Bataille sur l’orientation de la politique

Depuis la mi-décembre, la «Neue Zürcher Zeitung» est au centre de l’intérêt politique et médiatique, et pas seulement en Suisse. En effet, la NZZ est le seul organe de presse suisse qui attire également l’attention à l’étranger. Que s’est-il passé? Le rédacteur en chef, Markus Spillman, journaliste de renom, a été contraint à la démission par le conseil d’administration, certes de manière non officielle mais de facto. La rédaction, composée de quelque 200 journalistes, a protesté contre l’intention du conseil d’administration de désigner Markus Somm comme successeur de M. Spillmann. M. Somm, également journaliste réputé, se trouve très à droite de l’échiquier politique. En outre, c’est un ami proche et le biographe de Christoph Blocher, le vice-président et la tête pensante de l’UDC. 

Lors de la rédaction de ces lignes, nous attendons encore la décision liée à la nomination du futur rédacteur en chef de la NZZ, journal né il y a 234 ans, étroitement lié au PLR. Le «Frankfurter Allgemeine Zeitung» écrit à ce sujet: «La confusion est grande», du fait «de son comportement maladroit» le conseil d’administration a «provoqué une situation désastreuse».

Il est toutefois manifeste que ce bras de fer n’est que le reflet d’un combat qui va s’engager autour de l’orientation politique à venir de la Suisse. La ligne libérale mais critique de la NZZ et de son rédacteur en chef pose problème aux cercles UDC – ils essaient de rallier le journal à leurs rangs pour l’actuelle campagne électorale.

Le professeur émérite de philosophie politique de l’Université de ­Zurich, Georg Kohler, est également un grand expert de la politique suisse. Ses analyses sont tellement clairvoyantes qu’il fait autorité auprès de tous les partis. Il va exposer, durant cette année, ses observations et ses réflexions sur la campagne électorale dans les colonnes de chaque édition de la «Revue Suisse». A partir de la page 12 du magazine, G. Kohler revient entre autres sur les prises de décision, la classe politique et les compromis.

L’article paru en décembre dans la «Revue Suisse» sur le conflit linguistique et les discussions autour de l’enseignement des langues et notamment l’enseignement précoce du français dans le système scolaire suisse, a fait couler beaucoup d’encre. A notre grande surprise: dans les courriers des lecteurs et les commentaires des Suisses de l’étranger, la grande majorité estime que l’enseignement précoce et la connaissance de la deuxième langue nationale majeure du pays, le français ou l’allemand, sont plus importants que l’enseignement de l’anglais dès l’école primaire. Une citation qui traduit l’avis d’un grand nombre: «(Presque) tout le monde apprend l’anglais tôt ou tard car il est omniprésent, prestigieux et utile.»

Je souhaite remercier ici également tous les lecteurs qui ont exprimé leurs opinions – de manière constructive sans exception – sur la nouvelle présentation et le nouveau site internet. 

Barbara Engel

Commentaires (3)
  1. Markus Immer Markus Immer at 22.01.2015
    Liebe Frau Engel, "die liberale, aber differenziert-kritische Haltung der «NZZ»"! Wow - wer hat Ihnen das eingefluestert? Die NZZ ist DAS Sprachrohr der FDP und die FDP ist Teil des leider bis heute ignorierten "Coup d'Etat" vom 12. Dezember 2007. Die NZZ verbreitet keine differenzierte Anlysen, sondern Meinungen und die sind glasklar Mitte-Links angesiedelt (mit etwas liberal wirtschaftlichem Anstrich), das kommt dem Geld- und Witschaftsadel naemlich gerade recht! In einem Sumpf von Inkompetenz und Ideologie-Geschwaetz kann man sich unauffaelliger bewegen und Tatsachen schaffen, naemlich die Schweiz als "Zone Economy" der EU.
  2. Singlemom McCollum Singlemom McCollum at 24.01.2015
    I do not read any Swiss Newspapers. NZZ traditional read in my rich family is to money driven for my taste. Blick is to primitive and Tagesanzeiger for Zurich only really intresting. Internet gives you all possibilities, neutral reports to find on subjects from interest. The general political turn to the right is very scary and I am happy, that I am not in Switzerland. Specially as a single mom, my chances of a "normal" life would be very limited....
  3. Patrick JENNY, expat suisse aux Philippines Patrick JENNY, expat suisse aux Philippines at 01.02.2015
    Il est triste de constater que la Suisse, de plus en plus, s'aligne sur les autres pays de ce monde... Les medias sont rachetes et controles par des magnats qui les utilisent pour leurs propres agendas politiques (et je vous rappelle que Monsieur Blocher est un magnat de l'industrie et des medias...).
    Le lobbyisme aussi cherche de plus en plus a influencer nos autorites et les medias, par leurs choix des actualites developpees, ne font qu'accentuer ces pressions discretes sur le gouvernement !
    Il est triste de constater que la plupart des journaux quotidiens ont disparus au fil des ans, ou ont ete phagocytes par des groupes tels que Ringier, Tamedia ou Edipresse. Et je ne sache pas que cela favorise la pluralite des opinions... Et surtout celles de la ligne editoriale de nos quotidiens...
    Les editeurs en chef n'ont plus qu'a garder le doigt sur la couture du pantalon et etre au garde-a-vous... Ou ils sont remplaces....
    C'est triste...

Écrire un commentaire

La rédaction se réserve le droit de supprimer des commentaires discriminatoires, racistes, diffamatoires ou haineux ou de fermer la fonction commentaires de cet article.

C’est seulement au cours du XVIIIe siècle que l’on a commencé à considérer les Alpes ainsi que d’autres chaînes de montagnes d’un point de vue...

En savoir plus

Autrefois gigantesques, les forteresses des Alpes suisses ont perdu leur vocation militaire, mais leur légende reste ­intacte. Ces anciens bunkers top...

En savoir plus

Ils sont doués, ambitieux et ont entre 15 et 18 ans. Ils n’ont qu’un seul objectif: remporter le Prix de Lausanne. Pourquoi ce concours de danse...

En savoir plus

La Suisse est toujours présente dans les avancées spatiales. Prenons l’exemple du récent voyage spectaculaire de la sonde Rosetta vers la ­comète...

En savoir plus
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch