Le cor des Alpes à la sauce pop et jazz

Instrument rudimentaire, le cor des Alpes séduit des musiciens d’horizons très variés. Son timbre planant et doux, associé au mythe alpin, fait mouche.

Eliana Burki joue son cor des Alpes d’une façon moderne – et déteste se produire dans un costume folklorique. Photo Eva Müller

C’est un instrument d’une simplicité biblique. «Un tuyau avec un cône qui s’ouvre constamment», résume le musicien et artiste Balthasar Streiff, Glaronais installé à Bâle, qui pratique sur scène toute une panoplie d’instruments à vent: du büchel – un cor coudé – à la simple corne de vache. L’homme écume les scènes depuis des années. Il joue du cor des Alpes au sein du Hornroh Modern Alp Quartet, formation qui mélange jazz, musique traditionnelle et contemporaine. Il convie aussi le cor suisse dans la musique électronique dans son Alpin Project, où un DJ balance des rythmes de Drum and Bass.

Pour autant, Balthasar Streiff n’est pas complètement dupe de la «suissitude» du cor des Alpes. «99% des joueurs de cor ne sont pas des bergers, ni même des paysans: ce sont des citadins», rigole-t-il, au risque de dégonfler le mythe. Le musicien rappelle à ce titre que l’essentiel des compositions pour cet instrument datent de la deuxième moitié du 20e siècle. «Il y a 200 ans, l’ancêtre du cor des Alpes se jouait partout dans le monde. Les paysans soufflaient dans une racine ou une corne pour appeler le bétail à la fin du jour. Le cor des Alpes qu’on voit aujourd’hui – celui que les Japonais adorent et jouent – a été développé au 19e siècle, alors que les nationalismes soutenaient les folklores pour des raisons politiques.»

«Smoke on the Water» au cor des Alpes

Quoi qu’il en soit, le son cor des Alpes «appelle un imaginaire alpin», analyse Laurent Aubert, directeur des Ateliers d’ethnomusicologie à Genève. «En l’entendant, on se sent dans les prairies du Grütli et tous les Suisses, mêmes les Genevois, l’associent aux Alpes.» Nombre de musiciens suisses jouent sur ce lien affectif. C’est le cas d’Eliana Burki, qu’on découvre dans les archives de la RTS en train de jouer «Smoke on the Water» à Grindelwald. La musicienne soleuroise a fait le tour du monde avec son cor des Alpes modifié à la façon d’une trompette. La belle, qui a commencé à souffler dans un cor des Alpes à six ans, et qui dit avoir détesté se produire dans un costume folklorique, est aujourd’hui distribuée par un label américain, Surf Dog. Elle évolue dans une formation dont le nom prouve l’attachement au mythe: I Alpinisti. «Le son du cor est unique au monde», lance-t-elle.

A Château-d’Œx, les musiciens du groupe Sonalp, fondé en 1999, ont également introduit le cor des Alpes dans leur répertoire, après des débuts dans un genre nouveau, la World Music suisse. Au début, la formation avait intégré un didgeridoo. «C’était une façon pour nous d’amener l’Océanie dans notre musique», indique Guillaume Wahli, violoniste. Vint ensuite un cor suisse modifié, doté d’une série d’embouts pour faciliter le jeu. Le groupe est en train d’enregistrer un quatrième CD. Celui-ci fera la part belle au cor des Alpes traditionnel. Le musicien de Sonalp revendique d’ailleurs «l’identité très forte du son, qui est associé à la Suisse», tout en avouant pourtant la difficulté de jouer avec un cor, étant donné les limites naturelles de cet instrument.

«Le cor est une voix sans mots»

En fait, les frontières du cor fondent sa force et son intérêt, estime Balthasar Streiff. «C’est un instrument simple, qui demande beaucoup d’inventivité. Il est à côté de tout ce qu’on connaît.» Le Bâlois d’adoption met en avant le cor pour sa sonorité propre, en essayant d’évacuer l’aspect identitaire, voire kitsch, de ce cornet. «Le cor possède une belle résonance dans les rues des villes. Si vous en jouez dans la forêt, les gens s’approchent – même les animaux viennent écouter. Le cor véhicule beaucoup d’émotions et fonctionne comme une voix sans mots.»

Le trompettiste jazz de Suisse centrale, Hans Kennel est le premier à s’être emparé de cet instrument dans un répertoire moderne. «C’était alors révolutionnaire», rappelle le musicologue Laurent Aubert, qui a accueilli en 2013 les deux musiciens dans un événement consacré aux musiques des Alpes et à leurs nouvelles pistes.

Stéphane Herzog est rédacteur à la «Revue Suisse»

Commentaires (9)
  1. Charles Schmid Charles Schmid at 04.08.2016
    Da wir selber Alphorn spielen, bin ich gegen diese art Alphornmusik das ist eine Verschandelung gegen die Tradition vom Alphorn.
    Wenn schon solche Musik, dann bediene ich mich eines Saxofons.
    Es Grüsst Charles
    www.alphornduo.at
  2. N. Everett N. Everett at 04.08.2016
    As half Swiss, half English I have played a carbon alphorn for the last 5 years. I echo some of the sentiments in the above article. I get great pleasure playing "Alfie" (my Alphorn) in London, in the middle of the city, up in Scotland, on our beautiful Devon coast. I tend to be relaxed about "tradition" and sticking to rules. Tradition for me is like "grammar" - as a player of a number of musical instruments you absolutely need the "grammar/tradition" of an instrument to play well - but then like language, your vocabulary develops and flourishes because of a sound grounding of the "grammar/tradition". I find players who go beyond the past and test the boundaries of what the Alphorn can achieve amazing and a great inspiration - I too hope one day to emulate them, if only half as well!
  3. Angela Hugenschmidt Angela Hugenschmidt at 04.08.2016
    Like language also musical expression evolves. New uses and applications of an instrument is natural and does not diminish the value of the traditional music, rather it speaks of human creativity.
  4. Petry Zirm Petry Zirm at 04.08.2016
    Ich finde Aussagen wie „Verschandelung gegen die Tradition vom Alphorn“ etc., etc. deplatziert. Ich bitte all diejenigen die so denken und solche Aussagen verbreiten doch darüber nachzusinnen wie es mit dem Hackbrett oder der Geige zur heutigen Zeit ist! Instrumente die eine sehr lange Tradition mit sich bringen und trotzdem haben sich Leute getraut diese Instrumente für modernere Musik zu verwenden. Wie froh können wir doch für solche Menschen sein die nicht immer auf den vorgegebenen Geleisen fahren.
    Ich möchte nur zwei Beispiele nennen: Hackbrett = Nicolas Senn, oder Geige = Star-Geiger David Garrett. Was das für Virtuosen sie doch auf Ihrem Instrument sind!
    1. Hans-Joerg Dresel Hans-Joerg Dresel at 05.08.2016
      Den Wichtigsten hast Du vergessen, Nigel Kennedy! Er geht nach einem klassischen Konzert, in welchem er als Soloist auftritt, in den Nightclub nebenan und spielt dort mit der Band Jazz bis in den fruehen Morgen!
  5. Peter Gerber - Puerto Galera - Philippinen Peter Gerber - Puerto Galera - Philippinen at 04.08.2016
    Der Grösste ALPHORN-HIT aller Zeiten -PEPE LIENHARD & SWISS LADY - Platz 6 CONCOUR EUROVISION DE LA CHANSON 1977 - Nummer 1 HIT in Deutschland Österreich und der Schweiz - Der ALPHORN-Virtuose Mostafa Kafa'i Azimi (ein Iraner)spielte 8 Jahre in der Pepe Lienhard Band
  6. Othmar Schwarzenberger Othmar Schwarzenberger at 05.08.2016
    Born in Switzerland into a family with a long farming and Alpen-Viehzucht history I did bring an Alphorn with me when I moved to Texas. I generally blow a few tunes around midnight greeting the New Year, albeit there is no echo in the wide open prairies and I do not have any Longhorns to call in the evening.
    What a joy therefore, when I discovered that my Swiss friend, Daniel Meyer, would play his Alphorns in concert with the blues bands during Blanket & Blues concerts on his rustic Swiss inspired Barron’s CreekSide getaway and at The Club on his resort in the Texas hill country.
    The sounds of the Alphorn awakens recollections of my brother’s fantastic alp and summer life high above the Rhein river in Graubuenden and many festivals in Switzerland. But more so, it is a pleasure to hear the Alphorn blend or lead when playing together with other instruments. It’s unique sounds deliver memories and just good music to the ear and heart.
  7. Anna Grichting Anna Grichting at 05.08.2016
    You can also listen to Swiss alphorns and Pakistani Qawwali - www.cdbaby.com/Artist/SufiMoon.
    Eliana Burki on alphorn with Desert Bridges live in Qatar www.cdbaby.com/artist/DesertBridges.
    Facebook - desert bridges

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
En profondeur
29/07/2016

La Suisse creuse des tunnels

L’inauguration cette année du tunnel de base du Gothard n’est qu’une étape de la stratégie helvétique systématique d’aménagement souterrain des voies...

En savoir plus

Le 5 juin, trois initiatives populaires et deux référendums ont échoué, la majorité des votants ayant suivi l’avis du Conseil fédéral et du Parlement.

En savoir plus

Le photographe grison consacre sa carrière à interroger la production et la lecture des images. Au Forum de Davos, il a retourné la caméra de...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch