Plus de candidats, plus de listes

Tim Guldimann (PS) est élu en tant que Suisse de l’étranger au Conseil national.

À en juger par le nombre inédit d’hommes et de femmes ayant eu envie de supporter le fardeau de la campagne électorale, un siège au Conseil national semble vraiment intéressant. Selon la Chancellerie fédérale, dans les 20 cantons appliquant le scrutin proportionnel, 3788 candidats (contre 3458 en 2011) se sont lancés dans la course cette année, soit une hausse de 9,5 %. En outre, les six cantons à scrutin majoritaire ayant chacun un seul siège au Conseil national (Appenzell Rhodes-Extérieures et Rhodes-Intérieures, Obwald, Nidwald, Uri et Glaris) ont enregistré 14 candidatures supplémentaires. Au total, 3802 personnes ont brigué un siège à la Chambre du peuple. La proportion de candidatures féminines a connu une légère hausse par rapport à 2011, passant de 32,8 à 34,5 %, mais elle stagne à environ un tiers des représentants depuis 2007. Le nombre de listes dans les cantons à scrutin proportionnel a aussi augmenté, de 365 listes en 2011 à 422.

Un Suisse de l’étranger élu pour la première fois

L’intérêt des Suisses de l’étranger à siéger au Conseil national a légèrement baissé par rapport aux dernières élections: ils ont été 56 à se présenter cette année, contre 73 en 2011. Plusieurs partis ont fait campagne avec des listes «internationales». L’UDC en tête, qui a proposé des listes internationales dans dix cantons. Une certaine désillusion peut être à l’origine de cette baisse d’intérêt: si l’importance politique des Suisses de l’étranger a augmenté depuis l’introduction du droit de vote par correspondance en 1992, les chances d’être élu restent faibles car la plupart des candidats sont pratiquement inconnus. Le social-démocrate Tim Guldimann fait exception. Domicilié à Berlin, diplomate de crise de premier plan et ambassadeur ayant occupé des postes importants, il a pris sa retraite en Allemagne en mai 2015. Il a réussi un coup de maître en étant le premier véritable Suisse de l’étranger à être élu au Conseil national.

(JM)

Lien sur l'article "Stabilité au Conseil des États"

Lien sur l'article "La Suisse vire à droite"

Lien sur l'article " Tension maximale pour l’élection du Conseil fédéral le 9 décembre"

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

La Suisse devient plus sauvage: des prédateurs indigènes autrefois disparus réapparaissent. Si cette nouvelle enthousiasme les citadins éloignés de la...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Des animaux jadis disparus font leur retour en Suisse. Ces nouvelles doivent vous réjouir, non?

Reinhard Schnidrig: Oui. Mais les...

En savoir plus

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse la campagne électorale suisse tout au long de...

En savoir plus
Politique
04/11/2015

La Suisse vire à droite

Le score de l’Union démocratique du centre (UDC), plus grand parti de Suisse, est en nette hausse. Les petits partis du centre perdent des voix; même...

En savoir plus

Le secrétaire d’État Jacques de Watteville a été désigné en août négociateur en chef avec l’UE. Il lui incombe donc la délicate tâche d’apaiser les...

En savoir plus

La loi sur les Suisses de l’étranger (LSEtr) est entrée en vigueur début novembre. Importante pour les citoyennes et citoyens helvétiques établis à...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Quelles sont, selon vous, les principales nouveautés de la loi sur les Suisses de l’étranger?

Hans Stöckli: La plus grande nouveauté,...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch