Lettres à la rédaction

J’ai honte

J’habite en Allemagne depuis 26 ans et je suis toujours accueillie avec joie en tant que Suissesse. Aujourd’hui, le 21 septembre 2015, j’ai vraiment honte d’être Suissesse. Un village d’Argovie a préféré payer 20 000 francs plutôt que d’accueillir huit (!) réfugiés! Pauvre Suisse aisée.

R.G., Erkrath, Allemagne

Ça fait érudit, peut-être?

En général, je n’écris pas de commentaires ou de critiques dans des journaux. Mais cette fois-ci, la coupe est pleine: «POINTIERTER, SALOPP, DIFFAMIERT, KONKORDANZ, KONKORDANZDEMOKRATIE, KONSENSES, etc.», ça fait érudit, peut-être? Ma mère se retournerait dans sa tombe si elle venait à entendre ces impropriétés de la langue (suisse) allemande, qui plus est sous la plume de la rédactrice en chef d’un journal suisse lu avec plaisir dans le monde entier. Cordialement,

René Graf, Maple Bay BC, Canada

Mal représentés

Les Suisses de l’étranger, dont je fais partie, sont généralement mal protégés et représentés. Les responsables politiques et l’administration tiennent des discours qui sonnent creux. On sent à quel point on rechigne à considérer les Suisses de l’étranger comme des citoyens suisses à part entière (y compris dans beaucoup de consulats et d’ambassades). Mais nous ne sommes pas tous des milliardaires domiciliés aux États-Unis. Il y a longtemps que plus aucun parti n’accorde aux Suisses de l’étranger l’attention qu’ils méritent et qu’on ne leur témoigne aucun égard. En plus, la Commission des Suisses de l’étranger est un ramassis d’imbéciles et de bons à rien; sans objectif, sans mandat concret, sans aucune efficacité.

Wave Dancer, argonaut51@hotmail.com

Nous sommes des Suisses étrangers

La brève chronique du professeur Kohler, «Combat par procuration et interprétation du présent», porte un regard intelligent et dénué de jugement sur le dilemme actuel des Suisses vivant dans le pays. Toutefois, elle ne concerne guère les Suisses de l’étranger – dont je fais partie – qui constituent ce que l’on appelle la Cinquième Suisse. Nous n’avons vraiment aucune identité. Nous sommes des Suisses étrangers et avons été traités comme tels, notamment les Américano-Suisses ou Suisso-Américains. Si nous devions un jour devenir le 27e canton, nous serions nous aussi divisés au moins en cinq parties: les Suisses de l’UE, les Suisses américains (qui sont actuellement les moins bien traités par nos banques – avec toute la gratitude des Américains, cela va de soi!), les Suisses du Commonwealth, les Suisses d’Amérique latine et, plus brièvement, les Suisses du reste du monde. En termes de «Suisse», nous autres, les anciens, sommes plutôt des patriotes nostalgiques en quête d’un compte bancaire pour pouvoir s’offrir un café.

Robert Enggist, Hamilton, Ney Jersey, États-Unis

Mettre notre grain de sel

Je tiens à dire que je trouve tout simplement gonflé qu’autant de Suisses de l’étranger aient des exigences envers notre représentation politique et notre propre circonscription électorale. C’est nous qui avons décidé de partir!!! Je trouve que la Suisse se montre magnanime et ouverte en nous permettant de continuer à voter, autrement dit à mettre notre grain de sel, alors que nous ne vivons plus en Suisse et que les résultats des élections n’auront presque aucune incidence sur notre quotidien (à moins qu’il soit directement question de l’étranger). Je suis très clairement opposée à une circonscription électorale des Suisses de l’étranger. Et je ne voterai jamais pour un Suisse de l’étranger. Si un Suisse veut participer à la politique de son pays, il n’a qu’à retourner s’y installer. À mes yeux, c’est un privilège de pouvoir voter en tant que Suisse de l’étranger, un privilège que très peu de pays accordent à leurs citoyens vivant à l’étranger.

Susanne Boss, s-boss@online.no

À droite toute, s’il vous plaît!

Il est grand temps que les Suisses se souviennent de leurs 724 ans d’indépendance. Le Parlement ferait bien, au lieu de se tourner vers l’UE avec des formules floues (à l’exception de l’UDC dont la conduite est rectiligne), de consacrer son temps compté à de meilleures actions, notamment à la Suisse et aux Suisses. Comme l’UDC est seule à le faire! C’est pourquoi je demande aux parlementaires et conseillers fédéraux des autres partis de Suisse d’amorcer un clair virage à droite vers l’UDC. Le peuple suisse les en remerciera. L’Europe est, quoi qu’il en soit, une union corrompue qui gaspille les deniers publics au lieu d’en prendre soin. Il suffit de voir la Grèce et aussi l’Espagne socialo-communiste de «Podemos» malheureusement de plus en plus corrompue. L’Andalousie en est le plus bel exemple.

Daniel Oppliger, danieleufemia@gmail.com

Commentaires (10)
  • Rita
    Rita à 11.11.2015
    Gibt es eine Qualitätssicherung bei der Auswahl der Leserbriefe?
  • Dr .Ute von der Heyde
    Dr .Ute von der Heyde à 12.11.2015
    Urdemokratie
    Für mich als Auslandsschweizerin, die in den USA, England, Niederland und Deutschland gelebt hat und lebt, ist die Schweiz das Land mit der aufrichtigsten Form der Demokratie. Der Bürger hat die Möglichkeit sachbezogen abzustimmen und das ist "das Mandat nicht abgeben" an Personen, die Parteien wechseln und die Stimmen demzufolge mitnehmen.
    Auch ich finde es anständig, dass ich wählen darf obwohl ich im Ausland zur Zeit lebe.
  • Jean Thomas Weber
    Jean Thomas Weber à 12.11.2015
    Herr Oppliger, verunreinigen Sie unsere Revue nicht mit Ihrer SVP-Propaganda. Von wegen sich auf die korrupte EU zu bewegen: wer glaubt eigentlich noch immer dieses Märchen? Die SR ist das Medium für uns Auslandschweizer, bleiben Sie also getrost hinter ihrem vaterländischen Miststock sitzen und verschonen Sie uns mit Ihren Beiträgen. Danke!
    • Francoise sofia nikolis
      Francoise sofia nikolis à 13.11.2015
      Ich kann herrn jean thomas weber nur von tiefstem herzen beistmmen. Aber leider "erleiden"diese menschen eine totale und sehr agressive gehirnwaesche.
    • Franziska Ortega
      Franziska Ortega à 16.12.2015
      Von wegen Rechtsrutsch bitte!
      Offenbar kennen Sie die spanische Realität überhaupt nicht. Podemos ist keine kommunistische Partei, sondern die Antwort eines grossen Teils der Bevölkerung auf die korrupte rechte Regierungspartei Partido Popular, das Pendant der SVP in der Schweiz. Und von wegen Verschleuderung der Steuergelder: gerade Mitglieder dieser Partei haben Millionen veruntreut und unter anderem in die Schweiz geschafft, während die Regierung dieser Partei Lohnkürzungen und Steuererhöhungen auf dem Buckel der Arbeitnehmer durchgesetzt hat um die Banken zu retten. Aus diesen Gründen hoffen wir, dass es hier zu einem Linksrutsch kommt mit einer menschenfreundlicheren, nicht korrupten Regierung.
  • Vuiman
    Vuiman à 14.11.2015
    Unseren Senf dazugeben
    (SUSANNE BOSS, S-BOSS@ONLINE.NO)
    ich bin absolut gleicher Meinung, der Kernsatz ist "Wer in der Schweizer Politik aktiv mitmischen will, soll gefälligst auch wieder dort Wohnsitz nehmen." (Y)
    • A
      A à 26.11.2015
      Lieber Herr Weber! Frage an Sie: Linksmeinung ist etwa keine Propagande?
  • Vuiman
    Vuiman à 14.11.2015
    Ich schäme mich
    (R.G., ERKRATH, DEUTSCHLAND)
    bestimmt sprechen Sie die "Reportage" im deutschen TV über Oberwil-Lieli an.
    <<SVP-Glarner schockiert die ARD - Aufnahme aus dem ARD Morgenmagazin vom 21.09.2015>>
    wenn man einen voreingenommenen, rotgrünlinken hochgradig "korrekten" ARD-Reporter auf hardcore SVP-Gemeindeammann Andreas Glarner loslässt, und alles noch in weinerlichem "Humanitätsverpflichtungs"-Geschwurbel einpackt, muss es niemanden wundern, wenn so eine "Reportage" draus wird.
    fragen Sie ihre deutschen Freunde HEUTE (nach den Anschlägen in Paris), was sie über die Politik von Oberwil-Lieli halten?
    ich bin mir sicher, Sie können sich dann auch für ihre Freunde schämen!
  • Bernard J. Wohlwend
    Bernard J. Wohlwend à 16.01.2016
    Madame la Rédactrice en chef,Retraité résident au Portugal depuis 8ans, suisse de l'étranger pendant plus de 20 ans, j'apprécie énormément la Revue Suisse, en particulier depuis que vous en assummez la rédaction.Dans votre édition de novembre 2015, des lecteurs se prononcent, négativement pour la plupart, sur le statut de suisses de l'étranger. Pour ma part, il m'a toujours été expliqué que le but des représntations diplomatiques est d'oeuvrer pour les citoyens de leur pays d'affectation et non pour les suisses.Ceci dit, j'ai toujours trouvé un accueil chaleureux et une aide efficace auprès de nos diverses représentations diplomatiques dans le monde.
  • Sylviane Darbellay
    Sylviane Darbellay à 24.11.2016
    I am a dual Swiss/Australian Citizen. In 2012, I tried to open a bank account at UBS in Martigny, Switzerland. Notwithstanding the facts that in the past I had worked with the person serving me, that I had a Swiss driver's license,and that I was known to several employees of the bank, I was unable to do so, because my Swiss passport had expired. (I travel with an Australian passport.)So now, when I will eventually get my pension,most of it will go in bank fees. Exactly what I wanted. Not! Sylviane Darbellay

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

La Suisse devient plus sauvage: des prédateurs indigènes autrefois disparus réapparaissent. Si cette nouvelle enthousiasme les citadins éloignés de la...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Des animaux jadis disparus font leur retour en Suisse. Ces nouvelles doivent vous réjouir, non?

Reinhard Schnidrig: Oui. Mais les...

En savoir plus

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse la campagne électorale suisse tout au long de...

En savoir plus
Politique
04/11/2015

La Suisse vire à droite

Le score de l’Union démocratique du centre (UDC), plus grand parti de Suisse, est en nette hausse. Les petits partis du centre perdent des voix; même...

En savoir plus

Le secrétaire d’État Jacques de Watteville a été désigné en août négociateur en chef avec l’UE. Il lui incombe donc la délicate tâche d’apaiser les...

En savoir plus

La loi sur les Suisses de l’étranger (LSEtr) est entrée en vigueur début novembre. Importante pour les citoyennes et citoyens helvétiques établis à...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Quelles sont, selon vous, les principales nouveautés de la loi sur les Suisses de l’étranger?

Hans Stöckli: La plus grande nouveauté,...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch