Lettres à la rédaction

De paisibles fermes sur le déclin. Le dernier producteur de lait du village

Il faudrait conseiller à M. Burren d’approfondir ses réflexions stratégiques face à la diminution de la rentabilité de la production laitière. Différentes possibilités existent, par exemple donner une orientation touristique aux exploitations laitières. Car ceux qui vont dans les Alpes se réjouissent aujourd’hui à l’idée de devenir des clients directs grâce à l’agrotourisme.

Wilhelm Tschol, Allemagne

Si le litre de lait ne coûte qu’un franc au magasin, personne ne peut s’attendre à ce que quelqu’un fasse des bénéfices. C’est une honte que le gouvernement ne relève pas les prix et n’augmente pas les frais douaniers à la frontière. N’est-ce pas la tâche du gouvernement de protéger notre pays et les citoyens? En Amérique, ils ont Walmart, qui fonctionne sur la même base que l’UE: faites pression assez longtemps sur les prix et la petite concurrence devra bientôt mettre la clé sous la porte! J’espère que les petits agriculteurs suisses trouveront un moyen pour maintenir leur mode de vie et un élevage sain. Il doit bien y avoir quelque chose à faire pour sortir de ce pétrin! Et j’espère que les gens réalisent ce qu’ils vont perdre s’ils ne commencent pas à soutenir l’économie locale et les agriculteurs locaux.

E. Kunkler, Canada

En France, les producteurs laitiers sont dans la même situation et cela a déjà causé beaucoup de drames. Ceux qui s’en sortent le mieux sont rentrés dans un système du «producteur directement au consommateur» avec des associations comme l’Amap. Je suis sûre qu’en Suisse cette solution aura aussi sa chance. Bon courage à vous!

Barbara Demoulin, France

Nous habitons une partie de l’année à Brugnasco, près d’Airolo. Ici, le village n’a plus qu’un seul fermier, et nous achetons notre lait directement à la ferme, à un franc le litre. Ce n’est peut-être que notre imagination, mais nous trouvons ce lait bien meilleur que le lait bio de la Coop. L’été dernier, nous attendions avec impatience que les vaches reviennent des alpages. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi un tel lait ne bénéficie pas d’un label de qualité, pour lequel les gens, tout comme nous, seraient prêts à payer davantage. Pourquoi dépensons-nous deux francs pour une bonne bière et 20 francs pour un bon vin, mais seulement un franc pour du lait de grande qualité?

Dieter Schelling, Suisse

Un commerce explosif. Exportations suisses d’armes sous le feu des critiques

À mon avis, toute exportation d’armes contredit la neutralité suisse et les principes humanitaires. Alors, quand je lis le petit pourcentage que représentent ces produits d’exportation, je suis plus que perplexe de voir qu’une telle importance soit accordée à ce secteur d’exportation. Personnellement, je rejette les exportations d’armes en général.

Renata Neuweiler, Grèce

Le discours de madame Chantal Galladé est intéressant. Mais malheureusement, il fait l’impasse sur l’hypocrisie générale concernant les activités économiques de la Suisse sur la scène internationale et ses conséquences directes sur les populations dans les pays en crise. Si «tout marché entaché de sang est indigne de la Suisse humanitaire et inacceptable», nous aimerions bien voir madame Galladé plus engagée contre les véritables activités criminelles contrôlées à partir du territoire suisse qui sont les vraies causes du sang versé: le trading du pétrole, l’industrie agro-chimique, les activités bancaires des places financières genevoises et zurichoises et cetera. En effet, ces activités sont les causes réelles des inégalités économiques, des tensions politiques et de la destruction de l’environnement à l’origine des conflits où elle ne supporte pas qu’une arme ou une munition d’origine suisse soit utilisée.

Alexandre Medawar, Liban

Commentaires (1)
  1. Jacques Steiner Jacques Steiner at 28.01.2017
    Steiner jacques
    fils d émigré suisse en France je suis abasourdi par la propagande de l extrême droite ici.Il suffit de reflechir a ce que serait le nombre de francais, la pyramide des âges, la natalité, etc sans l arrivée massive d emigres de toutes origines depuis plus d un siècle .Par ailleurs n oublions pas la participation des populations coloniales a la libération de la France surtout lors de l occupation nazie (2/3 des soldats) quelle ingratitude !

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Elle allie pratique et théorie comme nulle part ailleurs, contribue à réduire considérablement le chômage et est un pilier de l’exportation: la...

En savoir plus

Le 27 novembre, le peuple suisse a rejeté l’initiative des Verts pour la sortie du nucléaire. L’abandon du nucléaire est toutefois en ligne de mire.

En savoir plus

Contrairement aux cantons voisins de Bâle-Campagne, de Soleure et du Jura, ainsi qu’à sept autres cantons, les Suisses de l’étranger de Bâle-Ville ne...

En savoir plus

Depuis 2004, les grandes villes suisses ont vu apparaître dans leurs rues des personnes qui mendient. Une majorité sont des Roms. Villes et canton...

En savoir plus
Tourisme
13/01/2017

Un village de carte postale

Escapade dans le village tessinois de Morcote, une charmante petite bourgade bordant le lac de Lugano qui vient d’être sacrée «Plus beau village de...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch