Let sleeping dogs continue to lie

There has been some bad news for the Swiss Abroad. When Tim Guldimann stepped down from the National Council in March, the Swiss Abroad lost their most powerful voice in Parliament. The SP politician was the first Swiss Abroad ever to be elected to the National Council, but he is now standing down after just two and a half years in the middle of the legislative term. The main reason? It has been too difficult to “live in one place and conduct politics in another”. Living in Berlin and being a politician in Berne clearly did not work out.

Guldimann’s departure adds fuel to the fire in an emotionally charged debate. Should a Swiss Abroad even be allowed to enter political life in Switzerland? How can somebody living in Berlin have a feel for what is best for Switzerland? And those who would like to take things a step further in this debate may make their voices heard after Guldimann’s decision to step down. Should the Swiss Abroad even have the right to vote in Switzerland? Should someone who has spent decades living in Tasmania or Taiwan be able to influence life in their far-away homeland? Especially as they don’t generally even have to live with the consequences?

Such arguments are understandable, whether you support them or not. On the other hand, shouldn’t Swiss citizens be allowed to vote on Swiss issues regardless of where they live? They too have fundamental rights, including the right to vote. Many of them are only living abroad temporarily. They are working and living in the Swiss community abroad before returning to Switzerland. In that case, they definitely have to live with the outcome of referenda and elections. Some ballots also concern the Swiss Abroad directly.

It is a contentious issue. Fortunately, the debate has been very restrained thus far following Guldimann’s premature departure. Instead of questioning the rights of the Swiss Abroad, most Swiss people have acknowledged the departure of the SP National Councillor with regret or at least with a shrug of the shoulders. Let’s hope this remains the case and that sleeping dogs continue to lie.

I too would like to take the opportunity to say goodbye to you in this issue of “Swiss Review”. After an intensive period as editor-in-chief of this magazine, I am returning to my native Basel to embark on a new challenge in my career. Thank you all for your faith in me!

Marko Lehtinen, editor-in-chief

Comments (3)
  1. Corinna Bianchi Corinna Bianchi at 23.05.2018
    Je fais partie de ceux qui ne vivent plus en Suisse depuis longtemps déjà. Lorsque j'étais encore en Suisse, moi et ma famille on en parlait volontier des sujets en votation et on avait l'habitude d'approfondir les arguments, de suivre les médias et un peu tout ce qui pouvait nous aider à bien évaluer ce qu'il fallait décider et pour "bien voter". Après, une fois partie de la Suisse, j'ai continué de la même manière; puis, devenant âgée et parfois accablée par d'autres situations, je n'arriva pas toujours ou à chaque fois à bien me reinsegner, à bien approfondir. Alors je vote si et quand je me sens à la hauteur de le faire, c'est à dire si et quand je suis assez au courant de la question et des implications. Sinon, sur des arguments à propos desquels je n'en sais plus assez, je ne vote alors pas. Je crois que c'est une bonne méthode, parce-que si je n'avais plus du tout le droit de voter, je crois que je me sentirais émarginée et je le vivrais telle une espèce de punition ...
  2. Richard Baer Richard Baer at 30.05.2018
    Je suis totalement en accord avec Madame Corinna Bianchi. Pour ma part, vivant actuellement majoritairement en France (mais il n'est pas exclus une possible inversion de la chose dans le futur), j'ai une résidence à Genève, et avec mon épouse, nous venons y séjourner avec grand plaisir plusieurs fois par an. En conséquence de quoi, pour les votations, nous nous sentons toujours très concernés, et lorsque le sujet ne nous concerne pas, ou lorsqu'il dépasse nos compétences, dans ce cas nous nous contentons de faire un vote blanc. Ne plus pouvoir voter serait donc pour nous une totale hérésie.
  3. Vincent Croset Vincent Croset at 22.06.2018
    Il ne s'agit pas de "savoir ce qu’il y a de mieux pour la Suisse". Personne n'a la réponse à cette question, et c'est pour cela que les décisions sont prises par un groupe de personnes (peuple, parlement) aux vues souvent complètement opposées. Inclure les Suisses de l'étranger dans le débat politique et dans la prise de décision, c'est simplement ouvrir la porte à de nouvelles idées et à des perspectives différentes. Voter est un acte très important qui permet de garder un lien avec son pays d'origine lorsqu'on vit ailleurs, et les Suisses de l'étranger qui continuent à voter en Suisse souhaitent simplement continuer à contribuer à la bonne marche du pays!
    Quant au Conseil National, j'espère que bientôt des représentants des Suisses de l'étranger pourront y siéger de manière permanente. Je ne suis donc pas d'accord avec vous, Monsieur Lehtinen: il est bien dommage que ce débat n'ait pas pris de l'ampleur, car cela aurait été une belle opportunité de rappeler que si les Suisses de l'étranger veulent pouvoir être entendus, c'est avant tout par amour pour ce beau pays!

Write new comment

The editorial team reserves the right to delete discriminatory, racist, defamatory or inflammatory comments or to block the comment function for this article.
Focus
05/22/2018

Kosovo – our canton

In February, Kosovo celebrated the 10th anniversary of its independence. But what has that got to do with Switzerland? A great deal actually, as close...

Read more

The electorate fended off a serious attack on Swiss radio and television on 4 March by an overwhelming majority. The Swiss Broadcasting Corporation...

Read more

All Swiss radio stations will broadcast their programmes over the air via digital signal by 2024, sounding the death knell for FM. Supported by the...

Read more

Vladimir Petkovic is leading the Swiss national football team to the World Cup – something hardly anyone would have imagined just a few years ago. But...

Read more
 

Auslandschweizer Organisation
Alpenstrasse 26
3006 Bern, Schweiz

tel +41 31 356 61 10
fax +41 31 356 61 01
revue@aso.ch