Des renvois sans compromis

L’UDC veut que son initiative sur le renvoi soit appliquée au pied de la lettre au moyen d’une initiative de mise en œuvre. Les opposants mettent en garde contre les conséquences majeures d’une telle mesure.

L’Union démocratique du centre (UDC) s’est montrée fort méfiante envers la «Berne fédérale»: pressentant que l’initiative populaire «pour le renvoi des étrangers criminels» approuvée en novembre 2010 ne serait pas appliquée stricto sensu, elle avait annoncé à peine six mois plus tard l’initiative de mise en œuvre. Ce projet sera soumis au vote le 28 février. Il vise à inscrire la loi d’exécution immédiatement dans la Constitution et à la rendre directement applicable, amenuisant ainsi fortement la marge de manœuvre du Parlement et, de l’avis de certains experts, enfreignant également le principe de la séparation des pouvoirs.

L’UDC se montre intransigeante. Pourtant, sous la pression de l’initiative de mise en œuvre, le Parlement a déjà approuvé une loi qui renforce amplement le droit pénal en matière d’expulsion des étrangers criminels et répond largement aux attentes des auteurs de l’initiative. Elle est pratiquement identique à l’initiative sur le renvoi, dont elle se différencie uniquement par une clause de rigueur avec laquelle le Parlement entend respecter le principe de la proportionnalité. Cette clause permet au juge de renoncer au cas par cas à renvoyer l’étranger criminel si son expulsion le met dans une situation personnelle grave. Comme elle l’indique sur son site internet, l’UDC pense clairement que l’adaptation de la loi décidée par le Parlement conduit à enraciner le laxisme en matière d’expulsion car les juges trouveront toujours une raison de renoncer à l’expulsion.

Les opposants mettent en garde: l’approbation de l’initiative de mise en œuvre aurait aussi des répercussions sur les relations de la Suisse avec l’UE. En effet, ce projet prévoit expressément que le droit national prime sur le droit international. L’expulsion d’un citoyen de l’UE en raison d’un délit mineur enfreindrait par exemple l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE. L’approbation de l’initiative de mise en œuvre aurait donc des conséquences allant au-delà du droit pénal. En outre, elle romprait avec une pratique jusqu’alors généralement acceptée selon laquelle les initiatives populaires ne sont pas appliquées au pied de la lettre. Le Parlement s’efforce le plus souvent de créer une loi d’exécution tenant compte tant du cœur du projet que d’autres conditions cadres, et respecte ainsi pleinement la culture du compromis typiquement suisse.

Commentaires (6)
  1. Erwin Balli-Ramos Erwin Balli-Ramos at 05.02.2016
    Das ist doch der klare Beweis, dass die SVP, wie immer, mit dem Ende des unteren Rückens denkt und politisiert. Denn
    Was wird passieren, wenn ein anderes Land den gleichen Unsinn per Gesetz einführt?
    Da reichen, dem im Lande lebenden Schweizer, zwei kleine Vergehen, z.B. einmal mit Übertoleranz erwischt und einmal den Hundekot nicht weggeräumt zu haben. Und schon muss man den Möbeltransporter
    anrufen.
    Wo bleibt denn da der gesunde Menschenverstand? Eben dort wo schon
    erwähnt.
  2. Alain Leuba Alain Leuba at 14.02.2016
    si nos fonctionnaires "fonctionnaient" de façon efficace (normale ?), il n'y aurait probablement pas tous ces problèmes. Le peuple est exaspéré de voir la lenteur des procédures. Accueillons bien ceux qui le méritent et renvoyons immédiatement les autres, c'est cela que le peuple veut, à quelques extrémistes près, de gauche ou de droite.
    La plus grande faute à toutes ces discussions est la très mauvaise prestation de l'administration.
  3. Alain Leuba Alain Leuba at 14.02.2016
    si nos fonctionnaires "fonctionnaient" de façon efficace (normale ?), il n'y aurait probablement pas tous ces problèmes. Le peuple est exaspéré de voir la lenteur des procédures. Accueillons bien ceux qui le méritent et renvoyons immédiatement les autres, c'est cela que le peuple veut, à quelques extrémistes près, de gauche ou de droite.
    La plus grande faute à toutes ces discussions est la très mauvaise prestation de l'administration.
  4. Alain Leuba Alain Leuba at 14.02.2016
    si nos fonctionnaires "fonctionnaient" de façon efficace (normale ?), il n'y aurait probablement pas tous ces problèmes. Le peuple est exaspéré de voir la lenteur des procédures. Accueillons bien ceux qui le méritent et renvoyons immédiatement les autres, c'est cela que le peuple veut, à quelques extrémistes près, de gauche ou de droite.
    La plus grande faute à toutes ces discussions est la très mauvaise prestation de l'administration.
  5. Madeline Murphy-Etter Madeline Murphy-Etter at 19.02.2016
    wenn ich in ein fremdes Land reise, so halte ich mich an die Regeln dieses Landes. So erwarte ich's auch von jenen die zu uns in die Schweiz kommen. Viel zu viel Gewicht gibt man dem Recht der Menschen anstatt der Verantwortung jedes Menschen. Fur Ordnung in unserem Land haben wir ein gezieltes Strafgesetz welches umgehend eingesetzt werden muss.
  6. Madeline Murphy-Etter Madeline Murphy-Etter at 19.02.2016
    wenn ich in ein fremdes Land reise, so halte ich mich an die Regeln dieses Landes. So erwarte ich's auch von jenen die zu uns in die Schweiz kommen. Viel zu viel Gewicht gibt man dem Recht der Menschen anstatt der Verantwortung jedes Menschen. Fur Ordnung in unserem Land haben wir ein gezieltes Strafgesetz welches umgehend eingesetzt werden muss.

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Plus de 35 000 personnes ont demandé l’asile en Suisse l’année dernière. L’afflux persistant de réfugiés mène irrémédiablement à un conflit entre...

En savoir plus

En 2015, les dépenses de la Confédération pour l’asile s’élèveront à plus de 1,27 milliard de francs, les cantons payant 600 millions. A long terme,...

En savoir plus

Avec Guy Parmelin, l’Union démocratique du centre a obtenu sans problème le deuxième siège qu’elle briguait au Conseil fédéral. Si cette élection est...

En savoir plus

Après cinq ans au Conseil fédéral, Johann Schneider-Ammann n’a pas encore achevé sa transformation d’homme d’affaires en homme politique. C’est...

En savoir plus

Le plus long tunnel ferroviaire du monde sera raccordé au réseau en juin 2016. Quelques mois plus tôt, le 28 février, les Suisses se prononceront sur...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch