Le plan d’urgence pour la politique européenne

L’initiative populaire «Sortons de l’impasse» (Rasa) a abouti. Elle doit être «une sorte d’assurance» si la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse n’est pas eurocompatible.

Personne ne croyait à son succès. Pourtant, à la mi-août, soit près de neuf mois avant l’échéance du délai de récolte des signatures, les personnes à l’origine de l’initiative «Sortir de l’impasse» avaient annoncé avoir récolté les 100 000 signatures requises. C’est considérable car l’initiative demande l’annulation de l’adoption, le 9 février 2014, de l’initiative contre l’immigration de masse lancée par l’UDC ou, en d’autres termes, de rayer de la Constitution l’article permettant à la Suisse de fixer des contingents et des plafonds d’immigration. Une telle initiative n’avait encore jamais vu le jour.

Mais l’aboutissement de l’initiative Rasa enrichit le débat relatif à la politique suisse concernant l’immigration et l’Europe. Car ses initiateurs ne promettent rien de moins que de «sortir de l’impasse». Dans le même temps, ils disent vouloir faire preuve de souplesse: déjà durant la récolte des signatures, ils n’excluaient pas un retrait de l’initiative. Selon eux, cette initiative est «une sorte d’assurance» ou encore «un plan B»: «Si le Conseil fédéral et le Parlement parviennent à présenter une meilleure solution et à mettre en œuvre l’initiative contre l’immigration de masse, sans compromettre les accords bilatéraux, nous retirerons notre initiative», explique Thomas Geiser, l’un des initiateurs de Rasa. Thomas Geiser est professeur de droit privé et commercial à l’Université de Saint-Gall.

Mais pour l’heure, il ne semble pas qu’une telle solution puisse émerger. L’UE se montre peu encline à assouplir le principe de libre circulation des personnes pour la Suisse. Le Conseil fédéral a nommé un médiateur en chef (voir son portrait en page 17), Jacques de Watteville, avec le secrétaire d’État et défini les jalons de sa politique: maintien des accords bilatéraux et de l’accord sur la libre circulation des personnes, mais négociations avec l’UE afin d’adapter l’accord conformément au mandat constitutionnel.

Cette initiative est-elle antidémocratique?

Que va-t-il advenir si ces tentatives échouent? Si le choix pour la Suisse se limite à l’application stricte de l’initiative contre l’immigration de masse ou encore la voie bilatérale? Le cas échéant, l’initiative Rasa permettra-t-elle véritablement à la Suisse de sortir de l’impasse? Ou bien est-elle purement antidémocratique d$ans la mesure où elle sabote la volonté populaire? Non, explique le politologue Georg Lutz. Compte tenu du résultat très serré de la votation concernant l’initiative contre l’immigration de masse, il pourrait être tout à fait judicieux, dans un contexte différent, d’inviter à nouveau le peuple à se prononcer, a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision SRF. Par ailleurs, voter à plusieurs reprises sur un même thème n’est pas une première dans une démocratie directe: cela s’est déjà produit pour le droit de vote des femmes ou lors de l’introduction du système proportionnel au Conseil national.

Les chances de l’initiative Rasa sont encore difficiles à évaluer. Thomas Geiser est optimiste: «La récolte des signatures a été un jeu d’enfant, ce qui donne un indice du sentiment populaire général.» Mais en l’occurrence, les initiateurs se sont concentrés sur la Suisse romande et les centres urbains de Suisse alémanique, où l’initiative contre l’immigration de masse avait été largement rejetée. C’est un de ses points faibles: la majorité des cantons, requise pour une initiative populaire, sera difficile à atteindre. Par ailleurs, aucune association ni parti d’envergure ne soutient l’initiative. Le comité d’initiative est presque exclusivement soutenu par 400 particuliers, parmi lesquels des célébrités telles que les artistes Pipilotti Rist, Gardy Hutter et Dimitri, le footballeur Andy Egli, l’ancien président du Tribunal fédéral Giusep Nay, les professeurs Georg Kreis (historien) et Andreas Auer (juriste). Les grandes figures politiques sont absentes de la liste.

«Une entreprise risquée»

Mais selon l’évolution politique, l’initiative Rasa pourrait séduire davantage l’opinion suisse. Regula Rytz, coprésidente des Verts, qualifie l’initiative de «réseau de sécurité important», «en cas de pépin majeur». Christian Levrat, président du PS, pense également qu’un soutien à l’initiative est «un commando suicide, parce que le risque d’échec est grand». Christa Markwalder, conseillère nationale, membre libérale-radicale des commissions de politique extérieure et proeuropéenne convaincue, a déclaré dans la «Berner Zeitung»: «C’est une bonne chose qu’un comité de citoyens ait lancé une telle initiative. Mais c’est aussi une entreprise risquée. Car si le peuple rejette l’initiative, cela ne résoudra pas le problème mais ne fera que confirmer son existence.»

Jürg Müller est rédacteur à la «Revue Suisse»

Commentaires (3)
  • Kurt Stauffer
    Kurt Stauffer à 13.11.2015
    Es scheint dass die Massemeinwanderung in die Schweiz ausser Kontrolle geraten ist.Hauptsächlich was die Muslims anbelangt.Den sie wollen in ein demokratisches Land, weil es dort besser zu Leben ist, als im eigenen Land.Aber sie wollen unsere Gesetze nicht akzeptieren.Kanada und Australien gehen den richtigen Weg,wer sich nicht anpassen will, soll gehen.Es scheint, dass hinter dem Flüchtlingsstrom andere Interessen mitspielen!!!Den Gutmenschen zu spielen ist hier falsch am Platz, besser wäre Vorsicht walten zu lassenDie Zuwanderung von Muslims könnte langfristig eine massive Bedrohung für den inneren Frieden und die Freiheit warden!!
    Présenter la traduction
  • spycher peter
    spycher peter à 15.11.2015
    zu dieser initiative welche besser als "zwängeliinitiative"bezeichnet werden sollte gibt es nur eine antwort
    stimmbürger werde stummbürger

    verweigert den urnengang ,denn wenn wieder "falsch"abgestimmt wird wiederholen die urbanen gutmenschen die übug bis wir es "richtig"machen ,und dies mit dem segen von teilen des parlamentes und einiger abgedankter politikerinnen.
    nein danke ,da mache ich nicht mit, und drum wohne ich ja auch nicht mehr in diesem land ,welches einmal eine wirklich schöne heimat war.
    Présenter la traduction
  • Evelyn Degen
    Evelyn Degen à 07.02.2016
    Die Masseneinwanderungs-Initiative muss zwingend umgehend umgesetzt werden ohne Rücksicht auf die EU. Vor längerer Zeit konnte man es erahnen, dass es massive Flüchtlingsströme aus Syrien und Afrika geben wird. Was hat die EU in Brüssel unternommen? Gar nichts! Die haben sich in Ihren Pfründen gesuhlt und bringen NICHTS zustande! Alle EU-Länder sind überfordert, weil gar nichts vorbereitet wurde. Solchem Dilemma muss die Schweiz zuvorkommen. Die Grenzen müssten leider für eine gewisse Zeit geschlossen werden, um die Registrierung und die Zurückweisung in den Griff zu bekommen. Eine Ausweisung derjenigen, welche sich nicht anpassen können oder wollen, muss unverzüglich vorgenommen werden. Ich lebe seit einigen Jahren in Thailand und finde, dass das Thailändische Immigrationssystem auch in der Schweiz angewendet werden sollte. Diejenigen, die illegal hier sind, werden ohne Umschweife ausgeschafft. Es ist rigoros und für manche hart, aber effizient! In Europa liegt das Ausschaffungsproblem etwas anders. Wohin sollen die Auszuschaffenden denn hin, wenn in ihren Herkunftsländer Krieg und Verfolgung herrscht? Die Probleme in Europa, auch in der Schweiz werden größer und nicht einfacher werden!
    Présenter la traduction

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

La Suisse devient plus sauvage: des prédateurs indigènes autrefois disparus réapparaissent. Si cette nouvelle enthousiasme les citadins éloignés de la...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Des animaux jadis disparus font leur retour en Suisse. Ces nouvelles doivent vous réjouir, non?

Reinhard Schnidrig: Oui. Mais les...

En savoir plus

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse la campagne électorale suisse tout au long de...

En savoir plus
Politique
04/11/2015

La Suisse vire à droite

Le score de l’Union démocratique du centre (UDC), plus grand parti de Suisse, est en nette hausse. Les petits partis du centre perdent des voix; même...

En savoir plus

Le secrétaire d’État Jacques de Watteville a été désigné en août négociateur en chef avec l’UE. Il lui incombe donc la délicate tâche d’apaiser les...

En savoir plus

La loi sur les Suisses de l’étranger (LSEtr) est entrée en vigueur début novembre. Importante pour les citoyennes et citoyens helvétiques établis à...

En savoir plus

«Revue Suisse»: Quelles sont, selon vous, les principales nouveautés de la loi sur les Suisses de l’étranger?

Hans Stöckli: La plus grande nouveauté,...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch