Des rayures sur la peinture jaune

CarPostal Suisse SA était une entreprise modèle avant le scandale des subventions. Et l’affaire n’est pas terminée. Comment en est-on arrivé là?

Le scandale a créé une brèche dans la brillante histoire de CarPostal. La directrice générale de CarPostal Susanne Ruoff en a tiré les conséquences et a démissionné en juin. Photos Keystone

Le car postal passe des cols, se rend dans les vallées et les villages les plus reculés. Il va là où boulangers, bouchers, commerces de proximité et même La Poste ne sont plus présents. Même lorsqu’ils circulent rarement, les bus font partie du service de base en Suisse. Le car jaune est le symbole du service public. Il fait la liaison entre villes et villages et garantit en quelque sorte la cohésion nationale.

Mais des rayures sont venues ternir la peinture jaune. Les chauffeurs ne doivent plus seulement expliquer aux passagers où monter et descendre, mais pourquoi durant des années, leur employeur a illégalement obtenu des subventions. Au moyen d’astuces comptables, CarPostal SA a systématiquement différé des fonds, si bien que les lignes de bus subventionnées sont apparues moins rentables que ce qu’elles n’étaient en réalité.

Résultat: Confédération et cantons ont payé durant presque dix ans, de 2007 à 2015, des subventions trop élevées. 92 millions de francs en trop ont été versés d’après les calculs de l’Office fédéral des transports. L’Office fédéral a déjà exigé le remboursement d’une partie de cette somme, à savoir 13,7 millions, à l’occasion d’une correction antérieure. CarPostal souhaite également rembourser la somme restante.

Mais le montant pourrait augmenter. Selon l’Office fédéral des transports, CarPostal aurait également perçu des subventions trop élevées après 2015, et jusqu’à aujourd’hui.

Seule la manière de procéder a changé. En 2016, La Poste est devenue une structure de holding dont les unités auraient facturé mutuellement des prestations à des prix excessifs, critique l’Office fédéral. S’agissait-il uniquement d’obtenir des subventions au moyen d’une feinte?

C’est ce que doivent démontrer les examens en cours. Une phrase que La Poste répète actuellement en boucle. Les examens en cours doivent démontrer si la directrice générale de La Poste Susanne Ruoff qui a démissionné en juin, et ses prédécesseurs, savaient ce qu’il se passait mais ont laissé faire, tandis que des subventions à hauteur de millions étaient perçues illégalement. Si le directeur de CarPostal licencié a servi de bouc émissaire. Et finalement, pourquoi tout cela est arrivé. Car le motif est un mystère.

En fin de compte, CarPostal a trompé son propre propriétaire. Les fonds perçus illicitement sont restés dans l’entreprise. Alors pourquoi? On peut imaginer que les meilleurs résultats ont servi à verser des primes légèrement plus élevées à quelques cadres.

Toutefois, la double fonction de l’entreprise pourrait constituer la véritable raison. CarPostal circule de village en village et à ce titre, reçoit des subventions. Mais CarPostal emmène aussi des groupes de touristes en Bourgogne ou dans le Piémont, gère des réseaux de bus en France et investit dans PubliBike, la location de vélos. Et pour cela, l’entreprise ne reçoit aucune subvention. Ici, l’objectif n’est pas de desservir des villages mais de faire du profit.

Le directeur de CarPostal a en effet parlé de «conflits d’objectifs». Faut-il que la desserte d’un village à l’autre soit la plus économique possible pour ne pas se servir inutilement dans la poche des contribuables? Ou faut-il se servir dans les fonds publics, là où cela ne fait pas vraiment mal, pour pouvoir se développer et investir afin d’atteindre les objectifs de bénéfices fixés en interne? La réponse est claire. Pour maximiser les bénéfices, il faut minimiser les subventions. Or l’existence entre mandat de prestations étatique et orientation du marché, à savoir la proximité organisationnelle de ces parties complètement opposées, aurait toutes les raisons de laisser perplexe.

YVONNE DEBRUNNER est rédactrice économique chez Tamedia

Commentaires (8)
  • Wave Dancer
    Wave Dancer à 25.07.2018
    Der Skandal um die Postauto AG ist ein Spiegelbild wie die politische Elite staatseigene Firmen führt und ist mit Sicherheit nur die Spitze des Eisberges! Selbstverständlich werden Verantwortliche mit Samthandschuhen angefasst, mit exorbitanten Pensionen u. entschädigungen "ausgemustert" od. sogar, nach einer kleinen, aber gut bezahlten Pause, wieder in den Staatsaparat eingeschleust! Der Dumme dabei ist IMMER der Bürger! Dies wird solange gehen bis dann irgendmal die Leute genug haben und dem Treiben ein Ende machen - gewaltsam!
    Présenter la traduction
    • Bertiz Benhamid
      Bertiz Benhamid à 26.07.2018
      Wave Dancer - Genau auf den Punkt gebracht.
      Présenter la traduction
    • Rolf Gerig
      Rolf Gerig à 31.07.2018
      Der Schwur von 1291 war vergebens. Es dauerte nicht lange, bis die frühen Eidgenossen selber zu Tyrannen wurden. Die Habsburger sind wir nie losgeworden! Sie haben sich so gescheit angepasst - je nach Zeiten - , dass das Volk sie nicht mehr erkennen kann.
      Présenter la traduction
  • Bertiz Benhamid
    Bertiz Benhamid à 26.07.2018
    Is money the Root of All Evil? No, money is not the root of all evil - humans are.
    Présenter la traduction
  • Adnane Ben Chaabane
    Adnane Ben Chaabane à 26.07.2018
    Bonjour.
    Et par ailleurs cette même poste fédérale se permet de ne pas vouloir ouvrir des comptes aux suisses non résidents.
    Un service public qui bouffe à tous les plats. Subventions, prix du service excessif ….
    Présenter la traduction
    • Michel Piguet
      Michel Piguet à 27.07.2018
      Ce qui serait intéressant, ce serait d'en connaître la raison de ce refus d'ouvrir des comptes pour les non résidents.
      - Est-ce une directive d'état? Pourquoi?
      - Est-ce une lubie de la direction? Comment est-ce possible?
      Présenter la traduction
  • Geli Wörz
    Geli Wörz à 28.07.2018
    Weil ich seit 1992 nicht mehr in der Schweiz sondern in Frankreich lebe, wollte meine Bank - Raiffeisen - doch plötzlich glatt 150 bis 250 Franken monatliche Kontogebühren einfordern. Da musste ich natürlich passen und das Konto kündigen. Allerdings hatte ich da schon lange ein Konto bei der Post und dort sind die Gebühren zwar auch hoch genug, aber doch zahlbar.
    Présenter la traduction
  • Sima Mer
    Sima Mer à 29.07.2018
    I very much agree with Bertiz Benhamid. We as human should discipline ourselves to respect each others rights, control the greed, avoid immoral, unethical behavior...
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Dans les Alpes, tout nouveau projet de pont suspendu ou de plateforme panoramique se voit aussitôt reprocher d’utiliser la montagne à des fins...

En savoir plus

La Suisse fait partie des pays leaders de la recherche spatiale. Elle se lance aujourd’hui dans un grand ménage en partant à la chasse aux déchets...

En savoir plus

CarPostal Suisse SA était une entreprise modèle avant le scandale des subventions. Et l’affaire n’est pas terminée. Comment en est-on arrivé là?

En savoir plus

L’argent régit le monde du football. Pourtant, il existe en Suisse une ligue alternative qui, à ses débuts, connaissait le droit de grève. Pour ses...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch