Moins fortes que les hommes?

En juin, les Suissesses participeront pour la première fois de l’histoire du football aux Championnats du monde. Pour autant, cet événement n’attire que très peu d’argent et d’attention.

Cinzia Zehnder (à dr.) en duel avec l’Anglaise Katie Zelem

Il tombe des trombes d’eau sur la pelouse du stade. Les femmes se battent avec courage, les hommes répriment un rire. Les footballeuses du FC Zurich affrontent celles du BSC Young Boys de Berne. Sur le terrain, on compte aussi trois joueuses de la sélection nationale: Fabienne Humm et Cinzia Zehnder pour le club de Zurich et Florijana Ismaili pour celui de Berne. En juin, elles iront au Canada pour les Championnats du monde. C’est la première fois dans l’histoire du football que les Suissesses sont qualifiées pour la Coupe du monde.

En ce samedi de mars, une poignée de proches des joueuses sont venus assister au match sur les gradins du stade Heerenschürli de Zurich. En Suisse, le football féminin n’est quasiment pas médiatisé, même dans les dernières semaines avant la Coupe du monde et alors que ce moment est historique. Dans la rédaction sportive d’un grand journal national, personne ne se porte volontaire lorsqu’il est question d’aller au Canada pour la retransmission de la Coupe du monde. Les magazines qui publient des articles à chaque flirt ou achat de voiture des footballeurs masculins, ne prêtent pour ainsi dire aucun intérêt aux footballeuses. Même «Playboy», qui avait publié des photos des joueuses allemandes, a délaissé le sujet. Pourtant, certaines footballeuses suisses feraient sans aucun doute bon effet.

Aussi palpitant que le tirage du loto

On peut se demander pourquoi, dans un pays aussi passionné par le foot que la Suisse, les joueuses évoluent toujours dans l’ombre. Un chroniqueur de la «NZZ am Sonntag» s’est exprimé sur les matches de football féminin en les qualifiant d’expérience aussi palpitante que le tirage du loto pour quelqu’un qui n’a pas rempli de bulletin. Les footballeuses seraient lentes. Et faibles, même techniquement. Sur une passe réussie, il y en aurait une dizaine de manquées. Voilà, résumés d’une manière un peu tranchée, les critiques et a priori habituels en Suisse sur le football féminin. Par ailleurs, il n’est par rare que ce sport soit jugé inesthétique. Et les footballeuses traînent encore la réputation d’être des lesbiennes moustachues.

En est-il réellement ainsi? Lors de ce match sous la pluie à Zurich, Fabienne Humm, la capitaine du FCZ balaie le terrain du regard. Elle a la balle, balance sa jambe droite en l’air, manque le ballon et trébuche. Sur les gradins, deux hommes rient, brièvement, avant de se pincer les lèvres. Ils savent que ce n’est pas politiquement correct. Une balle mal engagée atterrit un peu plus tard en dehors du terrain. Une autre touche l’épaule d’une spectatrice, qui renverse alors ses saucisses.

Lors d’un match disputé par des hommes, il y a aussi des joueurs distraits et des ballons mal maîtrisés. Sur le plan technique, certaines femmes égalent largement les hommes. Mais le niveau du football féminin est très instable. Cela s’explique notamment par le fait que ce sport se joue principalement en amateur. Actuellement, elles ne sont que trois à avoir un contrat professionnel. Et aucune d’elles ne joue dans un club suisse. Lara Dickenmann, de Kriens, a évolué pendant sept ans à l’Olympique lyonnais en France, depuis le mois d’avril elle est au VFL Wolfsburg, Ramona Bachmann, de Malters, joue en Suède et Vanessa Bürki, de Granges, a signé un contrat avec le FC Bayern.

Aucune raison de détourner le regard

Les femmes jouent certes plus lentement et avec moins de puissance que les hommes et il en sera toujours ainsi. Mais cela ne suffit pas à expliquer la faible popularité du football féminin. En athlétisme, personne ne se soucie que les femmes aient besoin d’une seconde de plus sur le 100 mètres et amorcent leur descente un mètre plus bas que les hommes au saut à la perche. Dans certains pays de Scandinavie, en Allemagne, aux États-Unis et au Japon, le football féminin jouit d’une toute autre considération qu’en Suisse. Aux États-Unis, le football a même plutôt la réputation d’être un sport féminin.

On remarque depuis quelques années que les joueuses s’efforcent de gommer cette image de viragos qui rend ce sport inintéressant aux yeux de beaucoup de monde. Les femmes se montrent ostensiblement féminines. Chez les Suissesses, le nombre de joueuses aux cheveux longs est plus élevé que dans le reste de la population. Certaines joueuses sont tout à fait sveltes, beaucoup d’entre elles jouent maquillées et se déplacent avec grâce. Les hommes sensibles à cet aspect n’ont plus aucune raison de détourner le regard.

Travail à temps plein en plus de l’entraînement

Au bout d’un moment, on finit par prendre réellement plaisir à suivre le match entre les Zurichoises et les Bernoises en observant la silhouette longiligne de Fabienne Humm et son jeu précis et pêchu. Ou la talentueuse Cinzia Zehnder, qui, du haut de ses 17 ans, semble un peu raide sur ses longues et fines jambes et paraît être en constante interrogation. Puis elle marque un but. Alors que les Bernoises ont égalisé à la 70e minute, Cinzia Zehnder canalise son mécontentement en marquant un second but décisif, qui permet à son équipe de gagner 2 à 1.

Elle va encore au gymnase et passe sa maturité cet été. Elle a toutefois le droit de reporter ses examens à cause de la Coupe du monde. Il y a peu, Fabienne Humm travaillait encore à temps plein comme employée de commerce. Elle a réduit son activité à 80% afin de pouvoir mieux se préparer pour la Coupe du monde. Ce sport, qui jusqu’à présent ne leur rapporte presque pas d’argent et ne leur assure qu’une visibilité marginale, exige beaucoup des joueuses de la sélection nationale. C’est un loisir très prenant. Elles doivent s’entraîner cinq fois par semaine et tout gérer elles-mêmes. Après le match, elles doivent encore ranger les cages avant de partir.

«Elle est super, elle croit en nous»

Le plus grand problème du football féminin suisse, c’est l’argent. Il en manque. Les femmes ne sont pas vraiment encouragées dans les associations. Même si de plus en plus de jeunes filles jouent volontiers au foot et que leur père ne s’y oppose plus, elles ne sont pas des membres à part entière. Souvent, les jeunes femmes n’ont même pas leurs propres douches dans les clubs locaux. Bon nombre d’entre elles sont découragées par ce manque de structure. L’absence de volonté de la part de l’Association de football d’investir dans le football féminin se traduit par une dévalorisation des jeunes filles.

Depuis qu’il est certain que l’équipe nationale féminine de Suisse participera aux Championnats du monde au Canada en 2015, elles reçoivent au moins de plus en plus d’aide. Après les prolongations, Cinzia Zehnder explique qu’elles sont nombreuses à bénéficier d’un programme personnalisé. Pour elle, qui mesure 1 m 80 pour 60 kilos, la priorité a été accordée à la musculation. Alimentation riche en protéines et entraînement avec des machines. D’autres doivent plutôt travailler leurs capacités athlétiques ou leur condition physique. Les joueuses ont assisté à des conférences sur l’alimentation. Elles suivent aussi un entraînement mental, comme cela est devenu habituel dans le sport de compétition.

La sélectionneuse nationale, l’Allemande Martina Voss-Tecklenburg, qui entraîne les Suissesses depuis 2012, assure le reste. Elle a aussi été footballeuse. Elle a disputé 125 matches internationaux, a été élue trois fois footballeuse de l’année en Allemagne et faisait partie de l’équipe nationale lorsque les Allemandes ont été vice-championnes du monde en 1995. En tant qu’entraîneure, elle se définit ainsi: «J’étais moi-même une joueuse agressive et c’est pourquoi j’aime le football agressif.» Pour Fabienne Humm, «elle est tout simplement super, elle croit en nous.» Elle précise en riant qu’elle aurait «inoculé la mentalité allemande» à l’équipe. Ce qu’elle trouve positif. Ne pas abandonner, courir après chaque ballon. Croire en ses propres forces. «Elle nous a appris que nous valons quelque chose.» C’est ainsi qu’elle a fait d’un groupe de jeunes filles sans assurance qui aime bien jouer au foot une véritable équipe.

Quel objectif est réaliste pour la Coupe du monde? «Que nous arrivions en huitièmes de finale», déclarent Fabienne Humm et Cinzia Zehnder.

Une publicité provocante

Lorsque des footballeuses font leur promotion et celle de leur sport sur Youtube, elles s’affichent rebelles et fortes. Elles tirent des tracteurs avec une corde et balancent aux footballeurs professionnels la question suivante: «Do you have the balls?» – «Prêts à vous prendre une déculottée?» Et pourtant, c’est justement la comparaison avec les hommes qui a nui au football féminin jusqu’à aujourd’hui.

En Suisse, le football féminin a encore une longue route devant lui avant d’être peut-être pris au sérieux un jour. Même s’il a déclaré récemment qu’il voulait mettre le football féminin au même niveau que le masculin, le président de la FIFA, Sepp Blatter, âgé de 79 ans, ne connaîtra probablement pas ce jour-là.

claudia Schumacher est rédactrice à la «nzz am sonntag»

Match contre les tenantes du titre à Vancouver

La Coupe du monde 2015 de football féminin de la FIFA se déroulera du 6 juin au 5 juillet au Canada. Pour les Suissesses, les choses sérieuses commencent d’entrée de jeu. Elles disputeront leur premier match le 8 juin à Vancouver contre les Japonaises, championnes du monde en titre. Plus de la moitié des joueuses suisses sont engagées dans des clubs à l’étranger. Mais c’est la meilleure équipe de footballeuses de Suisse, le FC Zurich féminin, qui compte le plus grand nombre de joueuses de la sélection nationale. Fabienne Humm, Cinzia Zehnder et Nicole Remund seront très certainement au Canada, et Selina Kuster a aussi toutes ses chances. Si elles se qualifient pour les huitièmes de finale, les Suissesses auront atteint leur but.

Commentaires (16)
  1. Ulrich Kapp Ulrich Kapp at 16.05.2015
    Ich finde die Vorurteile gegenüber dem Frauenfußball sehr schade!
    Natürlich gibt es Unterschiede zum Herrenfußball - so ist beispielsweise der Frauenfußball bei weitem nicht so hart und brutal.
    Dafür aber durchaus reich an packenden Szenen und spannenden Zweikämpfen.
    Und im Gegensatz zum Herrenfußball hat man tatsächlich das Gefühl ein Spiel zu erleben und nicht einen Kampf der Gladiatoren bis auf's Blut.

    Ein wenig mehr an Aufmerksamkeit durch die Presse und ein mehr Geld durch Verbände und Sponsoren könnte dem Frauenfußball allerdings gut tun.
    Also tut was, ihr Herren in den Vorstandsetagen der Unternehmen und Verbände!
    1. Chris S Chris S at 21.05.2015
      Ich bin auch Schweizer und lebe in Calgary, ich finde diese Vorurteile absurd, die Frauen spielen Fussball und liegen dann bei einem Foul nicht am Boden und waelzen sich bis der Schidsrichter pfeifft oder um Zeit zu gewinnen. Ich habe schon viele Spiele beobachted und mir scheint, dass die Frauen viel weniger "saemele" als die Maenner. Was noch dazu kommt ich habe tickets fuers Spiel Kameroon - Schweiz gekauft welches in Edmonton gespielt wird.
    2. Marc G. Miller Marc G. Miller at 21.05.2015
      Es sind nicht nur Unterschiede zwischen den Maennern und Frauen. Sowohl die hochbezahlten Superstars als auch Amateur-Fussballer koennten einiges von den Frauen lernen um selber atraktiver zu werden. Ich denke da vor allem an:
      - meckern bei Schiedsrichter-Entscheiden
      - Schwalben
      - hinterhaeltige Fouls
      - Zeit schinden
      etc.
      Natuerlich gibt es Beispiele mit denen man das Gegenteil belegen kann; aber im Durchschnitt stehen die Frauen dem FIFA Slogan "respect" wesentlich naeher als die Maenner.
    3. Paul Eggel Paul Eggel at 14.06.2015
      Wait a minute! I love watching women football, but I do not try to compare it to men's soccer.
      However, Claudia Schumacher article is very clear and honest.
      I don't think it takes anything away from the game, it just states the realities of the day.
      Women are women, and we love it that way.
      Aloha
  2. Oursin Bühler Oursin Bühler at 17.05.2015
    Da gebe ich Hr. Kapp in allen Punkten recht.
    Ich finde Frauenfussball sehr unterhaltsam und er hat mehr Aufmerksamkeit verdient.
    Noch etwas positives: Frauenclups haben keine idiotischen "Fans", die sich die Köpfe einschlagen ;-)
    Sehr schwach hingegen ist, dass sie keine eigenen Duschen haben!
  3. Beat Stauber Beat Stauber at 19.05.2015
    I bin Schweizer, lebe aber in den USA. In Portland, Oregon spielt unser Frauenteam Thorns FC im selben Stadion wie die Männer, und die durchschnittliche Zuschauerzahl ist über 13'000 (21'000 für die Männer). Die Frauennationalmannschaft is fast gleich populär wie die Männernationalmannschaft. For ein paar Tagen hatten 27'000 ein Freundschaftsspiel der Frauennationalmannschaft in Los Angeles besucht. Ich wünschte es könnte in anderen Ländern auch so sein. Ich weiss dass ich die Frauen WM verfolgen werde, natürlich beide Teams, Schweiz und USA.
  4. Laura B Laura B at 20.05.2015
    Ich lebe auch in den USA (los Angeles) und ehrlich gesagt finde ich diese Vorurteile skandalös. Vorallem dass die Mädchen in den Fussball Clubs nicht mal Duschen haben. In welchem Jahrhundert ist die Schweiz stecken geblieben? Wie soll die nächste Generation an sich glauben wenn sie immer noch so begrenzt "gleichwertig" behandelt wird? Wenn die Schweizer ihre WM Frauen nicht unterstützen find ich das mehr als schade. Den Schweizer Mädchen wird weiterhin klar gemacht dass sie vielen Orten immer noch nicht willkommen sind, zum Beispiel auf dem Fussball Platz. Dass sie dort nur belächelt werden und als unweiblich (also unwertig) gelten. Seriously?!? ich würde behaupten, die Schweiz verpasst ihren Zug... Um im nächsten Zeitabschnitt international mithalten zu können, ökonomisch wie auch kulturell, muss man auf die Frauen rechnen und ihnen Platz schaffen im "limelight". Fussball ist ein Beispiel dafür. Frauenfussball ist etwas weniger schnell, die Bälle fliegen im Schnitt weniger stark und jedoch sind die Spiele gerade in den USA beliebt weil sie mehr zusammen Arbeit und Taktik ins Spiel bringen.
    Wenn sich die Media nicht um die Frauen WM tut, wird sich auch kaum ein Mädchen ein Vorbild machen. Wer will schon so hart trainieren um sich öffentlich belächeln zu lassen?
  5. eric v. eric v. at 21.05.2015
    I am from the USA, where soccer is indeed mostly considered a woman's sport. In the man's world of athleticism, American football, baseball, basketball, and hockey are kings in this country. And yet, woman soccer is in its third round of professional soccer league and not fairing well for that matter. The stadiums are almost empty, and the players salaries are mediocre, if existent at all. A few women players enjoy some financial success through advertisement contracts, not thanks to their skills though. No, it's the looks that sell for most of them. Welcome to the world of man... but can men be blamed? After all, the scientific fact that women are neither as fast not strong as men is undeniable. Just as recently as a few years ago, the U.S. woman national team scrimmage against a high school body team because the young men possessed the same physical abilities as these fully grown, well trained female athletes. No, it must be accepted although politically incorrect: woman soccer will never be at the physical level of man soccer. And so what? Let our wives and daughters enjoy playing the game, and let us cheer them on anyway. Not every son and husband will be successful either, and yet we support their dreams anyway because that's what love compels us to do. And that's the truth behind any sport: the love for the game drives us to support our favorite teams, through victories and defeats, greatness and poor display.
    1. Dustin B Dustin B at 30.05.2015
      I don't understand this "soccer is a women's game in the US". Sure, soccer, basketball and volleyball are probably the top games for women, but there is no sense that only women play them.
  6. Rudy E. Rudy E. at 25.05.2015
    I also live in the US and watch a fair amount of soccer. The game the US team plays measures up in many ways to some men teams. The offencive way they play is surely more fun to watch then those super defencive matches one can see from mens teams. The Swiss seem to once again be slow to recognize the value of something "new" to them. Measured on the results of the Swiss teams in the international competition in Europe on the mens side, they should not look down at the newcomers in the sport. The observation about the sometimes violence watching those mediocre mens matches is spot on too. And the theatrics on the field I rarely seen in womans soccre.So, go go go Switherland, I will be watching you!! Good luck!!Just look at those laughing at you, they may not be half as fit as you are! Keep going, the Swiss are just a little slow sometimes!
  7. Sylvianne Sieglé Sylvianne Sieglé at 27.05.2015
    excellent article. Les footballeuses sont des amatrices et doivent gagner leur croûte autrement que pat le foot. Les hommes, par contre, ont des salaires mirobolants et n'ont pas besoin d'un travail pour se nourrir. Ils s'entraînent durant la journée, les femmes: après le boulot.
    Bonne chance aux suissesses durant ces mondiaux!
  8. Rachel Pugh Rachel Pugh at 28.05.2015
    This article is condescending and offensive. It shows just how far behind Switzerland is as far as equality is concerned.
    1. Dustin B Dustin B at 29.05.2015
      Seconded. I was stunned at how utterly patronizing this article was. It makes a mockery of equality and unwittingly buys into the devaluing of women's sports that it attempts to report on.

      I read this out loud to my wife, and we had a rollicking laugh at how backwards Switzerland is on this point. Seriously, the Swiss government is publishing this? I think the Swiss women's team has a right to feel devalued on more than just the financial front.

      Best of luck to the Swiss at the 2015 cup!
    2. M. Stillhart (NL) M. Stillhart (NL) at 02.06.2015
      Ich unterschreibe diese beiden Kommentare. Dieser, wahrscheinlich unbeabsichtigt, herablassend formulierte Artikel zeigt, wie tief das rückständige Frauenbild in der schweizer Seele verankert ist. Sogar der provokative Titel verfehlt sein Ziel.

      Ich gratuliere dem Frauenteam zur WM-Qualifikation und wünsche ihnen viel Erfolg!
  9. A. Zwimpfer A. Zwimpfer at 09.06.2015
    Just watched the Switzerland-Japan FIFAWWC match at BC Place last evening after reading this article a few days earlier. The squad was not at all like this portrayal. They were strong, they were fast and there is a great abundance of brilliant two-footed technicality on this team, as well as team-play strategy.
  10. Marisa Wunderlin Marisa Wunderlin at 18.06.2015
    Liebe Frau Schumacher

    Dass Sie einen überspitzten und provokativen Artikel schreiben, damit könnte ich leben. Nicht jede/r muss Frauenfussball gern haben, Sie dürfen sich an einem Spiel mit dürftigem Niveau stören, und es ist ihr Recht ihre Meinung in einem solchen Artikel einzubauen. Nichts desto trotz brüskiert mich Ihr Artikel stark, weil er aufgrund der Wortwahl schlicht respektlos ist und ihre Recherchen mehr als nur ungenügend waren!

    Ihre Aussage „Es gibt auch für sensible männliche Augen ... keinen Grund mehr wegzusehen.“ ist bereits ziemlich frech, reduziert er doch Frauen die Spitzensport betreiben auf ihr Aussehen, das wohl herzlich wenig zu einem Sieg beiträgt. Noch viel unglaublicher finde ich aber diesen Satz: „... Martina Voss-Tecklenburg hat aus einer Gruppe unsicherer Mädchen, die halt gerne tschutten, eine Mannschaft geformt.“ Sie betiteln notabene erwachsene Frauen (teilweise älter als sie selbst, Frau Schumacher), die erfolgreich Beruf, Studium, Schule und tägliches Training vereinen, die mitten im Leben stehen als „unsichere Mädchen, die gerne tschutten“. Da fehlen mir schlicht und einfach die Worte....

    Was ich hingegen fast noch schlimmer finde, sind ihre schlechten Recherchen! Dass bei dem von Ihnen beschriebenen Spiel die genannten Nationalspielerinnen nicht korrekt waren, die Schweiz weit mehr Spielerinnen mit Profiverträgen hat, sie gar eine der Spielerinnen von Bayern München nennen und die andere schlicht vergessen, dass Lara Dickenmann zwar im April einen Vertrag unterschrieben hat, aber erst ab Juli bei Wolfsburg spielt, und und und. Dies alles sind Tatsachen, die sie mit kleinstem Aufwand hätten korrekt recherchieren können. Sollte Ihnen tatsächlich nicht bekannt sein, wo diese Informationen zu finden sind, so dürfen Sie mich gerne in Zukunft vor dem Schreiben eines Artikels über den Frauenfussball kontaktieren! Ich bitte Sie gar darum.

    Freundliche Grüsse
    Marisa Wunderlin
    Assistenztrainerin FC Zürich Frauen NLA

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

Samir avait six ans lorsqu’il est arrivé d’Irak en Suisse. C’était en 1961. Aujourd’hui, c’est l’un des plus célèbres réalisateurs suisses. Il a...

En savoir plus

La décision de la Banque nationale de cesser sa politique de contrôle du franc suisse a été guidée par la crainte d’une perte de contrôle de la...

En savoir plus

Cette année, l’immigration est le sujet de désaccord majeur en Suisse. Les immigrés actuels sont tout particulièrement concernés par la manière dont...

En savoir plus

Georg Kohler, professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich, suit et analyse tout au long de l’année la campagne électorale...

En savoir plus

En juin, les Suissesses participeront pour la première fois de l’histoire du football aux Championnats du monde. Pour autant, cet événement n’attire...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch