Combat par procuration et interprétation du présent

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse la campagne électorale suisse tout au long de l’année 2015 pour les Suisses de l’étranger.

La querelle actuelle sur le sens donné à l’histoire suisse porte en réalité sur l’avenir de notre pays. La Suisse doit-elle s’adapter aux évolutions de l’Europe et, si oui, comment? Le passé nous montre ce que nous sommes et façonne notre spécificité. Telle est la thèse de ceux qui pensent que l’essence même de la Suisse est menacée. Mais cette essence n’a été nettement définie que lors de graves crises. En temps de paix comme aujourd’hui, son sens est donc moins limpide. Si, objectivement, la Suisse doit se réorienter depuis les bouleversements de 1989, personne n’a voulu d’abord l’admettre. Aujourd’hui, une majorité a vaguement pris conscience de cette nécessité.

Sans surprise, définir une nouvelle orientation ne sera pas chose aisée. La Suisse, située au centre de l’Europe, se distingue par une identité politique forgée dès 1914 pour l’essentiel sur le principe de l’«altérité». Et lorsque cette altérité est mise en cause, le pays se trouve en difficulté.

Dans l’Europe d’aujourd’hui et pour diverses raisons, la Suisse n’a que très peu de chances de parvenir à imposer son statut de «Sonderfall», qu’elle a toujours revendiqué. La neutralité perpétuelle et armée de la Suisse, le statut de petit État et les institutions basées sur une participation citoyenne directe sont (ou ont été) les fondements de la perception que les Suisses ont de leur pays. Ils ont marqué la période florissante qui s’étend du début à la fin du siècle dernier. Malheureusement, ils doivent être aujourd’hui profondément remaniés.

Nous sommes entourés d’amis. Il est donc difficile de justifier le caractère rationnel d’une neutralité qui conçoit les autres États comme de potentielles puissances belliqueuses. Il n’échappe à personne non plus que la «neutralité armée» de la Suisse n’a pu se développer que sous la protection de l’OTAN. La notion répandue de «petit État» est elle aussi équivoque. Elle ne convient pas vraiment à un pays qui abrite l’une des plus grandes places financières au monde et qui, en tant qu’exportateur de capitaux, est une puissance moyenne sur le plan politico-économique. La Suisse s’est efforcée, non sans raison, de jouer une sorte de second rôle dans le club du G20. Il est évident, du moins aux yeux de l’élite diplomatique du pays, que la Suisse ne peut se soustraire aux contraintes de réglementation et de judiciarisation caractéristiques de l’époque actuelle. L’échec de la bataille peu glorieuse pour le secret bancaire en est l’un des exemples les plus flagrants. Cela explique également la violence de certains courants de politique internationale qui s’opposent directement à la stratégie centrale de notre démocratie, notamment à l’idée selon laquelle le politique peut être dissocié de l’économique.

Pourtant, l’économie mondiale va de pair avec une organisation politique et juridique qui vise à mutualiser les intérêts au-delà des frontières et à établir des réglementations transnationales. Ce modèle est diamétralement opposé au schéma opérationnel actuel de l’orientation internationale de la Confédération – axée sur un marché mondialisé et sur l’isolement politique face aux influences étrangères. Il est impossible de nier que cette tendance a des répercussions négatives sur l’autonomie illimitée de l’électorat d’une démocratie directe.

Pour résumer, en m’appuyant sur la théorie sociétale et non sur le mythe historique, je dirai que le concept de neutralité de la puissance politique s’est affaibli parce que l’époque actuelle se caractérise non plus par le risque d’un conflit, mais par la nécessité d’organiser la circulation commerciale des biens et des services.

Une nation démocratique n’est donc plus en mesure de garantir, seule et sans tenir compte des intérêts transnationaux, les bases solides d’une organisation et d’une évolution sûres sur le plan militaire et dont la légitimité est reconnue sur le plan international. En conséquence, les questionnements identitaires actuels de la Suisse s’expliquent non pas par le rôle restreint réservé aux enseignements de l’histoire mais par les nouvelles questions de civilisation transnationales. Voilà en toute objectivité les thèmes qui devraient être au cœur du débat sur l’identité suisse. Au lieu de cela, nous assistons à un combat par procuration opposant les défenseurs des mythes fondateurs de la Confédération aux partisans d’une recherche historiographique qui propose un regard critique sur le caractère tant objectif que réaliste du récit traditionnel. Il s’agit d’un combat sur l’histoire, et le présent ne doit pas en être exclu.

Commentaires (2)
  1. io io at 10.07.2015
    und bitte wie sieht dann die Schweiz aus?
    Jetzt schon dürfen die Kinder in der Schule und im Kindergarten nur noch Hochdeutsch sprechen...
    Es wäre doch besser, wir würden gleich auf english beginnen...
    Wenn unsere Schulqualitäten sich den internationalen Standarts angleichen würden... ?!?

    Und sich die Schweizer Demokratie dem Demokratieverständnis unserer Nachbarländern...?!?
    Die BundesrätInnem zum Minister and Milady mutieren...?!?
    und der Präsident alle 4 Jahre vom Volk gewählt... ?!?
    Besser wenn wir uns den grossen Nachbarn angleichen...
    Werden wir dann wirklich besser, liebenswürdiger, geachteter, reicher, nützlicher für den Weltfrieden oder was ??? Was ist Ihr Ziel?...
    Welche schweizer Eigenart (soll sie überhaupt eigen, individuell noch sein??!), dürfte sie behalten ausser Röschti und Co.)

    WIE SIEHT IHRE SCHWEIZ DENN AUS?
    Sie beschreiben nur, wie sie nicht mehr sein sollte...
    Ich lebe in Sri Lanka, das von div. Mächten "verbesset" und 'angeglichen' wurde. Nur die Grossen bestimmen und wären verantwortlich und auch die können es nicht, weil sie ja nie im kleinen Verantwortung tragen lernen konnten...
    Aber sie sind ganz gross im Kopieren, echt! Beginnt schon im Kindergarten. Und die Konkurenz: "Schei*** Mami, die Grossen sind immer besser als ich!"
    Mami, drohend: "Ich schick Dich in die Nachhilfstunden!"

    In welchem "Fach" soll die kleine Schweiz noch brillieren dürfen?
    oder hab ich das alles falsch verstanden?
  2. Marianne Boner, Fes Marokko Marianne Boner, Fes Marokko at 27.07.2015
    Es geht doch immer um die Zukunft. Die immer wieder notwendige Neuorientierung ist schwierig, denn die Welt ist nicht friedlicher geworden. Nur die Waffengattung hat sich zum Teil geändert, vor allem in Europa. Weltumspannend sind Hacker in den unterschiedlichsten Interessengebieten eine neue Waffengattung.
    In Europa sind es in der Regel Wortgefechte. Wenn diese ehrlich ausgefochten werden, kann niemand von fehlendem Frieden reden. Dabei muss aber auf korrektes Verhalten geachtet werden. Leider ist dies höchst selten der Fall.
    Härteste Intrige oder verschleiern oder unterschlagen von Fakten ist eher üblich.

    Es stimmt auf jeden Fall, die Schweiz ist eine starke Wirtschaftsmacht. Wir verstehen uns aber auch als neutrale Vermittler bei Konflikten. Als Wirtschaftsmacht müssten wir deshalb Vorbild sein. Sind wir das? Nutzen wir zum Beispiel die Globalisierung ohne die Menschenwürde zu verletzen?

    Die Analyse von Herrn Kohler ist trotz meiner Einwände sehr interessant.

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Marquée par de multiples événements commémoratifs, l’année 2015 montre une fois de plus que l’histoire libère les émotions les plus vives, tout en...

En savoir plus

Le débat historique autour de Marignan, qui s’applique à différencier les mythes de la réalité, ne trouve que peu d’écho en Romandie.

En savoir plus

«Maja» et «Rosmarin», écrits par Ina Jens alors qu’elle résidait au Chili, sont une véritable ode au Domleschg.

En savoir plus

En 1915, des leaders socialistes-révolutionnaires venus des quatre coins d’Europe se réunirent à Zimmerwald pour une conférence secrète. Lorsque les...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch