus, Bethlehem, USA
    Daniel Conus, Bethlehem, USA à 22.03.2019
    Firearms are not the problem in the horrible tragedy that happened in New Zealand, racism is. If firearms were not accessible, the extremist would have set the mosque on fire, or driven a truck through it; the firearms were just the mean to an end. Restrictive laws impede good citizen to practice their hobby and to live the way they wish. Non law-abiding citizens will not alter their behavior because of a new law and will manage to get access to weapons on the black market. Education is the key, not restrictions.
    Présenter la traduction
    • Brigitte Daffern-Langenauer, Beaumont du Périgord Frankreich
      Brigitte Daffern-Langenauer, Beaumont du Périgord Frankreich à 22.03.2019
      Als Appenzellerin (habe 43 Jahre in der Schweiz gelebt) bin ich
      stolz, dass in der Schweiz Waffenbesitz möglich ist. Vermutlich
      ebenso gut kontrolliert, wie in den USA. Seit manchen Jahren lebe
      ich mit meinem englischen Ehemann in der wunderschönen Dordogne, wo fast jedes Jahr Todesfälle sich ergeben, wegen der "Chasse", was sehr
      traurig ist. Aber es ist sehr schwer, alle Risiken abzudecken.
      Hoffentlich findet sich eine Lösung.
      Présenter la traduction
    • Francis Ramseyer, France, France
      Francis Ramseyer, France, France à 24.03.2019
      You're right !
      Présenter la traduction
    • Rolf Demmerle USA
      Rolf Demmerle USA il y a 1 semaine
      Well said, thank you
      Présenter la traduction
  • Martin Kaufmann, Aarhus, Dänemark
    Martin Kaufmann, Aarhus, Dänemark à 22.03.2019
    Ein grosses Problem der EU Richtlinie ist, dass periodische Anpassungen dort "eingebaut"sind. Die EU kann somit direkt ins Schweizer Recht eingreifen, welches absolut verhindert werden muss. Die Schweiz ist eine selbständige Nation und löst eventuelle Probleme selber. Was Schengen anbetrifft, habe ich keine Sorgen. Schengen ist ein Abkommen, das auf Verhandlungen basiert, und keine Diktatur. Ich werde ganz klar NEIN stimmen!
    Présenter la traduction
  • Luke Harkness, USA
    Luke Harkness, USA à 22.03.2019
    There are a number of reasons why being a member of the Schengen treaty has value for Switzerland. However, there are aspects of joining with this wider community of nations that seriously challenge the sovereignty that Switzerland has so long championed and benefited from. Schengen is a wonderful idea for times that are good in Europe, and international cooperation for economic and security purposes makes a lot of sense in an age of terrorism and mass migration. I’m still baffled that countries willingly forego their sovereign right to border control. It’s important to remember that Europe has a long history of devolving into conflict and going down paths that do serious harm to individual freedoms and human rights. The Swiss people should do everything in their power to retain individual freedoms, such as the right to protect one’s family, and should guard Switzerland’s unique decentralized and localized government from being infringed upon by Brussels.
    Présenter la traduction
  • PM Kronenberg, USA
    PM Kronenberg, USA à 22.03.2019
    Forget the EU for a second. What existing specific problem in Switzerland are we trying to address with the introduction of this new gun regulation?!
    Présenter la traduction
    • Otto Anderhub, USA, Florida
      Otto Anderhub, USA, Florida à 22.03.2019
      There is no problem in Switzerland! The problem is the EU, the lack of morals and education in the world. As a previous comment posted, they find other ways after gun controls! I as well will be against more laws and controls. My vote "NO"
      Présenter la traduction
  • Steve C. Turbenthal, Canada
    Steve C. Turbenthal, Canada à 22.03.2019
    If You are not a Swiss citizen You have no business commenting on this news.
    Présenter la traduction
    • Alfred Boni
      Alfred Boni à 22.03.2019
      Wann haben wir endlich genug von den Europäischen Regeln. Wir sind die Schweiz und ich sehe nicht, dass Deutschland und andere Länder ihre Gesetze konstant für uns ändert. Wir sind ja ein Bestandteil der EU und irgendwie finde ich das die Schweiz nicht immer Anpassungen macht, sondern das die anderen Länder sich auch mal an uns anpassen. Wenn es so schlecht ist in der Schweiz sollten sich gewisse Leute mal herumschauen wie man eines anderen Pass mit dem EU Logo bekommt.
      Ein Grossteil des Problems liegt darin das unsere Politiker immer noch am «Ladenverkauf der Schweiz» sind, damit man eine Politische Position bei der EU hat.
      Hat ja auch mehr Prestige!

      Meine Stimme: Nein
      Présenter la traduction
  • Maximilian Müller, Harpstedt, Deutschland
    Maximilian Müller, Harpstedt, Deutschland à 22.03.2019
    Es gibt große Probleme in der Welt und kleine.
    Das ist doch eher kleiner!
    Présenter la traduction
    • Joe Meyer, Canada
      Joe Meyer, Canada à 23.03.2019
      I agree it's only a small problem, then why change. NO.
      Présenter la traduction
  • Niklaus Durrer, Australien
    Niklaus Durrer, Australien à 23.03.2019
    Schiessen in der Schweiz muss weiterhin bestehen, wie auch die Schiessvereine weiter bestehen müssen. Das Schweizer Schusswaffengesetz ist nach wie vor gut und die Sicherheitsmassnahmen sind fest. Ausserdem haben die Schweizer Schützen ein viel höheres Verantwortungsgefühl für Schusswaffen als es in einigen anderen Ländern der Fall ist. Das Sturmgewehr ist eine Ordonanzwaffe und muss im Einsatz bleiben und die gute Schiesstüchtigkeit weiterhin aufrecht zu erhalten.
    Die EU sollen ihren Laden selbst aufräumen und wenn er so gut aufgeräumt ist wie in der Schweiz, können sie nur froh sein darüber.
    Présenter la traduction
  • Alejandro Moncayo
    Alejandro Moncayo à 23.03.2019
    If that´s all the problem, then say No! Nothing will happen afterwards, as Switzerland will continue to live with it own laws. Every country is sovereign, and it shall always live as so. Remember words said by someone (probably Mr. Osbourne): If the problem of going to war were merely the firearms, then why should soldiers go to war then?
    Présenter la traduction
  • Ursula Rauen, Spanien
    Ursula Rauen, Spanien à 23.03.2019
    Meiner Meinung nach lässt sich die Schweizer Regierung immer mehr in die Schweizer Rechte und Gesetze von der EU reinreden. Bis zum heutigen Tag gibt es mit unseren Waffenbesitzen kein Land, wo das im Allgemeinen so kontrolliert und gut abläuft. Praktisch jeder Schweizer Mann hat eine Waffe mit Munition (Militär) zu Hause. Dazu kommt, dass unsere Regierung generell etwas mehr unsere Schweizer Interessen vertreten. Wie man täglich in den Medien erfährt, hat die EU wohl mehr als genug wichtige eigene Probleme zu lösen.
    Présenter la traduction
  • Jost Siegfried, Whakatane, New Zealand
    Jost Siegfried, Whakatane, New Zealand à 24.03.2019
    If the suggested changes lead to one less death over the next twenty years it is worth the inconvenience of all those gun owners who have to jump through extra loops. At the end of the day it appears you can still keep your guns. Try to look at it from the point of view of families who have been affected by senseless murders - and don't ever think it could not happen in Switzerland. New Zealand was in the same situation until two weeks ago - and the recent mass murder has changed the landscape for ever down under. Nobody will stop you from using your semi automatic guns for sporting or leisure purposes - but it might just make it more difficult for an illegal buyer to purchase a weapon. It is fact of life that there are bad fruit in every delivery of the harvest - be that in Switzerland or anywhere else in the world.
    Présenter la traduction
  • Michel Piguet
    Michel Piguet à 24.03.2019
    Quelle que soit la législation, on ne peut empêcher, ça et là, un déséquilibré ou un mafieux d'utiliser, hors législation, des armes à feu.
    Quand on fait partie d'un système, il faut s'y conformer et le compromis présenté me semble tout à fait raisonnable. On interdit pas l'usage du tir sportif, on le réglemente simplement. L'UDC n'a pas encore fait de référendum contre le permis de tuer que représente le permis de conduire, elle est en perte de vitesse dans l'utilisation abusive des référendums.
    Dans sa grandiloquence de la démocratie, on peut toujours se poser la question si le peuple a toujours le pouvoir. (ce que veut dire démocratie) avec les groupes de pression et la corruption que représente le système des lobbys, le dicta de la majorité germanique, voir le problème de la caisse unique de maladie avec des différences monstrueuses selon le lieu de domicile, chères en Suisse romande et supportables en région germanique.
    Présenter la traduction
  • Jean-Marc Jeanmaire, France
    Jean-Marc Jeanmaire, France à 24.03.2019
    La Suisse n'a pas à se mettre servilement aux ordres de la dictature Bruxelloise ! Quand j'habitais la Suisse j'ai toujours possédé des armes de diverses catégories y compris semi-automatiques et pratiqué le tir en stand ou dans la nature dans des endroits spécifiques pour ce genre de pratique !
    Les lois Bruxelloises font déjà suffisement de mal dans trop de pays, voir la France par exemple, alors ce diktat ça suffit ! Laissez le peuple Suisse juger de ce qui est bon pour lui et refusez la mainmise de l'europe sur nos libertés démocratiques !
    Et surout arrêtez cette psychose compassionelle à chaque fois qu'un psychopathe ou un terroriste tue en masse, et gardez vos armes pour vous défendre !
    Présenter la traduction
  • Werner Stoll, Köln, Deutschland
    Werner Stoll, Köln, Deutschland à 24.03.2019
    Die haarsträubende Ignoranz und Unwissenheit mancher meiner Landsleute macht mich traurig. Zehntausende Schweizer fahren Woche für Woche ins benachbarte EU-Ausland um billig einzukaufen. Tausende Schweizer fahren regelmäßig in Österreich Ski, weil es dort billiger ist als im eigenen Land. Dank Schengen-Abkommen werden sie nicht einmal mehr kontrolliert an den Grenzen. Die Schweizer Wirtschaft könnte ohne die EU gar nicht existieren. Die Vorteile der EU werden also täglich gern angenommen. Wie kann man nur aus einem vergleichsweise kleinen Problem so eine Staatsaffäre machen.
    Also, liebe Landsleute, kommt bitte im 21. Jahrhundert an. Verharrt nicht länger im 19. wie in einem Reduit.
    Présenter la traduction
    • Michel Piguet
      Michel Piguet à 25.03.2019
      Bravo pour votre commentaire!
      Présenter la traduction
    • EWALD VARCHMIN, Deutschland
      EWALD VARCHMIN, Deutschland à 28.04.2019
      Sie haben es auf den Punkt gebracht, auch mich macht dieses Steinzeit denken einiger meiner Landsleute eher traurig. Wir sollten uns eher mehr konstruktiv in die EU einbringen anstatt nur zu blockieren, die Vorteile für uns alle überwiegen!
      Présenter la traduction
  • Michel Piguet
    Michel Piguet à 25.03.2019
    cher Jean-Marc Jeanmaire, je suis un peu surpris par votre commentaire, si quelques lois bruxelloises gênent parfois aux entournures, il y en a bon nombre qui ont apporté des améliorations considérables.
    Pensez à l'unification des titres scolaires, surtout universitaires, au programme Erasmus, à la facilité de passage transfrontalier, ceci au prix d'une réglementation des armes, plus que nécessaire. Voulez-vous retourner au stade de la Suisse avant 1848, ou en changeant de canton, il fallait passer la douane? sans parles des autres choses. Si en Suisse, on subit aussi le diktat de Berne, surtout en Suisse Romande, je ne vois que peu de Suisses qui aimeraient retourner à l'état 1848.
    Les problèmes globaux, pris globalement sont mieux adaptés à la majorité que ceux traités localement.
    Le mal français ne vient pas de l'Europe, mais de la structure politique française, avec son jacobinisme forcené.
    Présenter la traduction
    • Jean-Marc Jeanmaire
      Jean-Marc Jeanmaire à 28.03.2019
      Cher Monsieur Piguet,
      Non je ne veux certainement pas retourner en 1848... cependant Bruxelles nous impose des lois qui ne sont pas compatibles avec tous les pays et beaucoup de gens considèreent que c'est un diktat avec des décisions prises par d'obscurs fonctionnaires qui n'approfondissent pas leurs sujets !
      Il y a qu'a voir le chaos qui règne avec Schengen, immigration clandestine, trafics de drogues et autres, rien de bon ! et Bruxelles n'est pas mieux !
      Vous habitez la Suisse donc vous n'êtes pas soumis à toutes ces lois Bruxelloises liberticides et souvent aberrantes, ici en France avec des dirigeants lèches bottes au garde à vous le doigt sur la couture devant Bruxelles....je ne vous explique pas le ressentiment que beaucoup de français ont vis à vis de cette mafia parlementaire bruxelloise !
      Donc pour moi....toucher à la liberté des armes je dis cent fois non !
      Je serai même prêt à voter des deux mains pour un Frexit !!!
      Pour finir.... essayez de comprendre pourquoi beaucoup de français et d'allemands émigrent en Hongrie ??vous serez surpris des résultats !
      Cordialement,
      Présenter la traduction
  • Erwin Balli-Ramos
    Erwin Balli-Ramos à 31.03.2019
    SOFERN MAN KEINE PROBLEME HAT, MACHT MAN SICH DOCH WELCHE. SCHON NUR, UM MIT WENIGSTENS ETWAS AUFZUFALLEN.

    Meine sehr geehrten Damen und Herren, in Anbetracht der global obwaltenden Umständen kann ich nicht nachvollziehen, warum man sich im WINZLING Schweiz eine solche untergeordnete Lappalie beinahe zur Staatskrise aufbauscht. Wir hätten doch ganz sicher Gescheiteres zu tun. Aber eben, hiezu müsste man die mittelalterlichen Denkschemata verlassen können.
    Présenter la traduction
  • Ted Grob, USA
    Ted Grob, USA il y a 2 jours
    I noticed the similarities between the US and Switzerland. It occurred to me that we face many of the same issues: gun control, and trade. As in Switzerland our Constitution guarantees the right to own guns. There are many here who want that right eliminated, or greatly controlled. Please remember that EVERY country that took their citizens guns first registered them. I was amazed and disappointed you will align yourselves with the EU’s wishes in this regard.
    As far as trade, we are being told the USMCA (replaces NAFTA) is the solution for trade and other issues. USMCA is worse for the US than NAFTA and copied much of TPP and other bills. The further loss of sovereignty to my country can be devastating.
    I urge my Swiss friends to reject any further attempts by the EU to take away your sovereignty and independence.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch