Le Kosovo, un canton suisse

Le Kosovo a fêté les dix ans de son indépendance en février. En quoi cet événement concerne-t-il la Suisse? La réponse réside dans les relations étroites et variées nouées entre ces deux pays

Il y a dix ans, les Kosovars fêtaient aussi leur indépendance dans les rues suisses, comme ici devant le Palais fédéral à Berne. Photos Keystone

Depuis quelques mois, le Suisse Bernard Challandes (à droite) est entraîneur de l’équipe nationale de football du Kosovo.

On voit la croix suisse dans beaucoup d’endroits au Kosovo, et pas seulement sur l’ambassade suisse à Pristina.

La légende veut que le Kosovo soit le 27e canton de Suisse. Aucun tremblement de terre, aucun déluge, ni aucun ouragan n’a pu séparer ce minuscule pays de la Confédération pour le repousser au loin dans les gorges des Balkans. L’histoire s’est déroulée tout autrement: un jour de printemps de l’année 1964, l’Union suisse des paysans a commencé à recruter des paysans yougoslaves, dont un grand nombre d’Albanais du Kosovo. Leur pays, qui était alors une province de l’État multinational de Yougoslavie, était pauvre et sous-développé et sa majorité albanaise opprimée par le pouvoir central de Belgrade. C’est pourquoi beaucoup d’habitants du Kosovo ont décidé de moissonner les champs suisses et de traire des vaches suisses plutôt que d’attendre un avenir incertain.

L’avenir. Plus de cinquante ans après, voilà ce à quoi il ressemble: le Neuchâtelois Bernard Challandes a été désigné récemment entraîneur de l’équipe nationale du Kosovo. Ce petit pays des Balkans est entré à la FIFA il y a deux ans. Il en est le 210e membre et occupe la 176e place au classement mondial. Ex-entraîneur du FCZ, Bernard Challandes connaît bien le football suisse, et sait où trouver les nombreux talents d’origine kosovare entre Genève et Saint-Gall. En effet, plus de 200 000 Albanais de l’ex-Yougoslavie vivent en Suisse et la majorité d’entre eux vient du Kosovo.

Le fait que des footballeurs comme Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka comptent parmi les plus grandes idoles des ados révèle les liens forts tissés entre la Suisse et le Kosovo. Plusieurs fonctionnaires du football au Kosovo espèrent que Bernard Challandes attirera quelques stars du ballon rond à Pristina. Mais le stade de la capitale kosovare ne remplit pas les exigences strictes de la FIFA et de l’UEFA et les Kosovars doivent donc jouer à l’étranger. Parfois à Francfort contre les Îles Féroé, parfois à Paris contre Madagascar. Le Kosovo a remporté 1-0 le match contre Madagascar, le premier disputé après l’arrivée de Bernard Challandes.

Un gâteau aux dimensions records

Au Kosovo, il faut beaucoup improviser, et pas seulement sur le terrain de foot. Le 17 février, ce pays a célébré une grande fête: les dix ans de son indépendance. C’est par une froide journée d’hiver que les parlementaires kosovars ont proclamé l’indépendance de leur pays en 2008, pendant que dehors, sur le boulevard Mère Térésa, la foule admirait et savourait un gâteau aux dimensions records, dans une ambiance mêlant bière gratuite et feux d’artifice. Mais dix ans plus tard, le Kosovo n’est toujours pas réellement indépendant. La Serbie, ancienne force d’occupation, refuse de reconnaître son autonomie. Pour Belgrade, le Kosovo est une province dissidente. Cinq États membres de l’UE – l’Espagne, la Grèce, la Roumanie, la Slovaquie et Chypre – n’ont pas reconnu le Kosovo.

L’indépendance relève d’une lutte quotidienne. Sur la scène politique internationale, les Kosovars bénéficient du soutien des États-Unis et des États d’Europe occidentale les plus influents. La Serbie sait la Russie derrière elle. Jusqu’à présent, plus de 110 pays – dont la Suisse – ont reconnu le Kosovo comme État autonome. Entre-temps, cette République des Balkans est aussi devenue membre du Fonds monétaire, de la Banque mondiale et du comité des Jeux olympiques.

Le pays connaît des succès en sport et en musique. Âgée de 26 ans aujourd’hui, la judoka Majlinda Kelmendi est entrée dans l’histoire des Jeux olympiques de 2016 à Rio en remportant la médaille d’or dès le deuxième jour. Rita Ora et Dua Lipa sont deux autres stars kosovares. Ces jeunes femmes, appelées «nos filles» tant par les jeunes que par les anciens, sont originaires de Pristina, ont grandi à Londres et se sont fait un nom sur la scène musicale internationale. Ora a donné un concert à Pristina pour les dix ans de l’indépendance et Lipa a annoncé sa prestation pour début août.

L’été, le Kosovo est envahi par les «Schatzis». Ce terme omniprésent dans la langue albanaise désigne les centaines de milliers de Kosovars qui vivent à l’étranger et rentrent au pays en juillet et août. Ils rendent visite à leurs familles, dépensent leur argent gagné péniblement à l’Ouest, achètent des appartements, construisent des maisons. Les Schatzis ne passent pas inaperçus: les jeunes gens arborent un look décontracté, avec du gel dans les cheveux, des jeans déchirés et des t-shirts près du corps. Les filles portent des décolletés plongeants, de grandes lunettes de soleil, des mini-jupes et des chaussures à talons hauts, parfaitement inadaptées aux rues défoncées du Kosovo. Lorsque les Schatzis viennent au Kosovo, c’est la saison des amours. Les futures belles-mères partent à la recherche d’une future belle-fille, les futurs beaux-pères inspectent des restaurants où pourrait être organisée la fête de mariage en grande pompe l’année suivante et les futurs beaux-fils ont rendez-vous avec des jeunes femmes rencontrées sur Facebook. Pour les femmes expatriées, le Kosovo l’été est un site de rencontres à ciel ouvert.

Sans les transferts d’argent des Kosovars de l’étranger, la petite République des Balkans s’effondrerait rapidement. Les expatriés injectent chaque année près d’un milliard de francs dans les foyers kosovars. «Malheureusement, la majorité de cet argent est dépensée en biens de consommation au lieu d’être investie», explique Agron Demi de l’institut de recherches GAP.

À Pristina et dans d’autres villes, il n’est pas rare de voir dans les rues des véhicules jaunes de la Poste, des drapeaux rouges avec une croix blanche et des voitures portant l’autocollant CH. Pour beaucoup de Suisses, le Kosovo a longtemps été une sorte de province lointaine et méconnue, quelque part dans les gorges des Balkans. Depuis, beaucoup de choses ont changé. De plus en plus de Suisses visitent le Kosovo. On voit même des groupes de touristes se promener dans Pristina. «Je suis venu rendre visite à un ami avec qui je travaille depuis plus de 20 ans», déclare un mécanicien de l’Oberland zurichois. Devant le monument de Scanderbeg, héros national albanais, des élus de Wil assaillent leur guide de questions. Ils veulent en savoir plus sur la culture, l’histoire et la politique du pays. Ces connaissances pourraient leur être utiles pour mieux intégrer les Albanais du Kosovo en Suisse.

À Pristina depuis 1999

Andreas Wormser est pour sa part déjà bien intégré... au Kosovo. Il est arrivé à Pristina en 1999 sur mandat de l’Office fédéral des réfugiés. Ce diplomate était chargé de vérifier s’il était possible d’envisager un retour des réfugiés de guerre. Et il est resté. Il a défendu en premier lieu les droits de la minorité rom. Mais en tant que fonctionnaire du DFAE, il ne se trouvait pas assez occupé. En 2013, il a ouvert l’Hôtel Gracanica, le premier hôtel multiethnique au Kosovo. Le bâtiment a été construit par l’architecte helvético-kosovar Bujar Nrecaj. Encore un exemple des interactions étroites entre le Kosovo et la Suisse.

Certains villages kosovars dépendent totalement de l’argent des expatriés. C’est le cas de Smira, à la frontière avec la Macédoine. Il faut faire preuve de patience pour se rendre à Smira. On s’enfonce d’abord dans la circulation chaotique de Pristina, puis on cherche en vain l’entrée de la nouvelle autoroute. Le long de l’ancienne route qui relie le Kosovo à la Macédoine, se déploie toute la splendeur du boom architectural des Balkans. Des constructions ininterrompues ont entraîné un développement anarchique des villes. Ici, stations-service, hôpitaux privés, magasins de bricolage, hôtels de passe, magasins de meubles, garages, centres commerciaux et écoles privées se succèdent en enfilade. Sans oublier, bien entendu, un lotissement intégralement clôturé: les nouveaux riches et ceux qui ont profité de l’après-guerre vivent avec leur famille dans des résidences sécurisées sur le modèle américain.

«Bienvenue à Smira», annonce Tefik Salihu une heure plus tard. Il est pour ainsi dire le responsable de l’information de ce village situé à l’est du Kosovo au milieu de douces collines, de vastes champs et de prairies luxuriantes. Smira compte environ 5000 habitants, et approximativement 2000 autres qui vivent à l’étranger, la majorité à Genève et dans ses environs. «Pour nous, il est important que l’économie du canton de Genève se porte bien. Nous n’attendons pas grand-chose du gouvernement central à Pristina», explique Tefik Salihu sur un ton sarcastique. Parti à Genève dans les années nonante, il n’a pas tardé à rentrer dans sa famille dès les premiers signes de la guerre, qui a éclaté peu après.

Mars, un mois spécial

Au Kosovo, le mois de mars est ponctué de journées historiques. En mars 1981, les étudiants de l’Université de Pristina manifestent, d’abord contre les repas du restaurant universitaire prétendus immangeables, puis pour exprimer des revendications politiques. Des ouvriers, employés, professeurs et élèves leur apportent leur soutien. «Kosova Republikë»: des générations entières d’Albanais du Kosovo ont grandi avec ce slogan dans l’espoir que leur pays devienne une république à part entière et à égalité de droit au sein de la Fédération de Yougoslavie. C’est le seul moyen, pense-t-on alors, de mettre fin au pouvoir serbe et d’empêcher que Belgrade supprime un jour arbitrairement l’autonomie de la province. C’est pourtant ce qui se produit en mars 1989, seulement deux ans après la prise du pouvoir en Serbie par l’apparatchik Slobodan Milosevic, qui a su utiliser le nationalisme pour établir sa souveraineté. Après l’abolition de l’autonomie kosovare, la majorité albanaise est rejetée à la marge de la société. Pour les observateurs occidentaux, la situation s’apparente alors à un système d’apartheid en Europe.

Cela provoque une scission du Kosovo: officiellement, les Serbes commandent, officieusement, les 1,8 million d’Albanais du Kosovo financent leur État parallèle avec des contributions volontaires. Là aussi, les expatriés jouent un rôle important. Cette résistance pacifique menée par l’écrivain Ibrahim Rugova dure près de dix ans. L’Occident fait preuve d’une grande sympathie envers les Albanais opprimés. Mais à la fin des années nonante, le contrôle échappe à Ibrahim Rugova. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à perdre patience et à prendre les armes. L’armée de libération UÇK ne tarde pas à faire parler d’elle avec des attentats contre des représentants de l’État serbe et contre des collaborateurs albanais.

Les premiers communiqués de presse de l’UÇK sont écrits entre Zurich et Genève, où résident, dans les années nonante, les futurs leaders de la rébellion tels que Hashim Thaçi – aujourd’hui président de la République – Ramush Haradinaj, premier ministre, et Kadri Veseli, président du Parlement. Le pouvoir serbe réagit avec une grande violence aux premières attaques armées de l’UÇK. Au début du mois de mars 1998, la grande famille du fondateur de l’UÇK Adem Jashari est presque totalement éliminée. Un an plus tard, alors que les services de sécurité serbes ont assassiné près de 1400 civils albanais du Kosovo et jeté sur les routes quelque 300 000 personnes, l’OTAN intervient pour empêcher le génocide imminent. La guerre aérienne dure 78 jours et se termine avec le retrait du pouvoir serbe du Kosovo. La province est placée sous l’administration de l’ONU. Le Kosovo proclame son indépendance en 2008, sur proposition de l’envoyé spécial de l’ONU, le finlandais Martti Ahtisaari.

Les anciens rebelles de l’UÇK ont alors la voie libre. Hashim Thaçi et Ramush Haradinaj gouvernent le Kosovo tant bien que mal. Ce parent pauvre de l’Europe est secoué par des affaires de corruption, qui restent largement impunies. Une mission de l’UE, chargée de soutenir la construction d’un État de droit après l’indépendance, a été totalement discréditée par de nombreux scandales et probables affaires de pots-de-vin. Les héros de guerre kosovars pensent manifestement qu’ils ont le droit de se servir dans les caisses de l’État. Ces quatre dernières années, plus de 100 000 Kosovars ont donc décidé de tourner le dos à leur pays. Quiconque ne participe pas à ce système clientéliste n’a pas la vie facile. Le taux de chômage dépasse les 30 % et les jeunes, en particulier, ne voient aucune perspective dans leur pays. Le Kosovo fait face à deux défis majeurs: l’intégration des plus de 100 000 membres de la minorité serbe et le travail de mémoire sur la guerre. Plusieurs anciens dirigeants de l’UÇK ont commis des atrocités sur des Serbes et des membres de la minorité Rom. Suite à un rapport de l’homme politique suisse Dick Marty, un tribunal spécial a été fondé pour obliger les criminels de guerre présumés à rendre des comptes.

Exportations et lueurs d’espoir

Il y a cependant quelques lueurs d’espoir au Kosovo. En voici un exemple: la société Frutomania cultive 140 hectares de pommiers, poiriers, pruniers, abricotiers et cognassiers. Ses jus de fruits – des smoothies kosovars sans sucre ajouté, sans eau, et sans additifs – sont en vente dans presque tous les magasins du Kosovo et s’exportent de plus en plus à l’étranger. Swisscontact, l’organisation suisse pour une croissance économique durable, aide les Kosovars à promouvoir leurs produits. Frutomania produit depuis peu aussi des spiritueux. Citons également Gjirafa, une entreprise d’informatique en pleine croissance, qui propose une version albanaise de Youtube et Netflix et tente de développer le commerce en ligne sous diverses formes.

Fin mars, tous les Kosovars ont accueilli une bonne nouvelle: la République dispose enfin de son propre indicatif téléphonique, le +383, symbole, pour les Kosovars, de l’existence de leur État. L’indicatif international peut être demandé à l’Union internationale des télécommunications à Genève dès qu’un État devient membre des Nations Unies. Le Kosovo en est encore loin. Mais une solution a été trouvée sous la pression de l’UE: c’est l’Autriche qui a déposé la demande d’indicatif kosovar. Jusqu’alors le Kosovo dépendait de la Serbie pour les communications téléphoniques: pour joindre le premier ministre kosovar sur le réseau fixe, il fallait composer l’indicatif serbe.

Mais il reste encore fort à faire avant que le Kosovo soit un État fonctionnel. Ce dur labeur consistera à libérer le pays de l’étau d’une élite cupide pour que la jeune génération prenne le pouvoir et mène un jour le pays au sein de l’UE. Pour l’instant, ce n’est qu’un rêve, mais les Kosovars ont déjà réalisé beaucoup de leurs rêves. Comme celui de devenir un État à part entière.

Enver Robelli est rédacteur au Tages-Anzeiger

Commentaires (22)
  • Goran Vasovic, Prijepolje , Serbien
    Goran Vasovic, Prijepolje , Serbien à 23.05.2018
    Die finanzielle Hilfe der Schweiz während des Wiederaufbaus hat für die Bevölkerung im Balkan und insbesondere auch in Bosnien-Herzegowina, Serbien, Kosovo enorm viel gebracht, etwa beim
    Wiederaufbau von Spitälern oder im Bereich der Lehrberufe. Ich persönlich würde es schätzen, wenn in diesen Ländern Gesetzesstatute wie in der Schweiz eingeführt würden: Naturschutzgesetze, Tierschutzgesetze, Gesetze zum Schutz von Leib und Leben, Opferhilfe, Kinderschutz (insbesondere für Aussereheliche), gute Versicherungsrechte, klare Eigentumsrechte. Die Schweiz könnte in diesen Bereichen als Modell dienen.
    Leider muss ich als Auslandschweizer feststellen, dass vieles, was ich eben aufgezählt habe, hier nicht existiert und auch der Wille und die moralische Bereitschaft fehlt, solche Gesetze zu schaffen. Einer der
    Hauptprobleme ist aus meiner Sicht etwa die Entsorgung der Abfälle. Es existieren keine Abfallentsorgungsanlagen und die Umgebung der Städte wird zunehmend mit Abfällen verseucht. Man hat das Problem überhaupt nicht im Griff. In der Stadt Prijepolje, in der ich lebe, liegt trotz der schönen Natur viel Abfall herum. Es fehlt an Aufklärung in diesem Bereich.
    Deshalb bitte ich die Vertreter unserer Diaspora, egal ob sie in Kosovo, Bosnien-Herzegowina, Montenegro oder Serbien leben, sich einzusetzen, damit mit Hilfe der Schweiz geeignete
    Abfallentsorgungsanlagen gebaut werden. Damit würde ein Beitrag geleistet, dass wir der jungen Generation eine schöne Naturlandschaft hinterlassen könnten. – Goran Vasovic, Auslandschweizer in Prijepolje, Serbien
    Présenter la traduction
  • Sini
    Sini à 23.05.2018
    Kosovo ist und bleibt ein Teil von Serbien. Ich weiss nicht, warum die Schweiz den Kosovo so unterstützt.
    Présenter la traduction
  • Flow Bohl
    Flow Bohl à 23.05.2018
    Ein Artikel, der als Auslandschweizer gut nachvollziehbar ist. Allerdings, "das Land aus dem Würgegriff der raffgierigen Elite zu lösen" ist ein (fast) globales Problem, in dem kleinen Land Kosovo nur umso deutlicher zu sehen.
    Présenter la traduction
  • Markus Flury
    Markus Flury à 23.05.2018
    Es tönt jetzt sehr verklärt, als ob die Beziehung zwischen Schweizern und Kosovaren ein Musterbeispiel wäre. Fakt bleibt aber, dass die Kriminalstatistik ein etwas anderes Bild widerspiegelt und auch das Verhalten einiger junger Kosovaren im Verkehr oder im Ausgang zeugt oft von wenig Respekt ihrem Gastland gegenüber. Da bleibt noch viel Integrationsarbeit übrig.
    Présenter la traduction
  • Alexandre Medawar
    Alexandre Medawar à 23.05.2018
    En quoi cet article concerne les Suisses de l'étranger ?
    Présenter la traduction
    • Georges
      Georges à 24.05.2018
      Tres bon point!
      Présenter la traduction
  • Syed Siraje
    Syed Siraje à 23.05.2018
    C'est un peu dommage de faire passer la Serbie pour les grands méchants oppresseurs. Il ne faut pas oublier que le Kosovo a été le centre culturel et religieux de la Serbie et de son Eglise Orthodoxe pour plus de 1000 ans. Les albanais se retrouvant au Kosovo sont le résultat d’une immigration de masse organisée par l’empire Ottoman car il était difficile pour les Turcs de contenir la population Orthodoxe Serbe. Ils y ont alors envoyé les albanais voisins, fraichement converti à la cause Ottomane et à l’Islam.
    Le Kosovo est un enjeu politique pour les Etats-Unis et l’Europe et son histoire et conflit et purement politique. Anyway, Joyeux Anniversaire Kosovo.
    Présenter la traduction
  • Heidi Attwood
    Heidi Attwood à 24.05.2018
    On pourrait dire la même chose pour les Africains, étant donné le nombre qui se trouvent en Suisse. Ce que l'auteur de cet article oublie, c'est qu'avec toutes ces nationalités différentes qui y sont actuellement (grâce à la mondialisation), la Suisse telle qu'on a connue au passé cessera un jour d'exister. Et si on a un canton de plus pour les Kosovars, pourquoi pas n'en ajouter une pour chaque nationalité qui vient de l'extérieur?
    Présenter la traduction
  • tinu
    tinu à 24.05.2018
    Bei aller Zurückhaltung. Neben den bejubelten Toren haben jahrelange negative Schlagzeilen einen faden Nachgeschmack hinterlassen. Ich denke, es wäre der Schweiz besser ergangen ohne den kulturellen Zustrom.
    Présenter la traduction
    • Wave Dancer
      Wave Dancer à 29.05.2018
      Absolut richtig erkannt!
      Présenter la traduction
    • Alfred Steiner
      Alfred Steiner à 05.06.2018
      Der IV geht es seit dieser kulturellen Vereinigung auch viel besser, wie man den Zahlen des Statistischen Amtes entnehmen kann. Vor allem unser Schweizerdeutsch wurde enorm aufgewertet, speziell in Spreitenbach.
      Présenter la traduction
  • Ueli Keller
    Ueli Keller à 24.05.2018
    Danke, Herr Robelli. Ihr Artikel sollte Pflichtlektüre sein für all die Schweizer in der Schweiz, die glauben, sie seien etwas Besseres, bloss weil sie das Glück hatten, in einem Land geboren zu werden, wo Frieden und Wohlstand herrscht.
    Présenter la traduction
  • Simon Mizitrano
    Simon Mizitrano à 24.05.2018
    Article biaisé et scandaleusement partial, qui n'a rien à faire dans la Revue Suisse destinée aux Suisse expatriés... «La Serbie, ancienne force d’occupation, refuse de reconnaître...» Vous vous rendez-compte de l'énormité de l'ânerie de cette phrase? La Suisse est neutre et ne devrait pas en principe exprimer une position aussi partiale, tout spécialement sur un sujet aussi délicat que celui-ci, qu’apparemment elle n'en maîtrise pas tous les aspects. On aurait pas idée de dire: «Le canton de Berne, ancienne force d'occupation, refuse de reconnaître le Jura...» Alors pourquoi se permettons-nous de telles prises de positions et de telles rhétoriques... sous prétexte que notre équipe de foot est composé de joueurs d'origine «Kosovare». C'est non seulement ridicule et en plus c'est dangereux. Vous seriez bien inspirer à la revue suisse de filtrer un peu plus les articles que vous diffusez...
    Présenter la traduction
  • Nina
    Nina à 24.05.2018
    "Lorsque les Schatzis viennent au Kosovo, c’est la saison des amours": La saison des amours !?
    Est-ce que la connotation exprimée dans cette phrase ne serrait pas un tout petit peu... péjorative?
    "Les futures belles-mères partent à la recherche d’une future belle-fille...": Une façon tellement romantique de voir les mariages arrangés.
    Présenter la traduction
  • Jacques-Seyid Glatt
    Jacques-Seyid Glatt à 24.05.2018
    Dieser Artikel liest sich wie ein Märchen. Die Wirklichkeit der Kosovaren in der Schweiz (wie übrigens auch in Deutschland) sieht jedoch nicht so rosa aus. Ich vermisse in diesem Artikel etwas den Realitätssinn. Sicher, ein Grossteil der Kosovarinnen und Kosovaren hat sich in der Schweiz gut integriert. Aber es gibt gemessen an der Zahl der hier lebende Kosovaren zuviel Kriminalität aus diesem Teil der Bevölkerung....
    Présenter la traduction
  • Pius Ott
    Pius Ott à 26.05.2018
    Ich bin vor vier Jahren mit dem Velo durch den Kosovo gereist. Hatte vorher praktisch nichts über das Land gewusst, aber ich war extrem positiv überrascht. Ein sehr schönes Land das trotz all den Problemen, fehlender Infrastruktur, Arbeitslosigkeit, Korruption, etc. eigentlich recht optimistisch wirkt. Ich hatte auf jeden Fall den Eindruck, dass das ein aufstrebendes Land ist und dass die nächsten zehn Jahre definitiv besser werden als die letzten zehn Jahre. Pristina ist zudem eine wirklich tolle Stadt. Das mit der im Sommer zurückkehrenden Diaspora habe ich auch mitbekommen. Ich habe noch nie im Ausland so viele Schweizer Nummerschilder gesehen wie im Kosovo!
    Présenter la traduction
  • Sylvie Herz
    Sylvie Herz à 26.05.2018
    Evidemment, on ne parle pas de politique et surtout de la politique de répression contre les homosexuels!
    Présenter la traduction
  • sudu
    sudu à 31.05.2018
    Ist nicht irgendwann auch die Kasse der IV in Schieflage geraten?
    Présenter la traduction
  • André Sauge
    André Sauge à 31.05.2018
    En 1986, juin - juillet, avec mon épouse et mon fils qui avait alors 14 ans, j'ai traversé en R5, transportant le matériel de camping, la Yougoslavie, d'Ohrid à Rijeka. Je m'arrêtais surtout là où il y avait quelques fresques byzantines à voir. Ah! Srebrenica! A Pristina, nous nous sommes arrêtés : camping à l'hôtel où nous avons passé la soirée (à Ohrid, une après-midi passée à discuter avec des étudiants des beaux-arts rencontrés au bistrot m'a fait manquer les fresques des deux églises). Des campings pas très salubres, mais partout des compagnonnages faits de fair-play et de gentillesse. Vraiment, quand j'ai entendu que Kohl reconnaissait la Croatie comme Etat indépendant, c'est la Yougoslavie que l'on assassine, ai-je pensé. Il fallait obliger toutes les ethnies de la région à former une fédération. On a préféré laisser les mafias,d'abord albanaises, étendre leur empire. Il y a, à Genève, des Kosovars fort sympathiques, des garçons de café fort soucieux du sort de leur fille à l'école, mais il y a aussi, à Genève, des rustres qui exercent la terreur dans les écoles. Bah! On ne fait pas de mixages sans casser les hommelettes petits-bourgeois timorés, frileux, écrasés, c'est tout ce qu'ils méritent, sous le rouleau-compresseur de l'histoire nous conduisant vers le grand soir de la réconciliation entre tous les hommes ! A la prochaine génération, les chefs mafieux seront aux commandes de quelque institution lucrative et s'occuperont de politique. Les petits-bourgeois frileux continueront à voter UDC et à supporter leurs aigreurs quotidiennes.
    Présenter la traduction
  • Jean-Jacques Marchand
    Jean-Jacques Marchand à 13.06.2018
    Les articles de la "Revue" nous donnent sans doute de nouvelles informations très intéressantes.
    Le cas du Kosovo est un exemple. Il y a un "mais": la religion qui à nouveau intervient d'une façon négative. Au Kosovo les musulmans s'en prennent inlassablement aux chrétiens, les volant, brûlant leurs biens, etc. L'influence sur les Kosovars/Suisses demeure. On met tous ces larcins ou crimes sur le dos de la Serbie. Cela dit, en tant qu'enseignant bénévole aux étrangers, Genève, j'ai un excellent contact avec des Kosovars. En réalité l'Islam, comme en France, est actif. Les Turcs et autres pays du Golf investissent dans cette région balkanique. Voyez en RMN, la Macédoine: les nouveaux minarets dorés dans tous les villages de montagne, construits grâce à la corruption des élus. Ce ne sont pas des mirages. Soyons attentifs.
    Présenter la traduction
  • Walter Kuster
    Walter Kuster à 19.06.2018
    Der Artikel ist abgehoben und völlig realitätsfern. Der 27. Kanton? Der Legende nach? So ein Stumpfsinn habe ich noch nie gehört. Studieren Sie mal die Kriminalitätsstatistik, vielleicht gehen Ihnen dann die Augen auf. Wenn ich mich richtig erinnere, war Bundesrätin Calmy Rey die erste, die den Kosovo anerkannte und besuchte, obwohl das Land nicht einmal befriedet war.
    Présenter la traduction
    • Marc Lettau (Redaktion "Schweizer Revue")
      Marc Lettau (Redaktion "Schweizer Revue") à 25.06.2018
      Sehr geehrter Herr Kuster, Sie erinnern sich nicht ganz richtig. Die Schweiz ist das 19. UNO-Mitgliedsland, das den Kosovo als eigenständigen Staat anerkannte. Aber die Schweiz war das erste Land, das innerhalb der UNO sagte, man müsse über die Unabhängigkeit des Kosovo sprechen, um nach dem Kosovo-Krieg die Region zu stabilisieren. Soweit die Präzisierung. Zur Frage, ob unser Artikel stumpfsinnig ist, möchte wir uns nicht äussern.
      Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
En profondeur
22/05/2018

Le Kosovo, un canton suisse

Le Kosovo a fêté les dix ans de son indépendance en février. En quoi cet événement concerne-t-il la Suisse? La réponse réside dans les relations...

En savoir plus

Le 4 mars, le peuple suisse a massivement rejeté l’offensive musclée lancée contre la radio et TV suisse. Reste que la SSR est sommée de toutes parts...

En savoir plus

D’ici à 2024, toutes les radios suisses diffuseront leurs programmes par les airs via un signal numérique, causant la mort de la FM. Soutenue par la...

En savoir plus

Vladimir Petkovic entraînera l’équipe nationale suisse lors de la Coupe du monde de football. Une chose que personne n’aurait crue possible il y a...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch