Mesures économiques de la Confédération

Pour la première fois depuis près de dix ans, la Confédération a clos l’année 2014 avec un déficit de 124 millions de francs. Les prévisions font état de pertes de plusieurs milliards pour 2016 et 2017. Pour éviter que cela ne se produise, le Conseil fédéral prévoit des mesures d’économie, que le DFAE doit également soutenir.

Le temps de l’abondance des recettes fiscales est révolu. Pour la première fois depuis 2005, le budget de la Confédération était déficitaire en 2014. Le déficit est surtout lié aux baisses des recettes provenant de l’impôt fédéral direct et de la TVA. Le bénéfice porté au bilan de la BNS a également diminué en raison des achats d’euros pour soutenir le cours; les effets ont été ressentis par la Caisse fédérale, qui en reçoit une part.

Frein à l’endettement

Malgré le déficit, les exigences du frein à l’endettement ont pu être respectées, autorisant un déficit conjoncturel de 450 millions de francs. Le fait que la Confédération ait évité, jusqu’à présent, des déficits élevés dans le budget de l’État peut s’expliquer par cette règle budgétaire introduite en 2003. Le frein à l’endettement permet d’équilibrer à terme les dépenses et les recettes du budget fédéral. Cet outil autorise un déficit en période de récession économique et exige un excédent budgétaire en période de haute conjoncture. Il ne peut être dérogé à cette règle que dans des situations exceptionnelles, des dépenses extraordinaires pouvant être alors engagées. Elles doivent toutefois être compensées au cours des années suivantes. La Suisse a ainsi pu réaliser des excédents budgétaires de 2006 à 2013 et réduire la dette publique à moins de 50 % du PIB, malgré la crise financière.

Programme d’économies pour 2016

Dans la mesure où les recettes n’augmenteront pas au cours des prochaines années, le Conseil fédéral a décidé de réduire le budget fédéral de près de 1,3 milliard de francs en 2016. Selon les directives du Conseil fédéral, le DFAE doit contribuer à cet effort en réalisant des économies de 189,3 millions de francs. La majeure partie des économies portera sur la coopération au développement. Le DFAE doit par ailleurs économiser un pourcentage du budget de 2016 sur les dépenses de personnel.

Accordant une grande priorité à son vaste réseau de représentations à l’étranger, le DFAE va s’efforcer de limiter autant que possible les fermetures de représentations. L’accent sera donc mis sur les mesures suivantes:

  • Régionalisation des services consulaires et de la section visa des Pays baltes: transfert de la responsabilité au Centre consulaire régional de Stockholm.
  • Régionalisation des services consulaires et de la section visa du Koweït et de Bahreïn: transfert de la responsabilité au Centre consulaire régional de Doha.
  • Engagement de personnel local dans certaines chancelleries à la place du détachement de personnel suisse.
  • Regroupement des chancelleries des représentations suisses à Bruxelles (ambassade, Mission suisse auprès de l’UE et Mission suisse auprès de l’OTAN).
  • Réalisation d’économies supplémentaires dans le domaine des visas en collaborant avec des prestataires de service externes.
  • Report de l’ouverture d’un consulat général à Almaty.
  • Renforcement de l’envoi électronique de la «Revue Suisse».

Malgré tous ces efforts, l’objectif d’économies n’a pas pu être atteint. Le Conseil fédéral se voit donc contraint de fermer l’ambassade suisse au Paraguay et de la remplacer par un consulat général honoraire subordonné à l’ambassade de Buenos Aires. Cette étape a été jugée nécessaire en raison du montant d’économies relativement élevé qui devra être atteint en 2016.

Programme de stabilisation 2017-2019

Les dernières projections conjoncturelles montrent que d’autres restrictions budgétaires devront être intégrées dans les plans financiers de 2017 à 2019. Le Conseil fédéral a donc décidé le 1er juillet 2015 de proposer au Parlement un programme de stabilisation pour la période susmentionnée. Il a l’intention de mettre en consultation un programme de stabilisation correspondant au mois de novembre 2015. Les chiffres clés seront publiés dans cette rubrique, dès qu’ils seront connus.

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

La Suisse devient plus sauvage: des prédateurs indigènes autrefois disparus réapparaissent. Si cette nouvelle enthousiasme les citadins éloignés de la...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Des animaux jadis disparus font leur retour en Suisse. Ces nouvelles doivent vous réjouir, non?

Reinhard Schnidrig: Oui. Mais les...

En savoir plus

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse la campagne électorale suisse tout au long de...

En savoir plus
Politique
04/11/2015

La Suisse vire à droite

Le score de l’Union démocratique du centre (UDC), plus grand parti de Suisse, est en nette hausse. Les petits partis du centre perdent des voix; même...

En savoir plus

Le secrétaire d’État Jacques de Watteville a été désigné en août négociateur en chef avec l’UE. Il lui incombe donc la délicate tâche d’apaiser les...

En savoir plus

La loi sur les Suisses de l’étranger (LSEtr) est entrée en vigueur début novembre. Importante pour les citoyennes et citoyens helvétiques établis à...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Quelles sont, selon vous, les principales nouveautés de la loi sur les Suisses de l’étranger?

Hans Stöckli: La plus grande nouveauté,...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch