Un roman dénonçant la guerre écrit dans le QG du général Guisan

Orlando Spreng plante le décor de son roman «Il reduce», publié en 1941, dans les rizières et les champs de céréales qui s’étendent à perte de vue dans la plaine du Pô.

En 1936, Rico, un jeune soldat rentre à Sesto Cremonese, son village d’origine niché sur la plaine du Pô, après avoir combattu dans les rangs de Mussolini en Abyssinie. Son teint hâlé est aux antipodes de son état d’esprit: l’horreur dont ce fils de paysan s’est rendu complice l’a profondément meurtri et éloigné de son ancienne vie. Il cherche du réconfort auprès de Daria, la femme du «Bédouin», mais ce dernier les frappe brutalement avant de quitter le village à jamais. Rico ne supporte plus de vivre au village. Lorsqu’il retourne en Afrique, il peut compter sur le soutien de la jeune Nera, qui lui est restée fidèle tout ce temps.

La narration, portée par des descriptions saisissantes – terres paysannes crémonaises, rizières inondées, routes interminables sillonnant des champs à perte de vue, canaux rectilignes et champs de maïs immenses et impénétrables – confère un charme particulier à l’intrigue.

Né de l’imagination d’un employé de la Poste

C’est sur les touches d’une machine à écrire militaire, au QG du général suisse Henri Guisan près de Berne, qu’est né «Il reduce» («L’ancien combattant», «Der Heimgekehrte»), le roman antiguerre le plus paisible et fantasque de la littérature suisse. Son auteur Orlando Spreng était un employé de la Poste né le 30 octobre 1908 à Sesto Cremonese, le village de son roman, d’un père fromager bernois ayant émigré en Italie. La famille s’est installée en Suisse en 1914. Orlando a été employé à la Poste puis a fini par obtenir un emploi au Kornhaus (grenier à blé) à Berne. En 1939, son roman «Le recluta Senzapace» («La recrue Senzapace», «Der Rekrut Senzapace») fait fureur. Un peu à la manière du Brave Soldat Chvéïk, il y brosse le portrait d’une recrue tessinoise naïve et un peu gauche du nom de Senzapace, connue pour être le mariole de service dans son bataillon et qui finit par amuser toute la Suisse. Mais Spreng se surpasse dans «Il reduce», œuvre où il laisse transparaître sa nostalgie du pays qui l’a vu naître et qui aurait eu l’étoffe pour se hisser au rang des chefs-d’œuvre du Néoréalisme italien. Mais sous Mussolini, cette chance était réservée au mieux au très classique Francesco Chiesa. Spreng, quant à lui, pouvait s’estimer heureux que son livre dénué de tout rapport avec la Suisse puisse intégrer «Terra nostra», la collection de Guido Calgari dédiée aux ouvrages patriotiques, et trouver grâce aux yeux de la guilde du livre Gutenberg après avoir été traduit en allemand par Jakob Bührer.

Les frontières à nouveau ouvertes, ce Suisse nostalgique de l’Italie tombe dans l’oubli, et son dernier livre, le roman tessinois «Il Lago», où il règle ses comptes avec les «colonialistes» suisses alémaniques, disparaît de la circulation avant de reparaître dans la même collection «Terra nostra» en 1952. Orlanda Spreng meurt deux ans plus tôt, le 27 janvier 1950, à l’Ospedale italiano de Viganello à l’âge de 41 ans, suite à une hémorragie cérébrale qu’il avait vue venir depuis des années et qu’il avait également relatée dans «Il Lago».

Charles Linsmayer est spécialiste en littérature et journaliste

BIBLIOGRAPHIE: la traduction allemande de cet ouvrage, «Der Heimgekehrte», réalisée par Jakob Bührer et préfacée par Charles Linsmayer, est disponible dans le volume 2 de l’édition «Reprinted by Huber».

La nouvelle série: reflets de l’autre en soi

Dans sa nouvelle série littéraire, Charles Linsmayer présente des auteur(e)s suisses proposant dans leur œuvre un portrait de pays et de villes étrangers. Exil, nostalgie du pays quitté ou fascination exotique – la série revient notamment sur les témoignages de Hamo Morgenthaler sur l’Indonésie, sur le New York vu par Daniel de Roulet ou sur l’idylle estivale de Corinna Bille au Pradet près de Toulon.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Elle allie pratique et théorie comme nulle part ailleurs, contribue à réduire considérablement le chômage et est un pilier de l’exportation: la...

En savoir plus

Le 27 novembre, le peuple suisse a rejeté l’initiative des Verts pour la sortie du nucléaire. L’abandon du nucléaire est toutefois en ligne de mire.

En savoir plus

Contrairement aux cantons voisins de Bâle-Campagne, de Soleure et du Jura, ainsi qu’à sept autres cantons, les Suisses de l’étranger de Bâle-Ville ne...

En savoir plus

Depuis 2004, les grandes villes suisses ont vu apparaître dans leurs rues des personnes qui mendient. Une majorité sont des Roms. Villes et canton...

En savoir plus
Tourisme
13/01/2017

Un village de carte postale

Escapade dans le village tessinois de Morcote, une charmante petite bourgade bordant le lac de Lugano qui vient d’être sacrée «Plus beau village de...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch