Magdalena Martullo-Blocher

À la tête de l’une des plus grandes sociétés suisses, Magdalena Martullo-Blocher passe pour l’une des entrepreneuses ayant le mieux réussi et parmi les plus riches du pays. Elle a aussi gravi des marches importantes en politique. À 49 ans, elle dirige le groupe Ems-Chemie, est mère de trois enfants et conseillère nationale UDC depuis 2015. La Suisse se demande si la fille du vétéran de l’UDC Christoph Blocher va se consacrer totalement à la politique ou rester dans le monde de l’entreprise.

Vu son parcours professionnel, on penche plutôt pour la deuxième option. Elle dirige son groupe spécialisé dans la chimie à Domat/Ems dans les Grisons avec encore plus de succès que son père, à qui elle a succédé lorsqu’il a été élu au Conseil fédéral en 2003. L’évolution positive du chiffre d’affaires de l’année dernière s’est poursuivie au premier trimestre 2018.

Magdalena Martullo-Blocher déclare aussi à la moindre occasion qu’elle préfère son entreprise à la politique. Mais si la patrie est en danger, elle serait prête à se sacrifier pour s’assurer que tout va bien au gouvernement: «En cas d’absolue nécessité, si l’UE nous mettait soudain sous une forte pression, j’envisagerais alors cette fonction», a-t-elle répondu à plusieurs médias qui l’avaient interrogé sur ses ambitions au Conseil fédéral. Elle ressemble à son père non seulement dans son style et son comportement, mais aussi dans ses méthodes: assouvir ses ambitions politiques sous couvert de se donner la «mission» de protéger le pays et le peuple de la misère et de la détresse. En mars 2018, Magdalena Martullo-Blocher a remplacé son père au bureau de la direction du parti, l’une des positions les plus influentes au sein de l’UDC. La veille de l’élection, son père déclarait encore qu’elle ne voulait pas de ce poste, mais qu’elle n’avait pas le choix.

JÜRG MÜLLER

Commentaires (2)
  • Michel Piguet
    Michel Piguet à 28.07.2018
    Est-elle comme son père, criant contre l'Europe, mais mangeant dans l'assiette européenne sans scrupule dans le plus pure style faites comme je dis, mais pas comme je fais.
    Présenter la traduction
  • Othmar
    Othmar à 18.08.2018
    "However, if Switzerland was in peril." Given the EU empire situation and the pressure they set Switzerland under at every turn Switzerland is already in peril of loosing its sovereignty and self-determination. We need every voice, perhaps one day even a general again, to ensure that Switzerland remains free and independent the way our founding fathers made it for us. I watch with great concern how Switzerland is loosing more and more of its independence and self-determination to the EU socialist empire and their globalist aspirations. Particularly disappointing is to witness that there are Swiss politicians, mainly socialists and liberals that work on a annexation of our country to the Reich.
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Dans les Alpes, tout nouveau projet de pont suspendu ou de plateforme panoramique se voit aussitôt reprocher d’utiliser la montagne à des fins...

En savoir plus

La Suisse fait partie des pays leaders de la recherche spatiale. Elle se lance aujourd’hui dans un grand ménage en partant à la chasse aux déchets...

En savoir plus

CarPostal Suisse SA était une entreprise modèle avant le scandale des subventions. Et l’affaire n’est pas terminée. Comment en est-on arrivé là?

En savoir plus

L’argent régit le monde du football. Pourtant, il existe en Suisse une ligue alternative qui, à ses débuts, connaissait le droit de grève. Pour ses...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch