Élections, argent et démocratie (des médias)

Georg Kohler est professeur émérite de philosophie politique à l’Université de Zurich. Il observera et analysera la campagne électorale 2015 pour les Suisses de l’étranger tout au long de l’année.

Qui pense «politique» doit se demander s’il s’agit de questions fondamentales, de stratégies spécifiques ou des activités quotidiennes du domaine en question. La science politique anglo-saxonne use d’une terminologie précise pour désigner ces trois sujets. Dans le premier cas, elle parle de Polity, dans le ­deuxième de Policy, et de Politics s’il s’agit de la troisième catégorie.

Le rapport entre l’argent (= pouvoir) et le comportement électoral démocratique est intéressant selon les trois points de vue. 

 

  • Les mouvements de fonds entre donateurs et partis doivent-ils devenir transparents? – C’est un problème d’ordre fondamental, de Polity. 
  • Veut-on prendre en considération la manière de promouvoir une position? – Il s’agit alors de l’analyse du domaine de la Policy. 
  • Ou s’intéresse-t-on à la question de savoir comment les bailleurs de fonds (privés) et les parlementaires coopèrent en matière d’affaires de réglementation controversées? – On aborde alors le domaine des Politics.

Dans les films de fiction, c’est avant tout l’observation des plus sombres intrigues autour du pouvoir dans le labyrinthe des intrications politico-personnelles qui se révèle fructueuse, étant naturellement entendu que les agissements de ce genre ne se déroulent qu’en anglais, en français ou en italien. Je ne me souviens en tout cas pas d’aucun article en dialecte à propos de la «politique achetée». 

Il est certain qu’en Suisse également, les rumeurs à propos de l’une ou l’autre décision ou volte-face peut-être dues – en langage noble – à des «constellations mercuriques» existent aussi. Il n’en reste pas moins que sans preuves factuelles, de telles affirmations sont suicidaires.

Passons donc au niveau de la Polity et de la législation. Selon une communication du Conseil fédéral de novembre passé, en Suisse, aucune législation concernant la transparence du financement des partis ne serait nécessaire en urgence. Une telle disposition ne serait pas compatible avec les «particularités du système suisse. En fait, dans notre pays, «la population considère la vie politique et le financement des partis», dans une très large mesure, comme «une question d’engagements privés et non comme des affaires d’État».

Le communiqué répondait à une réprimande du groupe du Conseil de l’Europe Greco (Groupe d’Etats contre la Corruption) quant au laxisme du système suisse face aux rapports entre l’argent et le pouvoir politique. 

Il n’y a toutefois rien de désobligeant à se sentir peu convaincu par la réplique du Conseil fédéral. Car premièrement, même dans notre cas, il paraît évident que les moyens financiers supérieurs font une différence: plus les liens avec les milieux des partis traditionnels sont faibles et plus les avis des personnes réagissant aux situations bien orchestrées abondent, plus une économie d’attention appliquée dans tout le pays revêt d’importance. Ce qui est coûteux et nécessite des moyens. L’argent; ce qu’ici en Suisse – comme partout –, certains possèdent en bien plus grande quantité que d’autres. 

Deuxièmement, dans notre pays également, la lutte visant à obtenir les faveurs d’opinion du public mobilisable politiquement est devenue constante. Or, qui veut la mener avec succès a besoin d’un appareil de campagne bien huilé, permanent et géré professionnellement. La question du Conseil de l’Europe à propos de la garantie de la transparence ne semble dès lors pas si déplacée.

La gestion d’opinion a pour objectif l’adhésion et la disposition à obtempérer. En la matière, une Policy qui ne mise pas davantage sur les sentiments que sur la rationalité ne générera aucune valeur ajoutée dans la publicité médiatique «boulevardisée» d’aujourd’hui. La disposition d’esprit revêt plus d’importance que l’argumentation et la réflexion. Qui ne peut traduire ses arguments dans une histoire aussi simple que chargée d’émotion ne sera jamais, dans la société actuelle, suffisamment en vue pour escompter une quelconque victoire.

Ce serait moins grave si la forme du discours la plus puissante n’était pas le dispositif de la distinction entre ami et ennemi. Comprendre la politique sous cet angle exige toutefois de la réduire à un schéma d’oppositions inconciliables et de la transformer en un état allant à l’encontre des vertus suisses que sont la recherche de compromis et la volonté d’intégration.

Il reste à espérer que le lien entre l’argent «policy-compatible» et la nouvelle démocratie fédérale des médias – que le Conseil fédéral considère comme un problème secondaire – ne viendra pas précisément détruire ce dont nous sommes fiers: «les particularités du système suisse». 

Commentaires (3)
  1. Erwin Balli-Ramos Erwin Balli-Ramos at 24.03.2015
    Sehr geehrter Herr Professor Kohler

    Haben Sie besten Dank für Ihre fundierten Ausführungen.
    Wie ich zwischen Ihren Zeilen lesen kann ist eine Offenlegung der Parteispenden in der Schweiz unerwünscht. Sollte jedoch Vorschrift sein.
    Nun wird es wieder die SVP sein, die am meisten Parteispenden auf sich vereinigt und so Ihre Propagandamaschinerie auf Hochtouren laufen lassen kann.
    Ausgerechnet diese Partei, deren Parteiprogramm zu mehr als 80% wissenschaftlich jeglicher Grundlage entbehrt. Das heisst, polemisch vorgetragenen rechtspopulistischen Lug und Trug.
    Ausgerechnet diese Partei, deren Parteikader und Ehrenvorsitzender die einfachen Leute schamlos und bewusst anlügen. Und die sich einer direkten Stellungnahme aus Parteiräson oder Feigheit entziehen.
    Die Partei die verantwortlich ist, dass in der Schweiz heute schon griechische Zustände herrschen.
    Der die Schweiz auch ein langsames Abrutschen uaf das Niveau einer
    Bananenrepublik verdankt.
    Liebe Eidgenossen, bevor Ihr nun verzweifeilt aufschreit, Euch die Haare rauft und Asche auf Ihre Häupter streut. Für alle meine Thesen habe ich wissenschaftlich lupenreine Beweise und juristisch unanfechtbares Beweismaterial, die Ihr Euch unter
    balli_1943@yahoo.es anfordern könnt.
    Und ich habe auch 13(dreizehn) Jahre in südamerikanischen Bananen-
    republiken gearbeitet und gelebt. Das heisst, ich weiss auch aus Erfahrung wovon ich hier rede.
  2. Arye Ophir Arye Ophir at 18.04.2015
    Werter Herr Balli!
    Wissen Sie wirklich wovon Sie reden? Mir scheint, Sie reden in erster Linie von/ueber sich selbst; und das ist bei weitem nicht genug zur Behandlung eines so ernsthaften Themas das das gesamte politische Spektrum einbezieht.
    1. Erwin Balli-Ramos Erwin Balli-Ramos at 25.04.2015
      Sehr geehrter Herr Arye Ophir
      Natürlich weiss ich von was ich rede.
      Glücklicherweise bin ich nicht der Narzist für, den Sie mich halten. Weit gefehlt. Ich bin mir nur gewöhnt, alles Wwas sich meinem Blickfeld bietet nach wissenschaftlichen Kriterien zu analysieren und entsprechend zu kommentieren.
      - Wenn in Zürich der SVP-Staatsanwalt im Fall des SVP-Mörgeli
      strafbare Handlungen begeht und dafür nicht geahndet wird entspricht das dem Niveau einer Bananenrepuplik.
      - Wenn in einem Land die Partei, die, die Leute am meisten anlügt
      den meisten Zulauf hat. Ist das Bananenrepuplik. Dort wähle
      ich den Politiker, der mir den grössten Warenkorb, Ventilator
      oder was auch immer schenkt.
      - In einem Land, das für seine Agrarpolitik mehr aufwendet als
      für Bildung und Forschung stimmt etwas nicht.
      - Die Schweiz, die zulässt, das Glenncor in Sambia kleinen Kin-
      dern die Lunge verätzt. Dass die Nestlé in Nordindien einem
      ganzen Volk die Lebensgrundlage entzieht. Das Darf doch nicht
      das Volk eines human und tolerant erzogenen Homo sapiens sein
      Mein guter Freund und Kupferstecher meine diesbezügliche Munitionskiste ist bei weitem noch nicht leer.
      Bitte geben Sie mir Ihre el. Anschrift, die ich sofort wieder vergessen werde. So kann ich Ihnen ein wenig mehr Beweise liefern.
      mfGErwin Balli

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
Images
16/03/2015

Terminus mers du Sud

Il a rêvé d’un paradis terrestre et est devenu célèbre grâce à ses tableaux de Tahiti et des îles Marquises. Paul Gauguin, né en 1848, a peint sa...

En savoir plus

Le nombre de Suisses vivant à l’étranger ne cesse de croître. Ils forment un électorat convoité par les partis politiques en période électorale. Une...

En savoir plus

Qui pense «politique» doit se demander s’il s’agit de questions fondamentales, de stratégies spécifiques ou des activités quotidiennes du domaine en...

En savoir plus

Le parapente compte 16 000 adeptes en Suisse, ce qui en fait le premier pays au monde à pratiquer ce sport. Beauté et diversité des sites, nombreuses...

En savoir plus

De fin juin à fin août 2015 sont organisés des camps de vacances de deux semaines, l’occasion pour les enfants suisses de l’étranger de partager des...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch