Les cyclistes tentent de passer à la vitesse supérieure

Le vélo fait-il partie de la ville de demain? Beaucoup de villes suisses misent clairement sur une hausse du nombre de cyclistes et veulent doubler leur part dans la circulation globale. Mais si la petite reine suscite de nouveaux espoirs, elle est aussi source de rejet.

Des vélos en libre-service de prestataires comme O-Bike ou Limebike créent la polémique dans les rues de Zurich. Photo Keystone

Deux cents ans après l’invention du vélo par le génie Karl Freiherr von Drais, ce véhicule sans moteur met la métropole zurichoise en émoi. La plus grande ville de Suisse est certes coutumière de la bicyclette depuis fort longtemps. Mais ses habitants s’agitent face à une nouveauté: les vélos en libre-service, que l’on voit partout, et par centaines. Même là où ils viennent perturber le sens de l’ordre cher aux Zurichois.

Zurich n’est pas seule à faire face à cette difficulté: des entreprises ingénieuses ont développé ce concept commercial et inondé des villes avec leurs vélos en libre-service, sans créer de places de parc en conséquence. Au lieu de cela, elles proposent des applications permettant de trouver et de décadenasser des vélos librement. Le vélo peut être garé n’importe où dès qu’on n’en a plus besoin. Six prestataires cherchent à s’attirer la faveur des cyclistes à Zurich: O-Bike, Limebike, Züri rollt, Züri-Velo, Smide avec des vélos électriques et le loueur de vélo-cargo pour le transport de marchandises Carvelo2go. Donkey Republic, entreprise danoise de vélos en libre-service, a aussi le marché zurichois en ligne de mire.

Dans d’autres villes, Nextbike, Velospot et PubliBike se partagent le marché. L’ampleur de l’agitation suscitée ne traduit pas uniquement la révolution en cours dans les modes de transport. L’entreprise O-Bike domiciliée à Singapour éveille la défiance, car ses deux-roues sont d’une qualité plutôt médiocre et elle se voit ainsi reprocher d’avoir comme but premier la collecte de données client exploitables et revendables. Même des sujets plus légers échauffent les esprits. La grogne provoquée par la récupération commerciale, la diminution et la «dégradation» – selon la NZZ – de l’espace public est considérable. D’autres en revanche se réjouissent et voient dans les vélos en libre-service une preuve de l’importance croissante accordée au partage par rapport aux biens personnels.

Inscrire le vélo dans la Constitution fédérale?

L’agitation actuelle autour des vélos en libre-service masque une question plus générale. Il est possible que ce système finisse par s’imposer. Et que plusieurs loueurs disparaissent de la circulation. Mais il ne fait aucun doute que l’importance du vélo dans les villes suisses va augmenter, avec ou sans le marché du libre-service. Beaucoup de municipalités ont inscrit la promotion du vélo dans leur agenda politique. En effet, les villes sont en mutation. L’«exode» rural a depuis longtemps cédé le pas à l’envie de revenir en ville. Du fait de l’évolution démographique en résultant, les villes font face à de nouveaux défis, notamment dans le domaine de la mobilité: pour ne plus subir les contraintes des véhicules à moteur individuels, elles doivent encourager tant les transports publics que les «transports doux», comme la marche et le vélo. Ce choix provoque un débat idéologique. Pour la gauche et les Verts, le vélo serait la solution pour lutter contre la pollution, le bruit et le sentiment d’étouffement en ville. Les adeptes de la voiture se sentent quant à eux pris en otage, car ils savent que la création de nouvelles pistes cyclables ne peut se faire qu’au détriment de leur espace de circulation.

Les grandes lignes sont toutefois déjà tracées. Sous la pression de l’initiative populaire qui réclame d’ancrer la promotion du vélo dans la Constitution, le Conseil fédéral a lui aussi changé de cap. Son contre-projet va certes moins loin que l’initiative vélo, mais reconnaît l’importance du vélo et de sa promotion. Après le Conseil des États, le Conseil national a aussi approuvé la proposition du Conseil fédéral pour le vélo. La population aura le dernier mot.

De plus en plus de foyers sans voiture

La politique est peut-être en retard sur la réalité. La mobilité urbaine opère depuis longtemps une transformation. Dans plusieurs grandes villes suisses, moins de la moitié des foyers ne possèdent déjà plus de voiture. S’ils peuvent s’en passer, c’est avant tout grâce au bon réseau de transports publics. Mais l’aménagement de ce réseau coûte cher et se trouve limité par la densité urbaine. L’objectif de promotion du vélo de la politique urbaine des transports consiste non seulement à limiter l’usage des véhicules à moteur privés, mais aussi à désengorger les bus et les trams souvent bondés.

Evi Allemann, présidente de l’Association transports et environnement et conseillère nationale PS est aussi de cet avis. Fraîchement élue au gouvernement cantonal de Berne, elle juge que l’importance des transports publics en Suisse est très élevée. La part du vélo dans la circulation totale devrait doubler, notamment dans les zones urbaines, pour atteindre 20 % ou plus. Mais on est encore loin en Suisse des chiffres des «villes-vélo» exceptionnelles, comme Copenhague, car le réseau suisse de transports publics serait simplement trop bon. Malgré tout, le désencombrement des villes ne pourra se faire sans promouvoir le vélo.

Que faut-il pour y parvenir? Selon la spécialiste de politique des transports, on a besoin en particulier de pistes cyclables bien identifiables et visibles et il faut aussi désamorcer les points névralgiques. Le sentiment d’insécurité dissuade bien souvent de prendre son vélo au quotidien. Evi Allemann déclare: «Bien trop de gens disent qu’ils ont tout simplement peur.» Il faut aussi prévoir des parkings à vélos appropriés et en nombre suffisant. Est-ce une manière de déclarer indirectement que l’envahissement des villes par des vélos en libre-service sans stations fixes serait un problème? «L’anarchie dans l’usage du vélo ternit son image.» Il faut des règles claires pour tous et des accords fermes entre les fournisseurs et les municipalités. Evi Allemann applique aussi des règles claires à ses déplacements: elle ne conduit jamais et n’a même pas le permis. Mais, comme on l’a dit plus haut, cela n’est plus si exceptionnel dans les villes suisses.

Le comportement des Suisses en matière de transport

Sur les près de quatre millions de pendulaires en Suisse qui se rendent tous les jours au travail, 54 % prennent leur voiture ou leur moto et 31 % les transports publics. 9 % s’y rendent à pied et 7 % à vélo. Les adolescents et jeunes adultes en formation sont aussi 7 % à aller à vélo sur leur lieu d’études. Le nombre de foyers sans voiture est particulièrement élevé en ville. Berne arrive en tête (56,8 %), suivie par Zurich (52,8 %), Bâle (52,1 %) et Lausanne (46,3 %). Avec 40,9 %, Genève arrive dernière des grandes villes de ce classement.

Commentaires (6)
  1. Rosemarie Silva Rosemarie Silva at 24.05.2018
    Great idea especially in good weather. Good for health and figure. HOP SWISS GET MORE ACTIVE!
  2. Peter Williams-Schaer Peter Williams-Schaer at 24.05.2018
    Look at the exmaple of Mexico City, and Guadalajara. Way ahead and organised by the state MIBICI.
    https://www.mibici.net/en/
  3. Madeline Murphy Madeline Murphy at 28.05.2018
    Zusätzlich zum Fahrrad könnte man, wie früher auch schon, einen autofreien Sonntag pro Monat einführen. Das sorgt für bessere Luft und erlaubt ganz allgemein den Familien den Ausgang ins Freie ohne Lärm.
  4. Mike Rigert Mike Rigert at 29.05.2018
    Bicycles are a great alternative way to get around Switzerland. Of course you have to have the infrastructure of dedicated bike lanes in large cities like Zurich, which involves politics and funding issues. It's nice that rental bikes are readily available but I'm guessing it's mostly tourists that use these or do residents rent them as well? Denmark is a great biking country to emulate. I biked around in Denmark for two years and it was wonderful.
  5. Ernst  Ruetimann, Trang Ernst Ruetimann, Trang at 17.06.2018
    Das Problem ist schon lange der immer mehr zunehmende Strassenverkehr. Die engen Strassen in unseren Städten erlauben keinen Anstieg von noch mehr Fahrzeugen. Und dann kommt das Fehlen der nötigen Parkplätze für die Autos dazu. Aber leider ist es fünf nach zwölf und der Zug bereits abgefahren. Man müsste, Zulieferer ausgenommen, die Fahrzeuge ausserhalb deponieren und mit dem ÖV oder dem Fahrrad weiterkommen; aber wer macht das schon - warum ich und nicht der Andere - wird immer der Schwarzpeter weitergereicht. Ich sehe dasselbe Problem hier in Thailand. Thailand ist zwar ein grosses Land, aber mit 34 Millionen immatrikulierten Fahrzeugen auf zirka 77 Millionen Einwohner (Ausländer mit eingerechnet) ergibt sich eine hohe Dichte. Und auch hier werden die Verkehrswege in den Städten nicht breiter, im Gegenteil: die Fahrzeuge werden überall abgestellt, wo etwas Platz vorhanden ist - frei nach der Thalphilosophie: dass mindestens noch ein Auto durchkommen muss! Kürzlich wurde hier in Trang ein markierter, grün gestrichener Veloweg lanciert [Stadtrundfahrt] ; und ja, Sie vermuten richtig: es werden Autos und Motorräder darauf parkiert und die Radfahrer müssen wieder auf den Rest der Strasse ausweichen.
  6. Daniela Malsbury Daniela Malsbury at 25.06.2018
    I am a Swiss citizen living abroad and I spend three weeks twice a year in Basel visiting my family and friends. I support the idea of reducing noise and pollution a and bringing people back to the city, being able to move around without depending on public transportation by using a bicycle. My experience, however, being a pedestrian in Basel, has been increasingly a frightening one. My last visit to Switzerland in May, has been actually overshadowed by half a dozen of near misses of almoast being hit by a bicycle at high velocity. I observe the rules and laws of traffic as a pedestrian and find that bicycles don’t necessarily respect these rules. I was more afraid of being hit by a bicycle, to be honest, than being hit by a car as a pedestrian. I understand that the impact of a car has far more serious consequences, but getting hit by a bicycle at a high velocity is not to be underestimated. I find some cyclists are disrespectful and aggressive in traffic without considering the consequences of their actions.

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
En profondeur
22/05/2018

Le Kosovo, un canton suisse

Le Kosovo a fêté les dix ans de son indépendance en février. En quoi cet événement concerne-t-il la Suisse? La réponse réside dans les relations...

En savoir plus

Le 4 mars, le peuple suisse a massivement rejeté l’offensive musclée lancée contre la radio et TV suisse. Reste que la SSR est sommée de toutes parts...

En savoir plus

D’ici à 2024, toutes les radios suisses diffuseront leurs programmes par les airs via un signal numérique, causant la mort de la FM. Soutenue par la...

En savoir plus

Vladimir Petkovic entraînera l’équipe nationale suisse lors de la Coupe du monde de football. Une chose que personne n’aurait crue possible il y a...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch