Seuls les dieux savent ce qu’il adviendra des églises en surnombre

La question se pose pour des centaines d’églises en Suisse: les démolir, les vendre, les louer ou les utiliser d’une toute nouvelle façon? La transformation rapide du paysage religieux suisse a ainsi des conséquences tangibles. Elle soulève de nouvelles questions: l’église au milieu du village n’est-elle qu’un lieu de culte, ou bien davantage?

Comme tout était simple en Suisse autrefois. Tous étaient catholiques ou réformés. Tous payaient l’impôt ecclésiastique. Tous allaient à l’office religieux. Jusqu’aux années 1970. Et maintenant? Seuls six habitants sur dix sont encore catholiques ou réformés. Les Églises libres ont gagné du terrain. Un vingtième de la population est de confession musulmane. Et les personnes sans confession religieuse qui ont tourné le dos aux Églises régionales autrefois puissantes, en particulier les Églises réformées, représentent déjà un quart de la population.

Dans les grandes villes traditionnellement réformées, cette situation peut paraître amère pour les paroisses. Dans la ville de Berne, par exemple, le nombre de réformés a diminué de plus d’un tiers au cours des 30 dernières années seulement, passant de 84 000 à un peu moins de 52 000 personnes. Les églises et toutes les autres propriétés de l’église sont toutefois toujours aussi nombreuses. Les coûts d’entretien sont également élevés. À Berne, l’Église réformée tire la sonnette d’alarme depuis un certain temps: si rien ne se passe, disait-on il y a cinq ans, les capitaux propres vont fondre comme neige au soleil, l’Église fera faillite.

Depuis, le bruit circule que son costume serait trop grand. Et le maître mot est de se faire entendre: investir dans les gens plutôt que dans les murs, en d’autres termes, mieux investir l’argent dans la construction d’une communauté paroissiale qui impressionne par son travail plutôt que dans la préservation de biens immobiliers impressionnants mais à peine utilisés. Ce qu’il faut faire en premier lieu est évident: les douze paroisses de Berne ont pour tâche de réduire de moitié leurs coûts d’entretien des bâtiments.

Abandonner les églises?

Mais les églises, les maisons paroissiales et les presbytères ne peuvent être changés aussi facilement que des vêtements. Encore moins les églises. Beatrice Tobler et Franziska Huber ne le savent que trop bien. Elles sont les présidente et vice-présidente de la congrégation de Saint-Paul, avocate pour l’une, théologienne pour l’autre. L’église Saint-Paul, consacrée en 1905, n’est pas n’importe quelle église. Elle est considérée comme l’une des églises art nouveau les plus importantes de Suisse. «Nous sommes assis ici dans un monument national qui mérite d’être protégé en priorité», dit Beatrice Tobler, «cette église est une œuvre d’art majeure.» Néanmoins, il est proposé d’y renoncer et de convier les fidèles du quartier dans une autre église de la ville. Abandonner cette église? «Non», disent les deux femmes en chœur. La vie religieuse a besoin de «grandes salles dignes et spacieuses». Elles ont d’autres idées. Elles cherchent une stratégie pour l’avenir.

Le lieu de travail de Johannes Stückelberger n’est pas loin de l’église Saint-Paul. L’historien de l’art est chargé de cours à la Faculté de théologie de l’Université de Berne et est considéré comme l’expert de la conversion des églises. C’est lui qui a donné naissance au Schweizer Kirchenbautag et a ainsi suscité l’intérêt du public. Au départ, il s’agissait à proprement parler d’une journée de démantèlement (Abbau) d’églises, car les premières réunions en 2015 et 2017 se sont concentrées sur la question de savoir comment reconvertir les églises. Et pour la troisième édition de 2019, il sera impossible de passer à côté: «Le sujet est désormais d’actualité en Suisse», déclare Stückelberger.

«Une tendance clairement à la hausse»

Je dois dire qu’elle n’est d’actualité que depuis récemment. Dans des pays comme la Hollande, l’Allemagne ou l’Angleterre, elle est omniprésente depuis des décennies. En Suisse, la tendance a d’abord été freinée par le financement complexe des Églises nationales, qui était intimement lié à celui de l’État. Néanmoins, au cours des 25 dernières années seulement, environ 200 églises, chapelles et monastères ont été utilisés à d’autres fins. C’est ce qu’indique la base de données de Stückelberger. Mais tous les projets de reconversion ne sont pas rendus publics. L’expert part donc du principe qu’il y a déjà «beaucoup plus de propriétés en projet, avec une tendance clairement à la hausse».

Alors quelles sont les bonnes idées pour aborder la question des églises en surnombre, quelles sont les mauvaises idées? Démolition, vente, location et utilisation prolongée: selon Stückelberger, ce sont là les premières possibilités. Cependant, les démolitions d’églises catholiques ou réformées sont restées jusqu’à présent exceptionnelles. Les bâtiments concernés sont essentiellement des bâtiments d’après-guerre qui ont besoin d’être rénovés et qui ne sont pas encore inscrits aux Monuments historiques. L’église Saint-Marc de Bâle est l’une de ces exceptions. Dans un proche avenir, les bulldozers y commenceront leur travail.

D’autre part, sur les 200 lieux de culte répertoriés dans la base de données, une proportion considérable a été vendue, environ septante. On y trouve un nombre frappant de chapelles méthodistes et néo-apostoliques. La transformation d’une tel édifice en immeuble d’habitation ou en salle de concert ne fait pas de vagues, car cela ne change pas vraiment un quartier. Cependant, si une très grande église fait l’objet d’un tel débat, la chose est différente et cela peut aussi mal tourner. C’est ce qui s’est passé à Saint-Gall avec l’église Saint-Léonard, un point de repère dans la ville. Elle est fermée depuis 13 ans et constitue une nuisance.

S’adresser aux personnes sans confession religieuse

Les églises restantes ont donc été louées ou continué à être utilisées. Les recommandations de Stückelberger vont également clairement dans ce sens. Il est préférable qu’une congrégation reste en possession de son église et donc dans la partie. S’il était possible de les mettre à la disposition de personnes extérieures, ce serait aussi un «signal énorme» pour le développement de l’institution de l’Église: nous avons des offres en cours chez nous qui ne profitent pas seulement à la communauté religieuse. Stückelberger: «L’Église doit s’ouvrir à une société non confessionnelle et montrer qu’elle ne renonce pas pour autant à ses croyances.»

Il en voit le meilleur exemple avec l’église Maihof de Lucerne. Elle aussi avait besoin d’être réhabilitée. Cependant, la congrégation a décidé de combiner le service pastoral et le travail de quartier. La nef de l’église est maintenant une salle polyvalente. De tels projets ne visent pas à reconquérir les créanciers et donc les contribuables, déclare Stückelberger: «Il s’agit de la mission des Églises pour la société dans son ensemble.»

La polyvalence est le maître mot. Et quand Beatrice Tobler et Franziska Huber parlent de l’avenir de l’église Saint-Paul de Berne, elles parlent aussi d’espaces polyvalents. D’une part, elles souhaitent abandonner leur maison paroissiale, malheureusement un peu isolée mais très fréquentée, pour construire une «maison de quartier» polyvalente à proximité immédiate de l’église et centraliser ainsi la vie paroissiale locale. Elles poursuivent également une stratégie d’avenir pour la reconstruction de l’église actuelle: si l’église devait être utilisée par plusieurs partenaires – «avec un partage complet des coûts», comme le précise le cahier des charges, la poursuite de l’exploitation serait alors envisageable. Beatrice Tobler doute cependant qu’une utilisation rentable, comme ce serait probablement possible avec la maison de quartier évoquée ci-dessus grâce aux appartements loués, le soit aussi dans le cadre de l’église.

La nef comme auditorium?

Malgré les doutes et les difficultés, de nombreuses idées sont là. L’une concerne le développement de l’université de la Ville fédérale. Elle a besoin de grandes salles. «C’est peut-être une opportunité», dit Beatrice Tobler: «Nous aurions un locataire fiable. Ce serait plus qu’une goutte d’eau dans l’océan.» Plus précisément, la question est de savoir si la faculté de médecine pourrait utiliser la nef de l’église comme salle de conférence. Franziska Huber n’y voit aucun problème. Au contraire, il bouclerait la boucle. L’éducation est «réformée par essence», dit-elle, et, dans une certaine mesure, elle fait partie du génome réformé. Par ailleurs, les premières universités étaient issues d’institutions religieuses, ainsi que des écoles monastiques et catholiques.

Mais des réserves ont déjà été formulées. Par exemple, serait-il raisonnable pour des étudiants d’autres religions d’étudier dans une église chrétienne? Huber, la théologienne, secoue la tête devant cette question. Contrairement aux catholiques, les salles d’église réformées, du moins en théorie, ne sont considérées comme des salles sacrées que si une congrégation y célèbre le culte mais pas le reste du temps. Et Tobler, la juriste, de dire: «Les étudiants sont adultes et peuvent gérer cette situation.» Le cas serait tout à fait différent si des écoliers non chrétiens devaient être scolarisés dans une église.

Les plus gros obstacles se trouvent ailleurs selon elle: la nef de l’église n’est pas conçue pour être chauffée en permanence. Et en premier lieu, l’orgue: très sensible aux variations de température. Ou bien les rangées de bancs inadaptés comme sièges d’auditorium. Mais là aussi, l’optimisme des deux femmes est frappant: ces problèmes trouveront certainement leur solution. La préservation des monuments historiques s’est également montrée favorable aux projets: «Il n’est pas dans leur intention non plus d’abandonner l’église et de la laisser tomber en ruine.»

Ces mots pourraient sortir de la bouche de Johannes Stückelberger. Il affirme que, concernant la réaffectation des églises, il est possible de faire beaucoup plus qu’on ne le pense généralement. Il existe des églises, par exemple à Olten ou Schaffhausen, dans lesquelles des bureaux et une cuisine ont été aménagés. Dans ce cas, la maison paroissiale a été cédée. Bien entendu, il s’agit toujours de peser le pour et le contre, «mais il ne faut pas oublier de mettre en balance la valeur symbolique d’un édifice religieux». Une église a un potentiel, elle constitue un «capital au sens spirituel». Si vous voulez rendre la «marque de l’église «visible dans l’espace public, vous ne le ferez jamais aussi bien avec une salle paroissiale qu’avec une église. Il conseille donc aux représentants des églises de rechercher beaucoup plus le dialogue avec le public: «Ils doivent faire du sujet le sujet de conversation en ville et montrer ce qui est possible de faire de leurs locaux.»

Ces propos pourraient, cette fois, être ceux de Franziska Huber. Lorsque les Églises veulent se préserver uniquement pour leur propre intérêt, cela va à l’encontre de l’image qu’elle se fait de l’Église, dit-elle. Elle parle d’une rupture des traditions qui s’est produite dans de nombreux lieux: «Beaucoup d’enfants ne sont plus socialisés sur le plan religieux.» Il faut maintenant empêcher la rupture de la relation. Ouvrir les locaux des églises à tous semble être une étape logique: «Si quelqu’un vient à nous, mange avec nous ou fait la fête, peu importe ses motivations.»

Les églises en tant que manifestations architecturales

Les églises pour tous, bien que «tous» ne revêt plus le même sens qu’avant: Cela ne s’entend plus comme «seulement réformé» ou «seulement catholique». Cela évoque plutôt des «églises ouvertes» interconfessionnelles ou des «églises de ville», comme il en existe déjà dans plusieurs villes suisses. Et cela rappelle ce que Jean-Daniel Gross, conservateur du patrimoine de Berne, a rapporté lors du premier Kirchenbautag: les églises ne devraient pas être considérées exclusivement comme des symboles de la religion chrétienne. Ils sont, dans un sens très large et indépendamment des sentiments religieux, des lieux d’identification. On devait les considérer comme des «manifestations architecturales au centre de notre société», a-t-il dit. «Au fond de notre subconscient, nous les considérons comme les garants de la stabilité sociale, culturelle et spirituelle.»

Les églises suisses qui ne sont plus des églises classiques (en allemand seulement).

Dölf Barben est rédacteur en chef du journal «Der Bund» à Berne.

Une solution exemplaire: l’église Maihof de Lucerne

L’église catholique Saint-Joseph du quartier Maihof à Lucerne, construite en 1941, a fait l’objet d’une rénovation tout particulière. Au lieu de rénover le centre paroissial comme à l’accoutumée, la direction de l’église a décidé d’adapter l’ensemble aux besoins des habitants de la ville. Dans l’église, dont les bancs ont été enlevés, des réunions, des expositions, des concerts, des séminaires et des banquets peuvent désormais être organisés en plus des offices religieux. Une crèche et une salle de jeux sont en location au sous-sol.

Décision radicale: l’église Saint-Marc de Bâle

Depuis 2009, aucun office religieux n’a été célébré dans l’église Saint-Marc réformée protestante du quartier de Hirzbrunnen à Bâle et qui a été construite en 1932. La paroisse concernée en a tiré la conclusion la plus radicale qui soit et a décidé de démolir l’église. Elle devrait avoir lieu en 2019. Le clocher élancé et séparé avec son coq conçu par le célèbre artiste graphique Celestino Piatti (1922–2007) et qui constitue la marque distinctive du quartier, va disparaître. En lieu et place, des appartements devraient être construits sur le site.

Un mauvais exemple: l’église Saint-Léonard à Saint-Gall

La rénovation de l’église réformée de Saint-Léonard à Saint-Gall, construite en 1887, aurait coûté 4,5 millions de francs. Cela a coûté trop cher à la paroisse. La démolition du bâtiment protégé avec une utilisation rentable du terrain était totalement exclue. L’église a finalement été vendue à un architecte pour 45 000 francs. Il voulait en faire un centre culturel alliant gastronomie, concerts, théâtre, projections de films ou défilés de mode. Rien de tout cela n’a encore été réalisé.

Commentaires (29)
  • Daniel Perret
    Daniel Perret il y a 3 semaines
    Eine ganze Anzahl unserer älteren Kirchen stehen auf vorchristlichen Kultplätzen und befinden sich somit in einer sakralen Tradition von Kultbauten, welche durch darinterliegenden Energiegitter-Kreuzungen oder Ausgrabungen belegt und z.T. datiert werden können.
    Présenter la traduction
  • Dario Schäffer
    Dario Schäffer il y a 3 semaines
    In Bezug auf die Leonhardskirche in St. Gallen muss aber gesagt werden, dass sie lange Jahre hindurch, genauso wie die Elisabethenkirche in Basel und die Johanneskirche in Bern, als Offene Kirche - city Kirche - fungiert hat. Und zwar mit grossem Erfolg. Auch sie wurde als Kulturlokal in der ganzen Region bekannt. Finanzielle Schwierigkeiten und die notwendige Restaurierung haben schliesslich dazu geführt, dass sie verkauft werden musste. Aber die Erfahrung als Offene Kirche St. Leonhard ist sicher in der Stadt registriert und an sie muss erinnert werden. - Pfr. Dario Schäffer
    Présenter la traduction
  • D.G.
    D.G. il y a 3 semaines
    Die Kirchen sind allerdings ein Symbolbild, nämlich von systematischem Kindesmissbrauch und Pädophilie. Weshalb sie schützenswert sein sollen, ist mir schleierhaft. Abriss ist das Beste, was mit diesen Sinnbildern geschehen kann. Das ist mit Stalin-Statuen gleichzusetzen. Mir ist es noch so recht, wenn die Kirchen sowohl an Unterhalt der Bauten und an Prozesskosten/Schadensersatz und so weiter Pleite gehen. Good riddance.
    Présenter la traduction
  • Wave Dancer
    Wave Dancer il y a 3 semaines
    Die von Saudi Arabien finanzierten Islamisten in der CH werden freudig zugreifen! Die islamistisch demographische Bombe ist längst gezündet! Seht euch vor!
    Présenter la traduction
  • Perrin
    Perrin il y a 3 semaines
    Garder les églises ne pas démolir.
    Présenter la traduction
  • Niklaus Durrer
    Niklaus Durrer il y a 3 semaines
    Bitte die Kirchen nicht abreissen, weil sie in den Ortschaften oft schon alt sind und schön erhalten sind, obschon in dieser Zeit wenige in die Kirche gehen. Wir müssen bedenken, dass wir eventuell schwereren Zeiten entgegengehen und auf einmal könnten die Kirchen wieder mehr populär werden. Ich war in der Schweiz mehrmals auf Besuch und beim herumreisen war ich immer hingerissen, wie schön die Kirchen sind, vor allem in den vielen Dörfern, aber auch in grösseren Orten. Es wäre schade, wenn das verloren gehen würde.
    Présenter la traduction
  • Maurice COTTET
    Maurice COTTET il y a 3 semaines
    Ma fille est musulmane et vit à Genève et se plaint depuis plusieurs années du manque de mosquées en Suisse pour la pratique de sa religion.

    Dans un esprit d'ouverture inter-religions, les églises pourraient être adaptées non seulement au culte musulman qui représente un vingtième de la population, mais aussi bien entendu à d'autres religions qui en feraient la demande.
    Présenter la traduction
    • Renaud DUBOIS
      Renaud DUBOIS il y a 3 semaines
      Maurice, la décroissance de la pratique religieuse chrétienne n'est pas une fatalité, les époques passent et ne se ressemblent pas. Quand nous aurons expliqué à nos enfants la force du symbole inscrit sur notre drapeau, une spiritualité nouvelle pourra renaître dans leur esprit et remplacer les catalogues du commerce et les injonctions comminatoires et autoritaires venues d'ailleurs. Rouvrir les église au Monde, bonne idée. Favoriser l'arrivée d'autres pratiques qui ont fait le malheur de leurs pays d'origines, c'est beaucoup moins futé !
      Présenter la traduction
    • Gilles BERANGER
      Gilles BERANGER il y a 3 semaines
      Démolir une église c'est démolir une partie de notre culture, de notre civilisation.Le multiculturisme a ses limites et on en connaît certaines dérives plus que préoccupantes. Par ailleurs n'aborder ce problème que sur le plan financier et choquant.C'est nier l'aspect historique donc chrétien de nos racines.
      Présenter la traduction
    • Denys Philippe
      Denys Philippe il y a 3 semaines
      Scandale
      Nous sommes chrétiens et nous ne pouvons admettre pareil sacrilège.
      Présenter la traduction
    • Nix Mati
      Nix Mati il y a 3 semaines
      Ta goule, the last thing Switzerland needs is a mosque! This religious practice should be banned all over the world.
      Présenter la traduction
    • C Marche
      C Marche il y a 3 semaines
      Le jour ou nous pourrons pratiquer sans risque notre religion chretienne dans les pays musulmans, peut-être pourrons nous revoir la question mai pour l'instant et au vu de ce qui se passe, je hais l'idée d'installer des mosquées dans nos églises.
      Présenter la traduction
    • Jean-Marc Salvadé
      Jean-Marc Salvadé il y a 6 jours
      Gardons-nous bien d'islamiser la Suisse!
      Présenter la traduction
  • Fabienne Raines
    Fabienne Raines il y a 3 semaines
    L'idee de transformer une eglise en centre communautaire serait ideale mais pas rentable financierement .

    Mais l'activite communautaire est souvent plus importante que le benefice
    Présenter la traduction
  • Max Luethi
    Max Luethi il y a 3 semaines
    Etwas fehlt
    Jesus Christus ist der Herr über alles...
    Vergessen Sie dies bitte nie....
    Alles kommt von Ihm
    Wir sind zu selbstherrlich geworden und leben wie
    zu Noah's Zeit

    Max Luethi, Spotswood NJ, USA
    Présenter la traduction
    • Monika Deveraux-Tschuor
      Monika Deveraux-Tschuor il y a 2 semaines
      So true ! Sadly people have it so good, they don't need God anymore. One day, when it's too late, they'll call out to God to save them. Hard times coming for godless Europe. But in hard times people turn back to God. A church can be full of people but not have God present, Christians, people, are the church. I'm sad for all the lost souls.
      Présenter la traduction
  • Hugo Yonke
    Hugo Yonke il y a 3 semaines
    Die Situation um die Kirchen ist symptomatisch für die abscheulichen, meist vertuschten Verbrechen des Klerus an Jungendlichen in den letzten 25 Jahren.
    Présenter la traduction
  • Bertiz Benhamid
    Bertiz Benhamid il y a 3 semaines
    Why Christianity is shrinking?
    It is shrinking because people are too busy in our indulgent society to be religious or they don't find that Christianity is open and relevant enough to meet their needs.
    Présenter la traduction
  • Jean-Benoit Levy
    Jean-Benoit Levy il y a 3 semaines
    Du centre communautaire aux centres multi-religieux pluri-fontionels, il n'y a qu'un pas à franchir. Imaginons que au lieu de séparer les croyances, nous pourrions renforcer l'esprit de communautés en partageant. En offrant ces espaces pour diverses religions, nous pourrions offrir à nos quartiers une plus grande liberté de croyance, flexibilité d'usage, et respect vers l'autre. ( vendredi pour les musulmans / Samedi pour les israélites, Dimanche pour les chrétiens ) Reste quatre autres jours pour diverses fonctions de vie de quartier et autres activités communautaires.
    Présenter la traduction
  • Christopher Egli
    Christopher Egli il y a 3 semaines
    I'm an American; both my parents were Swiss, my father was an architect. I hope the decision of which churches to save and which to demolish is made mostly on aesthetics; if they're of artistic interest because of their design, they should be saved and renovated for other purposes. Beyond that, I don't mind saying I find it delightful that there are decreasing numbers of religious people in Switzerland, and I wish that were the case everywhere, especially here in the US.
    Présenter la traduction
  • Joelle Osman
    Joelle Osman il y a 3 semaines
    Il manque cruellement de logements à Genève. Pourquoi ne pas les transformer en lieu d’hébergement d’urgence ou communautaire pour personnes démunies et à la rue ?
    Présenter la traduction
  • Paul Lehmann
    Paul Lehmann il y a 3 semaines
    Wann will die Landeskirche zurück zum Evangelium und klare Wort Gottes Verkündigen? Gibt den Menschen wieder Geistliche Speise, dann werden die Kirche wieder voll, denn die Menschen hungern nach Wahrheit. Siehe Gellert-Kirche in Basel.
    Présenter la traduction
  • Mayer Margrit
    Mayer Margrit il y a 3 semaines
    Diese Kirchen mit Wohnungen ausbauen.
    Présenter la traduction
  • jean.marc Delforge
    jean.marc Delforge il y a 3 semaines
    Il ne faut pas hésiter à démolir les églises en surnombre, et concentrer son effort sur celles qui sont encore utilisées. A quoi bon dépenser tant d efforts, les mentalités évoluent, cette situation m attriste beaucoup
    Présenter la traduction
  • A. Heggli
    A. Heggli il y a 3 semaines
    I agree that unoccupied Catholic or Reform churches should be put to use as Community Centers, Artist Cooperatives, or sold to families who can afford to renovate them into unique and historic homes. The use should not, however, be in any way used to perpetuate the islamist migrant crisis which is taking over Europe. Switzerland was a safe haven for the Jews during the war, and now, because of political correctness, Switzerland is allowing in not only the enemy of the Jewish race, but the enemy of all of Western Civilization. Switzerland needs to "Swexit" the Schengen Agreement.
    Présenter la traduction
  • Sonja Kunz
    Sonja Kunz il y a 3 semaines
    Die Freikirchen mit ihren gesichtslosen grauen Hallen wären doch potentielle Mieter der schönen alten Kirchen!
    Présenter la traduction
  • Toni Kuhn
    Toni Kuhn il y a 2 semaines
    In Pazcuaro, Mexiko wurde vor vielen Jahren eine Kirche in eine Bibliothek verwandelt.
    J'ai vu a Dehli un temple qui servaiit a quatres différentes réligions.
    Présenter la traduction
  • Susanne Singh, GB
    Susanne Singh, GB il y a 2 semaines
    To save them from closing down, quite a flew churches have made efforts to widen their appeal. One example is the Swiss Church in London which dates from the 18th century. Following a dwindling congregation and rising costs, it was decided to expand its use, for example, allowing access for the holding of cultural events such as music recitals, talks and exhibitions, whilst still remaining a Protestant place of worship where Sunday services, christenings and marriage ceremonies take place. After a major refurbishment project in 2011, the church is now a vibrant multifunctional centre, welcoming people of different religions and backgrounds including the homeless that live in the neighbourhood.
    Présenter la traduction
  • Ernst Ruetimann, Trang
    Ernst Ruetimann, Trang il y a 4 jours
    Als Protestant in der Schweiz in den Fünfziger- und Sechzigerjahren aufgewachsen, musste ich schon früh feststellen, dass mit den Weltreligionen etwas stark im Argen lag. Als Nichtgläubiger muss ich trotzdem die Leute bewundern, welche trotz der modernen Aufklärung sich fest an den Glauben klammern; seien das Christen, Muslime, Hindus, Taoisten, Buddhisten oder andere Glaubenrichtungen! Zu den Gotteshäusern: Falls sie ein schützeswertes Bauwerk darstellen, sollen sie anderweitig genutzt werden für die Bevölkerung.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

La question se pose pour des centaines d’églises en Suisse: les démolir, les vendre, les louer ou les utiliser d’une toute nouvelle façon? La...

En savoir plus

Il s’agit du dossier le plus chaud de Berne fédérale et, un an avant les élections, le désir de nombreux politiques de s’y brûler les doigts a...

En savoir plus

En 2018, la Suisse a connu son été le plus chaud depuis 1864. Non seulement il a fait plus chaud que durant l’été 2003, le record précédent, mais il a...

En savoir plus

La numérisation a ébranlé le marché suisse du livre et les ventes ont diminué. Mais le monde des livres résiste aux tempêtes – avec la passion et la...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch