Une tempête dans un verre d’eau?

Chères lectrices et chers lecteurs, je suis depuis novembre dernier le nouveau rédacteur en chef de la «Revue Suisse» à Berne. Puisqu’il s’agit là de mon premier éditorial, je tiens à vous saluer chaleureusement!

Nous consacrons très largement cette édition au «choc du franc». Le thème est omniprésent, et ce, depuis plus d’un an. Toute la Suisse ne parle que de ce «choc», depuis que la Banque nationale a supprimé le cours plancher de l’euro en janvier 2015 et renforcé notre monnaie. Le cours de l’euro est tombé par intermittence sous le seuil de 1 franc. On parle depuis de fermetures d’entreprises, de licenciements de masse. Les personnes directement concernées ont perdu leur emploi à cause d’un franc fort; parallèlement, la situation a pour les autres quelque chose d’irréel. Les médias nous confrontent presque tous les jours à ce thème. Notre pays s’imagine être sur le point de s’effondrer. Et pourtant, ce choc reste pour beaucoup impalpable et abstrait dans la vie quotidienne. Plus d’une personne se pose donc cette question: le choc du franc mérite-t-il vraiment son nom, ou bien n’est-ce pas plutôt une tempête dans un verre d’eau déclenchée par la peur chronique de l’appauvrissement d’une société on ne peut plus prospère?

Toujours est-il que le cours de l’euro s’est stabilisé vers 1 fr. 10 et qu’il semble que la société suisse soit bien plus résistante que ne le craignaient beaucoup d’experts. Comme notre auteur invité Daniel Hug l’explique dans l’article principal de ce numéro, l’appréciation du franc a effectivement constitué un choc dans les premiers temps. La dissociation d’avec l’euro a paralysé l’économie et coûté leur emploi à quelque 10 000 personnes jusqu’à fin 2015. Notre économie ne s’est pas effondrée pour autant. Le point négatif qui persiste est l’incertitude face à l’évolution future du taux de change, et les conséquences à long terme qui y sont liées.

Marko Lehtinen

Commentaires (1)
  1. André Duplain André Duplain at 19.05.2016
    Bonjour, désolé pour la Confédération et ses pressions pour passer de la version papier à la version internet... avec laquelle j'ai beaucoup de difficultés à m'y retrouver. Je préfère donc conserver, malgré les coûts, l'imprimée à laquelle je suis habitué; de plus, au lieu de distribuer des millions à fonds perdus, la Confédération pourrait donner la priorité à ses ressortissants expatriés ! J'ose espérer que ce commentaire ne sera pas supprimé ! Cordialement.

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
En profondeur
17/03/2016

Le choc du franc laisse des traces

Plus d’une année s’est écoulée depuis que la Banque nationale suisse a mis fin au cours plancher avec l’euro. Une mesure qui, à ce jour, a coûté...

En savoir plus

La mission de la BNS est d’assurer la stabilité des prix, mais ceux-ci ont baissé avec la fin du taux plancher. Explications avec l’économiste...

En savoir plus

Quelle orientation donner à la politique d’asile suisse? Le peuple décidera le 5 juin 2016 de la réponse à donner à cette question. La votation...

En savoir plus

Gibt es ein Leben nach dem Tod? Wer weiss. Eines steht aber fest: Mit Sicherheit gibts einen lebendigen Tourismus nach dem Tod. Für Dahingeschiedene...

En savoir plus

Que se passe-t-il sur la scène artistique tessinoise? Le MASI de Lugano se consacre depuis des années à cette question, à travers une série...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch