Des atouts pour les jeunes Suisses de l’étranger

Ruth von Gunten, responsable du service de conseil pour les formations en Suisse

Le système de formation dual en Suisse est souvent présenté comme un modèle qui s’exporte. La formation professionnelle, qui allie approche pratique et perméabilité, suscite par exemple un grand intérêt aux États-Unis. C’est ce qu’a indiqué en janvier le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann au terme d’une visite à Washington. Pour les Suisses de l’étranger aussi, une formation en entreprise est souvent une alternative à une formation universitaire, à la fois attrayante et enrichissante, explique Ruth von Gunten, responsable du service de conseil «educationsuisse – formation en Suisse».

Combien de demandes de jeunes Suisses de l’étranger recevez-vous chaque année pour un conseil de formation?

On compte environ un millier de demandes par an. Les demandes ne viennent pas uniquement des jeunes mais aussi, très souvent, des parents ou membres de la famille en Suisse. On distingue deux types de demandes. Il y a celles qui portent sur des questions d’ordre très général relatives au thème de la formation en Suisse, et qui proviennent de jeunes gens qui n’ont pas encore une idée précise de leurs objectifs et du métier qu’ils choisiront. Puis il y a celles émanant de personnes – environ la moitié – qui ont déjà choisi une formation et qui ont besoin d’un soutien organisationnel en Suisse. Très souvent, ces demandes concernent les conditions d’admission et l’octroi des bourses. 

Quels sont, le plus souvent, les souhaits des jeunes Suisses de l’étranger en matière professionnelle?

D’après nos observations, la plupart d’entre eux imaginent encore qu’il faut passer par un cursus universitaire pour bénéficier d’une bonne formation. Si bon nombre de Suisses de l’étranger connaissent le système suisse et son apprentissage professionnel, trop peu d’entre eux encore savent qu’il est possible, après l’apprentissage, d’obtenir une maturité professionnelle et d’intégrer une Haute école spécialisée. 

Y a-t-il des conditions concrètes qui sont les mêmes pour toutes les voies ou tous les métiers?

La condition la plus importante à remplir, quelle que soit la voie suivie, est d’avoir de bonnes connaissances dans l’une des langues nationales. Ainsi, quiconque souhaite étudier à Lausanne doit impérativement avoir de bonnes connaissances en français. Aujourd’hui encore, rares sont les universités suisses qui proposent des cursus en anglais. Pour réussir dans une école professionnelle, les apprentis doivent également avoir de bonnes connaissances linguistiques. 

Pouvez-vous donner une idée des coûts liés à une formation?

En Suisse, les frais de scolarité pour des études supérieures sont relativement peu élevés. En revanche, le coût de la vie est, lui, plutôt élevé. Selon les endroits, il faut compter entre 18?000 et 28?000 francs par année. Un apprentissage coûte un peu moins cher aux parents, car les apprentis perçoivent un petit salaire dès la première année de leur formation  

Savez-vous si, après leur formation, les jeunes Suisses de l’étranger restent en Suisse ou retournent dans leur pays d’origine?

Nous n’avons pas de données précises sur ce point, mais nous savons que beaucoup, après un apprentissage ou un cursus d’études, font leurs premières expériences professionnelles en Suisse. Ceux qui rentrent ensuite dans leur deuxième pays avec un bagage «bien rempli» ont des atouts certains, et sont souvent de précieux médiateurs entre les cultures. Dans bien des pays, ces personnes apportent aussi une contribution importante au développement économique.

Entretien: Barbara Engel

Commentaires (0)

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.
Images
16/03/2015

Terminus mers du Sud

Il a rêvé d’un paradis terrestre et est devenu célèbre grâce à ses tableaux de Tahiti et des îles Marquises. Paul Gauguin, né en 1848, a peint sa...

En savoir plus

Le nombre de Suisses vivant à l’étranger ne cesse de croître. Ils forment un électorat convoité par les partis politiques en période électorale. Une...

En savoir plus

Qui pense «politique» doit se demander s’il s’agit de questions fondamentales, de stratégies spécifiques ou des activités quotidiennes du domaine en...

En savoir plus

Le parapente compte 16 000 adeptes en Suisse, ce qui en fait le premier pays au monde à pratiquer ce sport. Beauté et diversité des sites, nombreuses...

En savoir plus

De fin juin à fin août 2015 sont organisés des camps de vacances de deux semaines, l’occasion pour les enfants suisses de l’étranger de partager des...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch