Lettres à la rédaction

Les pionniers de l’aspiration du CO2 de Zürich-Oerlikon

Intéressant. Tous les procédés industriels génèrent de la chaleur résiduelle. Ainsi, la phase de régénération du filtre est pour ainsi dire offerte. Le problème naît quand la bienveillante industrie essaie de disposer du CO2 pur qui en résulte (et qui devra être compressé, autre processus gourmand en énergie, avant d’être livré). Les fabricants de boissons gazeuses sont, en effet, des clients potentiels, mais à leur place, j’aimerais piloter le projet moi-même, et cela revient à renverser la logique de marketing. Les autres applications semblent être encore de la musique d’avenir.

Eric Winkler, Angleterre

Je suis aussi d’avis que l’homme doit tout mettre en œuvre pour nuire le moins possible à l’environnement. C’est pourquoi je soutiens toutes les mesures visant à réduire le taux de CO2 dans l’atmosphère. Il est prouvé que la méthode la plus efficace est l’aspiration terrestre de dioxyde de carbone, autrement dit la reforestation. De nouvelles forêts permettraient d’aspirer des quantités immenses de CO2. Bien entendu, cette option efficace et peu coûteuse ne bénéficie guère de soutien puisqu’elle ne permet de dégager aucun profit. Je suis convaincu que derrière cette hystérie autour du CO2 se cachent avant tout des intérêts économiques. Comme le montre cet article, les entreprises préfèrent construire de gigantesques aspirateurs à CO2 peu écologiques pour gagner beaucoup d’argent au lieu de planter des arbres.

Reto Derungs, République Dominicaine

Sécheresse dans le château d’eau d’Europe

Pour résoudre le problème décrit, et bien d’autres liés au climat, je propose la chose suivante: réduire le nombre de vaches. Bien entendu, cela ne concerne pas seulement la Suisse, mais aussi et surtout l’Union européenne. Pourquoi ne pas rendre une petite partie du paysage à la nature?

Hans M. Hilber, Leinfelden, Allemagne

Julien Wanders: courir à l’africaine

Merci pour ce très bel article sur ce jeune athlète, aussi jeune que prometteur, et surtout très déterminé dans ces choix de vie au prix de gros sacrifices. Nous sommes tous derrière lui pour qu’il réussisse et atteigne le meilleur!

Philippe Derolland, France

Le nom d’un célèbre faussaire pour de vrais billets de banque

Muy bien hecho Valaisans! Voici le genre de prévention dont ont besoin les «petites gens» pour se protéger contre les dangers auxquels nous expose et continue de nous exposer le gigantesque réseau que forment les «globalisationnistes». Selon moi, David Crettenand et ses compagnons devraient recevoir le prix Nobel de l’antimondialisme.

Walter Lieber, Colombie

Le précurseur de WIR Wirtschaftsring AG se trouvait à Wörgl, petite ville au cœur du Tyrol autrichien. En s’appuyant sur la théorie de la monnaie franche de Silvio Gesell, la commune distribuait ce que l’on a appelé de «l’argent fondant». Il s’agissait de billets de banque de 1, 5 et 10 schillings qui perdaient chaque mois 1 % de leur valeur. Ils étaient ainsi dépensés beaucoup plus vite. L’un des secrets de l’argent est sa rapidité de circulation, qui a été accélérée par ce procédé et a ainsi contribué à la prospérité. Puisque les impôts communaux pouvaient être payés avec cette nouvelle monnaie, bon nombre de commerces et d’habitants étaient prêts à jouer le jeu. En ce sens, le Valais semble être sur la bonne voie.

Alfred Schmitter, Amsterdam, Pays-Bas

Églises vides: Louer, vendre, démolir?

Le courrier du lecteur Christopher Egli (États-Unis), paru dans l’édition de janvier de la «Revue Suisse», m’a beaucoup blessé en tant que chrétien pratiquant. Il y écrit être ravi de voir le nombre de croyants diminuer en Suisse et espérer que cette tendance se poursuive partout dans le monde. Je m’oppose avec véhémence à ce souhait. Je trouve qu’il est offensant. D’ailleurs, mon expérience est toute autre. Dans notre paroisse, située près de Hambourg, la foi, la tolérance et le pardon sont profondément ancrés. Ce courrier est-il un appel à l’athéisme ou à la conversion à des religions de substitution? Si c’est le cas, l’auteur a oublié de mentionner le revers de la médaille, à savoir les récentes persécutions dont sont victimes les chrétiens, par exemple en Iran, en Chine, au Pakistan ou en Corée du Nord. Des persécutions qui précipitent certains d’entre eux en prison, et parfois leur coûtent la vie.

Hans Jürgen Siegenthaler, Itzstedt, Allemagne

Commentaires (3)
  • Raphaela Pelinka, Wien
    Raphaela Pelinka, Wien à 18.04.2019
    Dem Leserbrief von Hans Jürgen Siegenthaler (Deutschland), in dem er dem in der Januar-Ausgabe der „Schweizer Revue“ veröffentlichten Leserbrief von Christopher Egli (USA) widerspricht, möchte ich mich anschließen. Christopher Egli schrieb, er freue sich, dass die Anzahl religiöser Menschen in der Schweiz abnehme und wünsche sich, dass dies überall so wäre. Ich glaube aber, dass die Tatsache, dass in Europa immer mehr Kirchen leerstehen, kein Grund zu Freude ist, sondern zur Besorgnis Anlass gibt. Meiner Meinung nach hat die Schweiz vor allem ihrer christlichen Vergangenheit viel zu verdanken. An dieser Stelle möchte ich den heiligen Nikolaus von Flüe erwähnen, der unserem Vaterland zahlreiche Gnaden erwirkt hat. In meinem vor kurzem veröffentlichten Gedichtbüchlein habe ich dem heiligen Bruder Klaus zu Ehren ein eigenes Gebetsgedicht geschrieben, mit dem ich den Leser u. a. an das „Wunder von Waldenburg“ erinnern will. Ich bete, dass unser Land zum Glauben zurückfinden möge und sich die Kirchen wieder füllen!
    Présenter la traduction
  • Regula Fischli-Tarnutzer, 9292 Milton, New Zealand
    Regula Fischli-Tarnutzer, 9292 Milton, New Zealand à 28.04.2019
    Der Kommentar von Herrn Hans Juergen Siegenthaler hat mich sehr aufgeregt.

    Solche Aussagen sind eben das ganze Problem, wenn man ein bisschen das Weltgeschehen beobachtet, sieht man wo die Probleme liegen.

    Das groesste Elend bringen die verschiedenen Religionen die einander nicht akzeptieren.

    Wir leben seit vielen Jahren in New Zealand und unsere Tuere ist fuer Alle offen, Moslem, Christen und so weiter. Darunter sind sehr, sehr wenige Menschen die wir kein zweites Mal bei uns haben moechten.

    In diesem Sinne besser keine Religion anstatt eine die nur Kopfweh bringt.
    Présenter la traduction
  • Perrone merryl, France, Haute-Savoie
    Perrone merryl, France, Haute-Savoie à 05.06.2019
    Bonjour,
    J’aimerai mettre un message à l’attention de tous les suisses.....?

    Chers compatriotes,

    Je voudrais vous mettre en garde si vous avez l’intention De revenir en Suisse vous ne serez pas toujours les bienvenus, j’explique:

    Mon mari et moi-même avons habité durant 40 ans à Genève,puis nous sommes partis dans le sud de la France pour mes problèmes de santé. Ayant avancé dans l’âge nous avons émis le souhait de revenir dans notre ville pour nous rapprocher de nos enfants. Or, nous avons pu constater que ce n'était Pas simple!

    Pour obtenir un logement à Genève il faut précédemment habiter durant 2ans de manière continue dans les 5 années précédentes, donc comment s’installer Dans cette ville si en arrivant on ne vous donne pas de logement !!! On va dormir sous les ponts? C’est le serpent qui se mord la queue ! Déjà les loyers sont excessifs et en plus on nous les refuse ....

    Cette réglementation Est vraiment stupide et incohérente, c’est scandaleux pour les suisses qui veulent revenir dans leur patrie, c’est carrément de la discrimination pure et simple.

    Il faudrait peut-être se naturaliser polonais ou turc pour pouvoir bénéficier d’un logement car pour eux il n’y a pas de problème ......

    Donc, comme beaucoup d’autres suisses nous allons rester dans le pays où nous sommes actuellement qui nous offres déjà beaucoup d’avantages même si ka vue n’est pas toujours d’aile car la France c’est un peu la pagaille...... .

    Cordiales salutations à tous
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La publication des commentaires a lieu sous un à trois jours. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier tout commentaire à caractère discriminatoire, raciste, déshonorant ou haineux. Nos règles du jeu concernant les commentaires détaillées sont disponibles ici.
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch